Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : organes, systèmes et appareils

Sites à visiter

Table des matières

Avant-Propos

1 - L’appareil digestif

2 - Cardio-Vasculaire

3 - L’appareil hypothalamo-hypophysaire

4 - Les glandes endocrines périphériques

5 - La peau et les phanères

6 - Le sein

7 - Les organes des sens

8 - L’appareil urinaire

Références bibliographiques


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 1 - L’appareil digestif

 

 

Auteurs : J.M. André, M. Catala et J. Poirier

L’histologie de l’appareil digestif peut être schématiquement étudiée en 3 parties :

  • la cavité bucco-pharyngienne : dents, langue avec organe du goût et glandes salivaires ;
  • le tube digestif : œsophage, estomac, intestin grêle, côlon, rectum et canal anal ;
  • les deux grosses glandes annexes du tube digestif : foie et pancréas.

1.1 La cavité buccale et pharyngienne

La cavité buccale est tapissée par une tunique muqueuse et limitée en avant par les lèvres et les arcades dentaires.

1.1.1 Histologie des dents

Toutes les dents ont la même structure de base, avec une couronne faisant saillie hors de la gencive, et une ou plusieurs racines selon les cas : les incisives et canines n’ont qu’une racine chacune, les prémolaires en ont habituellement deux et les molaires peuvent en avoir trois ou quatre. A la jonction de la couronne et de la racine se situe le collet de la dent.

De l’intérieur vers l’extérieur, chaque dent comporte 4 types de tissus : la pulpe dentaire, la dentine, l’émail et le cément.


La pulpe dentaire
est un tissu conjonctif lâche contenant des vaisseaux sanguins et des nerfs. Elle est contenue dans la chambre pulpaire (située au centre de la couronne de la dent) prolongée par les canaux dentaires s’ouvrant à l’apex des racines. Elle est limitée en périphérie par une couche de cellules mésectodermique (dérivant de la crête neurale) sécrétant la dentine, les odontoblastes. Ce sont des cellules prismatiques, moins étroitement adhérentes sur leurs faces latérales que dans la plupart des épithéliums. Leur noyau, ovalaire allongé, est situé au pôle basal. Le cytoplasme basal est riche en réticulum endoplasmique granulaire et contient un volumineux appareil de Golgi. Au delà du plateau terminal au niveau duquel des complexes de jonction relient les cellules entre elles, la partie apicale de la cellule se résoud en un fin prolongement cytoplasmique (ou « fibre de Tomes ») qui s’étend dans un canalicule de la dentine ; ce prolongement contient des mitochondries, des éléments du cytosquelette et des vésicules de sécrétion déversant leur contenu de tropocollagène dans le milieu extra-cellulaire pour constituer les fibrilles de collagène de la prédentine. La transition entre prédentine (non encore minéralisée) et dentine (minéralisée) est abrupte (« front de minéralisation »).

La dentine
La dentine (ou ivoire) entoure la pulpe dentaire. C’est, après l’émail, de deuxième tissu le plus dur de l’organisme. C’est une matrice extra-cellulaire produite par les odontoblastes puis calcifiée (cristaux d’hydroxyapatite) et parcourue par de très nombreux (50000/mm2) petits canalicules (ou tubules dentinaires). Ceux-ci, perpendiculaires à la surface, contiennent un fin prolongement cytoplasmique des odontoblastes. La dentine constitue le tissu dentaire le plus important par sa masse ; dans les conditions normales, elle est entièrement recouverte soit par l’émail, soit par le cément. La grande sensibilité de la dentine est sous-tendue par des fibres nerveuses amyéliniques dont les terminaisons nerveuses libres sont en contact étroit (en particulier par des gap-jonctions) avec les odontoblastes et leur prolongement cytoplasmique. Tous les stimuli (tact, chaud, froid, ...) sont ressentis comme un message douloureux.
L’émail
La périphérie de la dent est faite d’émail au niveau de la couronne et de cément au niveau des racines. Pendant la vie intra-utérine, l’émail, substance la plus dure de l’organisme, est sécrété par les adamantoblastes (ou améloblastes), cellules épithéliales d’origine ectodermique. L’émail contient près de 99 % de sels minéraux avec moins de 1 % de matrice organique et est organisée en prismes hexagonaux groupés en faisceaux à trajet grossièrement radiaire et maintenus les uns contre les autres par une substance interprismatique. Les prismes, très allongés, s’étendent depuis la jonction émail-dentine jusqu’à la surface de la couronne de la dent ; ils consistent en groupes de longs et fins cristaux d’hydroxyapatite disposés parallèlement dans le sens de la longueur ; leur diamètre est de l’ordre de 4 à 8 μm. Les cristaux de l’émail interprismatique sont orientés différemment. La matrice organique, reste de la matrice sécrétée par les améloblastes avant la minéralisation de l’émail, n’est faite ni de kératine ni de collagène, mais de glycoprotéines keratin-like riches en tyrosine (amélogénines, qui disparaissent pendant la formation de l’émail ; énamélines et « tuft protein ») et de polysaccharides.



Le cément
Le cément recouvre la racine de la dent. Il ressemble au tissu osseux. Il est fait de cellules (les cémentocytes), qui se disposent dans des lacunes et leurs prolongements dans des canalicules (comme les ostéocytes dans le tissu osseux), et de matrice extra-cellulaire (collagène de type I, glycoprotéines et protéoglycanes) minéralisée. Toutefois, à l’inverse de l’os, le cément est avasculaire. Une couche de cémentoblastes, analogues aux ostéoblastes, est située à sa face externe, adjacente au ligament périodontique, et continue d’élaborer du cément pendant toute la vie de la dent. Au moment de la chute des dents de lait, des odontoclastes (analogues aux ostéoclastes) résorbent le cément et la dentine de la racine.

Le périodonte est l’espace conjonctif qui amarre la racine de la dent à l’os de l’alvéole et nourrit les tissus avoisinants. Il est fait de tissu conjonctif lâche vascularisé et innervé, parcouru par de nombreux trousseaux de tissu fibreux dense correspondant au ligament alvéolo-dentaire (ou ligament périodontique).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
1.1 - La cavité buccale et pharyngienne
1.2 - Le tube digestif
1.3 - Le pancréas
1.4 - Le foie et les voies biliaires
1.1.1 - Histologie des dents
1.1.2 - Les processus de remplacement et de réparation de la dent
1.1.3 - Les muqueuses labiales et jugales
1.1.4 - La muqueuse linguale
1.1.5 - Les glandes salivaires
1.1.6 - Le pharynx