Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : organes, systèmes et appareils

Sites à visiter

Table des matières

Avant-Propos

1 - L’appareil digestif

2 - Cardio-Vasculaire

3 - L’appareil hypothalamo-hypophysaire

4 - Les glandes endocrines périphériques

5 - La peau et les phanères

6 - Le sein

7 - Les organes des sens

8 - L’appareil urinaire

Références bibliographiques


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 1 - L’appareil digestif

 

1.2 - Le tube digestif

1.2.1 - Organisation générale du tube digestif

1.2.1.2 - La défense immunologique de l’appareil digestif : les formations lymphoïdes annexées au tube digestif

 

La paroi du tube digestif est le siège d’une population de cellules immunitaires comprenant des lymphocytes et des plasmocytes répartis dans l’épithélium (lymphocytes T intraépithéliaux) et dans le tissu conjonctif du chorion de la muqueuse et de la sous-muqueuse (follicules lymphoïdes et cellules lymphoïdes dispersées, où prédominent largement les lymphocytes B et les plasmocytes sécréteurs d’IgA).


Le tissu lymphoïde associé au tube digestif (Gut Associated Lymphoid Tissue ou GALT) comporte, en plus des cellules lymphoïdes dispersées et des follicules lymphoïdes, les amygdales, l’appendice iléocæcale et les plaques de Peyer.

Les amygdales
dont l’ensemble constitue le cercle de Waldeyer sont des masses de tissu lymphoïde enchâssées dans le chorion de la muqueuse de l’organe où elles siègent ; l’épithélium qui les borde s’invagine dans cette masse en formant des cryptes) ; elles sont palatines, linguales, pharyngées, tubaires ou laryngées.


L’appendice
a le chorion de sa muqueuse épaissi sur toute sa circonférence par la présence d’un abondant tissu lymphoïde (lymphocytes libres et follicules).



Les plaques de Peyer
sont de volumineux agrégats de follicules lymphoïdes primaires et secondaires siégeant dans le chorion de la muqueuse de la partie terminale de l’iléon.

Le GALT n’est qu’une localisation particulière du tissu lymphoïde associé aux muqueuses (Mucous Associated Lymphoid Tissue ou MALT) qui s’observe aussi dans la muqueuse des voies respiratoires (Bronchus Associated Lymphoid Tissue ou BALT), urinaires et génitales ainsi que dans les glandes lacrymales, salivaires et mammaires.

Les IgA sécrétoires agissent localement dans la lumière intestinale en enrobant, grâce à leur 4 sites anticorps, les antigènes intraluminaux (substances étrangères antigéniques, toxines, micro-organismes : parasites, bactéries, virus).

Le processus s’effectue en quatre phases :

  • Présentation des antigènes endoluminaux aux cellules immunocompétentes, dans les follicules isolés et surtout dans les plaques de Peyer (les lymphocytes B de ces structures viennent, bien entendu, de la moelle osseuse, par voie sanguine, en traversant la paroi des veinules post-capillaires).
    Les cellules M (microfold cells), situées dans l’épithélium intestinal au niveau des plaques de Peyer, incorporent par endocytose les antigènes endoluminaux puis les transfèrent aux cellules dendritiques qui les présentent aux lymphocytes B. Ces cellules M délimitent des poches formées d’invaginations de leurs espaces basolatéraux contenant des lymphocytes T et B, des cellules dendritiques et des macrophages. Il s’en suit l’activation et l’expansion clonale de ces lymphocytes, leur acquisition de l’isotype IgA par commutation de classe (switch) et le début de la maturation cellulaire grâce à l’action de lymphocytes T auxiliaires.

  • Migration des lymphocytes activés synthétisant l’IgA, par voie lymphatique, vers les ganglions mésentériques où se poursuit l’expansion clonale et où se produit la maturation cellulaire en plasmoblastes (apparition d’IgA intracytoplasmique).
  • Passage des plasmoblastes à IgA dans le canal thoracique et retour par voie sanguine dans le chorion de la muqueuse intestinale (domiciliation ou « homing »). C’est là que s’achève la différenciation des plasmoblastes en plasmocytes. Ces plasmocytes sécrètent sur place l’immunoglobuline A dimérique avec chaîne polypeptidique J ; ils ne recirculent pas et leur durée de vie est de 5 à 6 jours. Ces cellules colonisent en même temps d’autres muqueuses comme la muqueuse bronchique ou d’autres sites comme la glande mammaire en lactation.
  • Transport de l’IgA vers la lumière intestinale grâce à la pièce sécrétoire (ou composant sécrétoire). Sécrété par les entérocytes et situé dans leur membrane, le composant sécrétoire s’associe à l’IgA dimérique et permet ainsi sa traversée de l’entérocyte (par endocytose latéro-basale puis exocytose apicale) ; le produit relargué dans la lumière est donc une IgA sécrétoire (dimérique avec chaîne J et composant sécrétoire).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
1.1 - La cavité buccale et pharyngienne
1.2 - Le tube digestif
1.3 - Le pancréas
1.4 - Le foie et les voies biliaires
1.2.1 - Organisation générale du tube digestif
1.2.2 - L’œsophage
1.2.3 - L’estomac
1.2.4 - L’intestin grêle
1.2.5 - Le côlon et le rectum
1.2.6 - Le canal anal
1.2.1.1 - Le tube digestif est constitué de 5 tuniques concentriques
1.2.1.2 - La défense immunologique de l’appareil digestif : les formations lymphoïdes annexées au tube digestif
1.2.1.3 - L’innervation du tube digestif