Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : organes, systèmes et appareils

Sites à visiter

Table des matières

Avant-Propos

1 - L’appareil digestif

2 - Cardio-Vasculaire

3 - L’appareil hypothalamo-hypophysaire

4 - Les glandes endocrines périphériques

5 - La peau et les phanères

6 - Le sein

7 - Les organes des sens

8 - L’appareil urinaire

Références bibliographiques


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 2 - Cardio-Vasculaire

 

2.3 - Les vaisseaux

2.3.1 - Les vaisseaux sanguins

2.3.1.1 - L’arbre artériel conduit le sang du cœur vers les réseaux capillaires

 

Les artères ont un calibre qui décroît de l’aorte jusqu’aux artérioles et leur constitution varie selon ces niveaux
Toutefois, et quel que soit le niveau, on retrouve des structures histologiques de conduction et de conservation de la pression sanguine (fibres et lames élastiques, cellules musculaires lisses organisés en faisceaux circulaires).
La paroi artérielle comporte schématiquement 3 tuniques concentriques ;
  • l’intima, au contact de la lumière, est constituée par un endothélium (épithélium pavimenteux simple) associé le plus souvent à une membrane basale puis à une couche sous-endothéliale
  • la média est faite de cellules musculaires lisses et de matériel élastique
  • l’adventice est composée de tissu conjonctif dense.





L’intima et la média sont facilement observées en l’échographie ultrasonore (Echo-doppler). L’échographie permet de mesurer l’épaisseur de l’intima-média ; cette IMT (Intima-Media Thickness) qui est augmentée par les facteurs de risques classiques (HTA, hyperlipémie, diabète, tabagisme…) permet d’objectiver précisément une infiltration pariétale athéromateuse, de la dépister à son début et est annonciatrice de la survenue de plaques athéromateuses. L’implication de cette mesure de l’IMT est d’ordre diagnostique, décisionnelle en thérapeutique et pronostique.


Le mode de terminaison artérielpeut s’effectuer de 2 manières :
  • Par un mode anastomotique (majorité des organes) où les artères forment un réseau de connexions superficielles et profondes avec en cas d’occlusion d’une branche, suppléance par une autre grâce aux anastomoses.
  • Par un mode terminal où chaque branche est indépendante de la branche voisine, sans anastomose ; la distribution est bien ordonnée, rapide, efficace, bien répartie de manière équivalente dans tout le parenchyme de ces organes sensibles à l’anoxie, mais a une conséquence importante en pathologie ; une occlusion d’une branche entraînera la nécrose du territoire irrigué, sans suppléance possible, avec installation d’infarctus (myocardiques, cérébraux, rénaux, spléniques, rétiniens...)

La vascularisation de la paroi des artères est particulière :
les artères d’un calibre supérieur à 1 mm doivent recevoir des vaisseaux nourriciers (« vasa vasorum »). Ces vasa vasorum, issus de petites artères et veines cheminant le long des artères à desservir se distribuent à l’adventice et au 2/3 externes de la média ; le 1/3 interne de la média et l’intima étant nourri à partir de la lumière. Toutefois dans les grosses artères, un réseau vasculaire interne peut exister à partir de la lumière.

L’innervation artérielle par le SNA intervient de façon complexe dans la vasomotricité
  • Le système orthosympathique peut s’exercer de 2 manières ; par voie abluminale (l’abord nerveux se faisant par l’adventice) avec les terminaisons libres à la média, ou par voie luminale par l’intermédiaire des catécholamines circulantes (adrénaline et noradrénaline).
    L’action du SNA est complexe car elle dépend surtout de la densité en récepteurs sur les CML des différents types d’artères (par exemple, on observe bien davantage de récepteurs bêta2 adrénergiques dans les artérioles), ce qui va modifier la réponse vasomotrice dans un sens ou dans un autre. Les fibres orthosympathiques libèrent à leurs terminaisons des catécholamines. Schématiquement, la stimulation des récepteurs alpha adrénergiques entraîne une vasoconstriction, tandis que la stimulation des récepteurs bêta une vasodilatation.
  • Les fibres du SNA parasympathique libèrent de l’acétylcholine qui interviendra directement sur les CML ou indirectement via les cellules endothéliales. L’effet global prédominant étant une vasodilatation.
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
2.1 - Objectifs pédagogiques
2.2 - Le cœur
2.3 - Les vaisseaux
2.4 - Dessins pour la séance d’enseignement dirigé
2.3.1 - Les vaisseaux sanguins
2.3.2 - Les vaisseaux lymphatiques
2.3.1.1 - L’arbre artériel conduit le sang du cœur vers les réseaux capillaires
2.3.1.2 - La microcirculation
2.3.1.3 - Le retour veineux