Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : les tissus

Sites à visiter

Table des Matières

Avant-Propos

1 - Méthodes de l'Histologie. Concept de tissu

2 - Les relations intercellulaires

3 - Les épithéliums

4 - Les tissus conjonctifs. Les tissus adipeux

5 - Les tissus squelettiques

6 - Les populations cellulaires « libres »

7 - Système nerveux et neurones

8 - Les systèmes nerveux central et périphérique

9 - Les tissus musculaires


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 5 - Les tissus squelettiques

 

5.1 - Le tissu cartilagineux

5.1.1 - Le tissu cartilagineux, communément appelé « cartilage », se caractérise par 5 points essentiels

 

5.1.1.1 C’est un tissu conjonctif spécialisé de consistance dure

Comme pour le tissu osseux, la consistance du tissu cartilagineux est dure, mais contrairement à l’os, le cartilage n’est pas minéralisé (sauf exception que nous verrons au cours de l’ossification).

5.1.1.2 Il est formé de chondrocytes et de MEC

Le tissu cartilagineux est formé d’un seul type cellulaire, les chondrocytes, répartis dans une MEC abondante et complexe.


Les chondrocytes
Les chondrocytes sont des cellules volumineuses, arrondies, situées dans de petites logettes (ou chondroplastes) qu’elles emplissent complètement à l’état vivant. Ils possèdent de nombreux récepteurs en particulier pour l’hormone de croissance (GH), les vitamines A et D, la parathormone, les glucocorticoïdes et les œstrogènes. Les chondrocytes assurent la synthèse et la dégradation de tous les composants de la MEC cartilagineuse.

La MEC
  • Les molécules de la MEC
    La haute teneur en eau de la MEC (70 à 80 % de son poids) permet la déformabilité des cartilages.
    Parmi les différents collagènes présents dans la MEC cartilagineuse, le collagène II est de loin le plus abondant.
    Les protéoglycanes sont principalement représentés par l’aggrécan, qui donne au cartilage ses propriétés mécaniques de compressibilité et d’élasticité. Les glycosaminoglycanes (chondroïtine-sulfate et kératane-sulfate) des protéoglycanes sulfatés sont riches en radicaux acides très hydrophiles, responsables de la teneur en eau et de l’élasticité du cartilage. Ces protéoglycanes sont associés à l’acide hyaluronique et à la COMP (Cartilage Oligomeric Matrix Protein).
    Enfin, la MEC contient des enzymes protéolytiques permettant la dégradation de la matrice au cours de son renouvellement (métalloprotéinases matricielles et aggrécanases) et de nombreux facteurs de croissance et cytokines produits par les chondrocytes et/ou provenant d’autres cellules (monocytes/macrophages, synoviocytes).
  • Selon la richesse de la MEC en fibres collagènes ou élastiques on distingue 3 variétés histologiques de cartilage.
    • le cartilage hyalin
      Les microfibrilles de collagène, peu abondantes et de petit calibre, disposées en un réseau à mailles larges, ne sont pas visibles en MO, d’où l’aspect amorphe et homogène de la MEC du cartilage hyalin.

    • le cartilage fibreux (ou fibro-cartilage)
      Contrairement au précédent, sa MEC contient d’épais faisceaux de fibres de collagène de type I. Ces fibres sont bien visibles par une coloration telle qu’un trichrome qui permet de montrer que les faisceaux sont orientés le long des lignes de force (contraintes mécaniques que subit le tissu).

    • le cartilage élastique
      Le cartilage élastique se distingue par une densité cellulaire beaucoup plus importante que les autres types de cartilage et par la présence de nombreuses fibres élastiques (mises en évidence par l’orcéine ou la fuchsine-résorcine). Ces fibres élastiques sont disposées en un réseau tridimensionnel permettant leur déformation et la restitution de leur forme initiale.

Le concept de chondrone
Un chondrone, constitué par un chondrocyte et son microenvironnement péricellulaire, représente l’unité structurale, fonctionnelle et métabolique des cartilages hyalins. Autour du glycocalyx de la membrane plasmique du chondrocyte, se trouve une couche péricellulaire de MEC riche en collagène VI et en collagène IX. Les intégrines situées dans la membrane plasmique des chondrocytes servent de récepteurs pour de nombreuses macromolécules de la MEC et jouent un rôle majeur dans les interactions cellule-MEC et dans la transduction des signaux mécaniques, indispensables à la vie et à la fonction des chondrocytes.

