Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : organes, systèmes et appareils

Sites à visiter

Table des matières

Avant-Propos

1 - L’appareil digestif

2 - Cardio-Vasculaire

3 - L’appareil hypothalamo-hypophysaire

4 - Les glandes endocrines périphériques

5 - La peau et les phanères

6 - Le sein

7 - Les organes des sens

8 - L’appareil urinaire

Références bibliographiques


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 1 - L’appareil digestif

 

1.2 - Le tube digestif

1.2.4 - L’intestin grêle [3]

 

L’étage des glandes
comporte des glandes (ou cryptes) de Lieberkühn invaginées en doigt de gant.
On y observe cinq types cellulaires : des cellules caliciformes, des entérocytes, des cellules « intermédiaires », des cellules neuroendocrines et au fond des cryptes, des cellules de Paneth.


  • les cellules caliciformes et des entérocytes, bien qu’un peu moins hautes sont du même type que celles des villosités.
  • les cellules dites « intermédiaires » sont des cellules immatures encore capables de se diviser et situées vers le fond des cryptes ; elles se différentient ensuite en un des deux types précédents.
  • les cellules neuro-endocrines intestinales sont rencontrées en plus grand nombre dans les cryptes qu’aux niveau des villosités (poussée migratoire) ; elles sont responsables de plusieurs types de sécrétion hormonale :
    la sécrétion de cholécystokinine (CCK) est stimulée par le contact des peptides et des acides gras du bol alimentaire ; elle active la sécrétion pancréatique et la contraction vésiculaire et elle potentialise l’action de la sécrétine
    la sécrétion du gastric inhibiting peptid (GIP) est stimulée par le glucose et les lipides intestinaux ; elle inhibe la sécrétion d’HCl par les cellules bordantes mais stimule la sécrétion d’insuline pancréatique. Elle est absente sur l’iléon
    la sécrétine est produite au niveau du duodénum et est stimulée par le pH acide qui peut régner dans la lumière ; en retour, elle freine la sécrétion d’HCl par les cellules bordantes et active la sécrétion des bicarbonates pancréatiques.

  • Les cellules de Paneth sont situées au fond des cryptes : ce sont des cellules sécrétrices exocrines à action antimicrobiennes (en particulier du lysozyme, de la phospholipase A2 et plusieurs peptides de la famille des défensines comme les cryptidines) ; elles déversent leurs produits de sécrétion dans la lumière des cryptes. Elles contribuent donc au rôle de défense de la barrière muqueuse intestinale.


  • A partir de cellules souches non identifiables par microscopie, on observe aussi de nombreuses mitoses expliquant le renouvellement très rapide (4 à 5 jours) des cellules de l’épithélium intestinal ainsi que la migration cellulaire partant de la partie inférieure des cryptes jusqu’au sommet des villosités (sauf pour les cellules de Paneth qui restent au fond des cryptes).


Au niveau de la partie terminale de l’iléon, dans le chorion et voire aussi dans la sous-muqueuse, on trouve 20 à 40 follicules lymphoïdes confluant sous forme de plaques ovoïdes sur une distance de quelques centimètres ; à la surface, les villosités intestinales sont rares et parsemées ; ces formations sont dénommées « plaques de Peyer » et appartiennent au système immunitaire.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
1.1 - La cavité buccale et pharyngienne
1.2 - Le tube digestif
1.3 - Le pancréas
1.4 - Le foie et les voies biliaires
1.2.1 - Organisation générale du tube digestif
1.2.2 - L’œsophage
1.2.3 - L’estomac
1.2.4 - L’intestin grêle
1.2.5 - Le côlon et le rectum
1.2.6 - Le canal anal