Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : les tissus

Sites à visiter

Table des Matières

Avant-Propos

1 - Méthodes de l'Histologie. Concept de tissu

2 - Les relations intercellulaires

3 - Les épithéliums

4 - Les tissus conjonctifs. Les tissus adipeux

5 - Les tissus squelettiques

6 - Les populations cellulaires « libres »

7 - Système nerveux et neurones

8 - Les systèmes nerveux central et périphérique

9 - Les tissus musculaires


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.7
V. Morice


Chapitre 4 - Les tissus conjonctifs. Les tissus adipeux

 

 

4.1 Les tissus conjonctifs sont constitués de cellules séparées par de la MEC

Cette définition est suffisamment large pour rendre compte des divers aspects retenus par cette classification : la MEC peut être souple et fibreuse (tissus conjonctifs lâches, réticulaires, denses, élastiques) ou très cellulaire (tissu adipeux) ou bien solide (cartilage) ou même solide et minéralisée (tissu osseux).

4.2 Le tissu conjonctif lâche

Le tissu conjonctif lâche (ou tissu conjonctivo-vasculaire) se caractérise par la présence entre ses cellules d’une très abondante matrice extra-cellulaire (MEC).

Dans cette MEC, l’histologie classique distinguait des fibres (collagènes, élastiques et de réticuline) et une substance fondamentale (microscopiquement amorphe).



4.2.1 Les fibroblastes sont les cellules principales du tissu conjonctif

Les fibroblastes (ou fibrocytes) sont des cellules fusiformes ou étoilées possédant de longs prolongements cytoplasmiques. Ils proviennent d’une cellule-souche mésenchymateuse multipotente qui est également à l’origine des adipoblastes, des chondroblastes, des ostéoblastes et des myoblastes. En MO, leur cytoplasme est peu visible et seul leur noyau, ovoïde, allongé, avec un ou deux nucléoles, est bien visible. En ME, on y décèle tous les organites cellulaires habituels et surtout, dans les fibroblastes en pleine activité, les organites impliqués dans la synthèse des protéines. Le phénotype des fibroblastes est modulable en fonction de leur degré d’activation (par exemple, transformation en myofibroblaste). Les fibroblastes synthétisent les macromolécules protéiques et polysaccharidiques de la MEC du tissu conjonctif. Les fibroblastes sont aussi capables de sécréter de nombreuses autres molécules (cytokines, facteurs de croissance, enzymes) et jouent un rôle important dans les processus de réparation tissulaire ou dans l’entretien des réactions inflammatoires.



4.2.2 Le tissu conjonctif lâche est très répandu dans l’organisme

On en trouve, notamment sous la peau (tissu conjonctif sous-cutané), entre les masses musculaires, dans le chorion et la sous-muqueuse du tube digestif, dans le chorion des voies respiratoires, des voies génitales et urinaires, dans l’adventice des vaisseaux, sous l’épithélium des séreuses, dans de nombreux organes pleins (stroma conjonctif). Le terme de parenchyme désigne le tissu propre d’un viscère plein, alors que le terme de stroma désigne le tissu conjonctif contenant les vaisseaux et nerfs destinés au parenchyme.


4.2.3 Le rôle que joue le tissu conjonctif lâche dans l’organisme est important et complexe

Ainsi, le tissu conjonctif possède un rôle de soutien et d’emballage des tissus et organes ; il assure le passage de nombreuses substances entre le sang et les tissus ; siège des cellules libres du système immunitaire (lymphocytes et plasmocytes, monocytes et macrophages, granulocytes, mastocytes), il joue un rôle majeur dans les réactions inflammatoires et dans les phénomènes immunitaires ainsi que dans les processus de cicatrisation (par prolifération des fibroblastes et production des macromolécules de la MEC).

4.3 Le tissu réticulaire

Le tissu réticulaire (ou réticulé) correspond au tissu conjonctif qui constitue le stroma des organes hématopoïétiques et lymphoïdes (ganglions lymphatiques, rate, moelle osseuse), du foie et du rein ; sa charpente collagène, principalement faite de collagène de type III, peut être visualisée en MO après coloration argentique sous la forme d’un réseau de fines fibres colorées en noir, dites fibres de réticuline. En ME, le collagène III apparaît sous forme de fins microfilaments apériodiques, dispersés dans une matrice riche en protéoglycanes.


4.4 Les tissus conjonctifs denses

Les tissus conjonctifs riches en fibres, pauvres en cellules et en substance fondamentale, ont une fonction essentiellement mécanique.

4.4.1 Les tissus conjonctifs fibreux denses

Ils contiennent essentiellement des fibres de collagène ; ils se répartissent en deux sous-groupes :

  1. es tissus fibreux non orientés (derme, périoste, capsules articulaires, dure-mère, capsules des organes pleins (comme le foie, la rate, les reins, etc) ;

  2. les tissus fibreux orientés (unitendus : ligaments et tendons, ou bitendus : aponévroses et stroma de la cornée).



4.4.2 Les tissus élastiques

Les fibres (ou lames) élastiques y prédominent largement, entre de rares fibroblastes ou entre les cellules musculaires lisses (comme dans la média des artères de gros calibre).


     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
4.1 - Les tissus conjonctifs sont constitués de cellules séparées par de la MEC
4.2 - Le tissu conjonctif lâche
4.3 - Le tissu réticulaire
4.4 - Les tissus conjonctifs denses
4.5 - Les tissus adipeux
4.2.1 - Les fibroblastes sont les cellules principales du tissu conjonctif
4.2.2 - Le tissu conjonctif lâche est très répandu dans l’organisme
4.2.3 - Le rôle que joue le tissu conjonctif lâche dans l’organisme est important et complexe
4.4.1 - Les tissus conjonctifs fibreux denses
4.4.2 - Les tissus élastiques