5.1.1.3 Le cartilage est dépourvu de vascularisation et d’innervation

Fait unique par rapport à tous les autres tissus de l’organisme, le tissu cartilagineux est totalement dépourvu de vaisseaux sanguins et lymphatiques ainsi que de nerfs.

La plupart des cartilages sont nourris par diffusion à travers la matrice, à partir des capillaires de la couche interne du périchondre. Tous les cartilages de l’organisme adulte, à l’exception des cartilages articulaires, sont recouverts de périchondre, tissu conjonctif formé de fibroblastes et d’un réseau dense de fibres de collagène. Contrairement au cartilage, le périchondre est un tissu vascularisé qui joue un rôle dans la nutrition, la croissance et la réparation du cartilage. Les cellules mésenchymateuses de la couche interne du périchondre peuvent se transformer en chondrocytes qui produisent la matrice. Cette croissance appositionnelle (ou périchondrale) s’oppose à la croissance interstitielle (rare chez l’adulte) qui se fait par mitoses des chondrocytes. Si les mitoses se font suivant une seule direction, on aboutit à un groupe de chondrocytes disposés en ligne (groupe isogénique axial) ; si les mitoses se succèdent dans des directions diverses, on aboutit à un groupe de chondrocytes disposés circulairement (groupe isogénique coronaire).


5.1.1.4 Le « cartilage » revêt une grande diversité

Sous la dénomination apparemment uniforme de « cartilage », on distingue des cartilages très différents sur le plan topographique, moléculaire et fonctionnelle

les cartilages du système ostéo-articulaire
  • Des cartilages hyalins font partie des pièces osseuses :
    • modèles cartilagineux des ébauches osseuses du squelette fœtal
    • cartilages de conjugaison (cf. plus loin)
    • cartilages articulaires (cf. plus loin)
    • cartilages costaux (au niveau de l’insertion des côtes sur le sternum)
  • Des cartilages fibreux sont situés au voisinage de pièces osseuses :
    • disques intervertébraux
    • symphyse pubienne
    • ménisques du genou
    • insertion du tendon d’Achille
les cartilages de la sphère ORL et des voies aériennes
  • cartilages hyalins présents au niveau :
    • fosses nasales,
    • cartilages thyroïde, cricoïde et arythénoïde du larynx,
    • anneaux trachéaux et cartilages bronchiques
  • cartilages élastiques présents au niveau :
    • nez,
    • pavillon de l’oreille, conduit auditif externe, trompes d’Eustache,
    • épiglotte


5.1.1.5 Certains cartilages sont plus concernés que d’autres par la pathologie

Chez l’homme, les cartilages de la sphère ORL et de l’arbre trachéo-bronchique ne font pas vraiment parler d’eux.

Les fibrocartilages sont sujets à des pathologies relativement fréquentes (hernies discales, fractures des ménisques).

Par contre, les cartilages articulaires et de croissance présentent un intérêt médical prépondérant.

Les lésions des cartilages articulaires sont fréquentes, responsables des ostéoarthrites, notamment de la hanche (coxarthrose) ou du genou (gonarthrose). L’absence de périchondre à leur niveau (cf. plus loin) fait qu’en cas d’usure de ce cartilage, les chondrocytes, dont les capacités de division sont faibles chez l’adulte, ne peuvent être remplacés et la réparation du cartilage est impossible.

Les cartilages de conjugaison, responsables de la croissance en longueur des os (cf. plus loin) sont le siège de multiples pathologies, en particulier d’origine génétique.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
5.1 - Le tissu cartilagineux
5.2 - Le tissu osseux
5.1.1 - Le tissu cartilagineux, communément appelé « cartilage », se caractérise par 5 points essentiels
5.1.2 - Le cartilage articulaire
5.1.3 - Le cartilage de conjugaison (ou de croissance)
5.1.1.1 - C’est un tissu conjonctif spécialisé de consistance dure
5.1.1.2 - Il est formé de chondrocytes et de MEC
5.1.1.3 - Le cartilage est dépourvu de vascularisation et d’innervation
5.1.1.4 - Le « cartilage » revêt une grande diversité
5.1.1.5 - Certains cartilages sont plus concernés que d’autres par la pathologie