Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : organes, systèmes et appareils

Sites à visiter

Table des matières

Avant-Propos

1 - L’appareil digestif

2 - Cardio-Vasculaire

3 - L’appareil hypothalamo-hypophysaire

4 - Les glandes endocrines périphériques

5 - La peau et les phanères

6 - Le sein

7 - Les organes des sens

8 - L’appareil urinaire

Références bibliographiques


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 8 - L’appareil urinaire

 

 

Auteurs : J.M. André, M. Catala, G. Katsanis et J. Poirier

8.1 Le rein

8.1.1 Anatomie microscopique du rein

L’examen à la loupe d’une coupe sagittale médiane d’un rein permet de reconnaître trois parties principales : la capsule rénale, la médullaire et la corticale.

La capsule conjonctive périphérique se continue au niveau du hile avec le tissu conjonctif entourant les calices et le bassinet.

Le cortex et la médullaire

La définition de cortex et de médullaire n’est pas uniforme pour tous les auteurs. Certains utilisent une définition purement anatomique dans laquelle le cortex représente la région périphérique du rein et la médullaire la région centrale, et ceci quelle que soit leur structure histologique. D’autres auteurs, restreignent la région corticale au parenchyme rénal qui contient les corpuscules de Malpighi. La région médullaire est alors représentée par les pyramides de Malpighi et les pyramides de Ferrein. Dans la mesure où ce cours est centré sur l’histologie, nous avons choisi une définition plus histologique.

La médullaire, située profondément, est constituée par les pyramides de Malpighi ; le nombre de pyramides de Malpighi est variable et est compris entre 8 et 18 selon Bloom et Fawcett (1975) ; ainsi, plus qu’un nombre exact, il est important de connaître un ordre de grandeur. Chacune d’elles présente un sommet criblé par les orifices des canaux papillaires faisant saillie dans la cavité du calice correspondant et une base, hérissée de nombreuses petites pyramides effilées pointant vers la convexité du rein nommées pyramides de Ferrein.

La corticale, correspondant au reste du parenchyme rénal, est située en périphérie et entre les pyramides de Malpighi (colonnes de Bertin).






Médullaire et corticale sont constituées par l’ensemble des néphrons et du tissu interstitiel du rein.

Le nombre total de néphrons par rein est estimé entre 1 et 4 millions. Pour des raisons évidentes, aucun auteur n’a compté de façon exhaustive ce nombre. Ainsi, comme pour le nombre de pyramides, c’est un ordre de grandeur qu’il est important de connaître.

Le nephron, unité fonctionnelle proprement dite issue du blastème métanéphrogène se raccorde au système des tubes collecteurs de Bellini d’ origine embryologique différente (bourgeon urétéral issu du canal de Wolff)

En comparant la nomenclature des différents ouvrages consultés par les étudiants en histologie ou en physiologie, il apparaît que le segment terminal reliant le tube contourné proximal (TCP) à l’anse de Henle (AH) d’une part et l’anse de Henle au segment initial du tube contourné distal (TCD) d’autre part, peut être différemment dénommé selon le tableau ci-après :

Segment terminal du TCP Segment proximal du TCD
Pars recta du TCP Pars recta du TCD
Branche descendante large de l’AH Branche ascendante large de l’AH

Ainsi, cette région frontière est classée soit comme un des constituants du tube contourné soit comme un des constituants de l’anse de Henle. Les partisans de l’appellation pars recta du tube contourné se basent sur l’aspect histologique similaire des cellules épithéliales de cette région et de celles qui composent le tube contourné. Pour nous, il nous semble plus simple de parler de branche large (descendante ou ascendante) de l’anse de Henle. En effet, parler de partie rectiligne du tube contourné nous paraît source de confusion. De plus, si cette région appartient à l’anse de Henle, alors on peut retenir comme localisation microscopique que les tubes contournés sont situés dans la région corticale alors que l’anse de Henle est médullaire.

Certains auteurs isolent un segment de transition entre le tube contourné distal et le tube collecteur qu’ils nomment le tube connecteur.




Les diverses portions des néphrons sont environnées par un tissu conjonctivo-vasculaire interstitiel contenant de nombreux vaisseaux sanguins, quelques lymphatiques et des nerfs végétatifs à destinée vaso-motrice.

Les artères interlobaires, branches de l’artère rénale, montent dans les colonnes de Bertin et, arrivées au niveau de la base des pyramides de Malpighi, se divisent en artères arciformes non anastomosées entre elles. De ces dernières se détachent les artères interlobulaires qui montent perpendiculairement à la surface du rein, entre les pyramides de Ferrein. Des artères interlobulaires, naissent les artérioles glomérulaires afférentes qui s’épanouissent en un bouquet capillaire dans le glomérule et le sang est ensuite repris par les artérioles glomérulaires efférentes. Celles-ci donnent ensuite le réseau capillaire péritubulaire.

Les artérioles glomérulaires efférentes des néphrons juxta-médullaires émettent une branche qui descend irriguer la médullaire (artères droites).

Le sang provenant des réseaux capillaires péritubulaires de la corticale et des réseaux capillaires médullaires nés des artères droites est repris par des veinules, puis des veines dont le trajet est satellite de celui des vaisseaux artériels (veines interlobulaires et veines droites, veines arciformes, veines interlobaires et veine rénale).

L’ensemble de ce système vasculaire représente un système porte à « haute pression » avec un réseau capillaire « admirable » de type artériel.




     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
8.1 - Le rein
8.2 - Les voies urinaires
8.1.1 - Anatomie microscopique du rein
8.1.2 - Le néphron
8.1.3 - Le tube collecteur de Bellini
8.1.4 - L’appareil juxta-glomérulaire du rein
8.1.5 - Histophysiologie