Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : organes, systèmes et appareils

Sites à visiter

Table des matières

Avant-Propos

1 - L’appareil digestif

2 - Cardio-Vasculaire

3 - L’appareil hypothalamo-hypophysaire

4 - Les glandes endocrines périphériques

5 - La peau et les phanères

6 - Le sein

7 - Les organes des sens

8 - L’appareil urinaire

Références bibliographiques


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 2 - Cardio-Vasculaire

 

2.2 - Le cœur

2.2.2 - L’histologie fonctionnelle cardiaque s’ouvre sur 3 pôles de « structures-fonctions »

2.2.2.1 - La fonction de contraction cardiaque est liée aux cardiomyocytes contractiles (ou « communs »)

 

Les contingents de faisceaux musculaires insérés sur l’anneau fibreux du cœur permettent des contractions auriculaires (atriales) et ventriculaires indépendantes. Ces contingents sont formés des travées myocardiques anastomosées constituées par les cellules musculaires cardiaques solidarisées à leurs extrémités.

Qu’ils siègent dans les ventricules ou dans les oreillettes, les cardiomyocytes contractiles correspondent - à quelques nuances près - au type de description générale suivant ;

Les cardiomyocytes contractiles ont une forme de cylindre dont les extrémités présentent des bifurcations, grâce auxquelles elles entrent en connexion avec les cellules myocardiques adjacentes pour former un réseau tridimensionnel complexe.






Chaque cardiomyocyte (100 μm × 50 μm environ) possède un noyau central, unique et allongé dans le sens du grand axe de la cellule. Les myofibrilles divergent autour du noyau et laissent, comme dans la cellule musculaire lisse, une région axiale fusiforme dépourvue de matériel contractile et contenant divers organites cytoplasmiques. Les mitochondries sont plus grosses et plus nombreuses et les grains de glycogène plus abondants que dans les cellules musculaires striées squelettiques ; autres différences également ; les tubules T sont un peu plus volumineux et siègent au niveau des stries Z (et non à l’interface disque A-disque I) et le réticulum sarcoplasmique y est bien plus grêle.






Des dispositifs de jonction très particuliers assurent la cohésion des cellules myocardiques de l’ensemble du cœur et permettent d’une part la transmission d’une cellule à l’autre de la tension développée par la contraction des myofibrilles et d’autre part la diffusion rapide de l’excitation d’une cellule à l’autre à travers le cœur. Ces dispositifs de jonction (« traits ou stries scalariformes » ou « disques intercalaires ») visibles en MO aux extrémités de chaque cardiomyocyte sous la forme d’un trait continu globalement transversal mais fait de la succession alternée de segments transversaux et de segments longitudinaux, apparaissent en ME comme constitués de desmosomes, de zonula adhaerens et de jonctions communicantes. Les desmosomes sont situés indifféremment au niveau des portions transversales ou longitudinales des traits scalariformes ; les filaments intermédiaires de desmine s’y attachent. Les desmosomes permettent une forte adhésion des cellules entre elles et évitent ainsi que les contractions régulièrement répétées ne les détachent les unes des autres. Les zonula adhaerens, situées dans la portion transversale des disques intercalaires, servent également de jonctions d’ancrage cellule-cellule et constituent la zone de liaison entre l’extrémité des filaments d’actine des derniers sarcomères des cellules myocardiques contiguës. Les jonctions communicantes, situées dans la portion longitudinale des disques intercalaires, forment des voies de faible résistance permettant la transmission intercellulaire directe des signaux contractiles. Chaque cardiomyocyte présente une dizaine environ de disques intercalaires avec ses voisins et de l’ordre d’un millier de jonctions communicantes au total, chaque jonction communicante regroupant de nombreux canaux intercellulaires.

Au passage, on comprendra que la troponine c, molécule bien connue de la contraction, est devenue (par son dosage) incontournable pour le diagnostic des lésions myocardiques.





     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
2.1 - Objectifs pédagogiques
2.2 - Le cœur
2.3 - Les vaisseaux
2.4 - Dessins pour la séance d’enseignement dirigé
2.2.1 - L’organisation histologique de l’organe cœur
2.2.2 - L’histologie fonctionnelle cardiaque s’ouvre sur 3 pôles de « structures-fonctions »
2.2.3 - Les trois tuniques cardiaques
2.2.4 - La vascularisation coronaire est particulière
2.2.2.1 - La fonction de contraction cardiaque est liée aux cardiomyocytes contractiles (ou « communs »)
2.2.2.2 - La fonction de conduction cardiaque est liée au cellules cardionectrices du « tissu cardionecteur »
2.2.2.3 - La fonction endocrine cardiaque est liée aux cellules myoendocrines