Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : les tissus

Sites à visiter

Table des Matières

Avant-Propos

1 - Méthodes de l'Histologie. Concept de tissu

2 - Les relations intercellulaires

3 - Les épithéliums

4 - Les tissus conjonctifs. Les tissus adipeux

5 - Les tissus squelettiques

6 - Les populations cellulaires « libres »

7 - Système nerveux et neurones

8 - Les systèmes nerveux central et périphérique

9 - Les tissus musculaires


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 6 - Les populations cellulaires « libres »

 

 

Les populations cellulaires « libres » (ou cellules migratrices) se distribuent dans la circulation sanguine et lymphatique, dans les organes lymphoïdes ainsi que dans le tissu conjonctif lâche et notamment les muqueuses de nombreux organes. Le sang, véhicule principal des courants de migration cellulaire, est le siège des échanges permanents entre cellules et tissus.

Dans le sang, les globules rouges assurent les échanges gazeux au niveau de la barrière alvéolo-capillaire et les plaquettes maintiennent l’intégrité du système circulatoire.

Dans les tissus, les globules blancs qui appartiennent aux différents systèmes de défense de l’organisme sont en permanence exposés à divers agents pathogènes. Les défenses non-spécifiques correspondent aux barrières tissulaires et aux phagocytes « professionnels ». Les défenses spécifiques (immunité acquise) nécessitent un contact préalable avec l’agent pathogène, nécessaire à sa reconnaissance. L’efficacité des défenses spécifiques repose sur les capacités de l’organisme à distinguer ses propres molécules (« soi », dont le marqueur principal est le système HLA) des molécules (antigènes) étrangères (non « soi »).

Toutes les cellules du sang et cellules immunitaires sont issues de cellules souches multipotentes hématopoïétiques situées dans la moelle osseuse.


6.1 Les éléments figurés du sang

6.1.1 La numération-formule sanguine est un examen de routine

La numération globulaire consiste à compter le nombre de globules rouges (GR), de globules blancs (GB) ou leucocytes et de plaquettes par unité de volume de sang. Les résultats normaux sont les suivants :

  • GR : 5 000 000 ± 500 000 par microlitre, chez l’homme
  •         4 500 000 ± 500 000 par microlitre, chez la femme
  • GB : 7 000 ± 3 000 par microlitre, chez l’adulte
  • Plaquettes : 150 000 à 450 000 par microlitre

La formule sanguine (ou formule leucocytaire) consiste à évaluer le nombre de chacune des différentes populations de leucocytes. Actuellement, les résultats sont exprimés en nombre absolu par microlitre (1 microlitre = 1 mm3) plutôt qu’en pourcentage des différentes variétés de leucocytes :

  • Granulocytes neutrophiles : 1 800 à 8 000
  • Granulocytes éosinophiles : 50 à 500
  • Granulocytes basophiles : < 100
  • Lymphocytes : 1 500 à 4 500
  • Monocytes : 100 à 1 000

La numération-formule sanguine est réalisée par des automates, mais l’identification des anomalies cellulaires se fait sur des frottis.


La numération des sous-populations lymphocytaires, réalisée par immunomarquage sur lames ou en cytométrie de flux, donne, à l’état normal, les résultats suivants, à titre d’exemple pour un nombre total de lymphocytes de 2000 par microlitre :

  • Lymphocytes B ≈ 200 à 300
  • Lymphocytes T ≈ 1500, dont :
    • Lymphocytes T4 ≈ 1000
    • Lymphocytes T8 ≈ 500
    • rapport T4/T8 ≈ 2
  • Lymphocytes NK ≈ 200 à 300.

6.1.2 Les globules rouges effectuent le transport de l’oxygène fixé par l’hémoglobine

Les globules rouges (ou hématies, érythrocytes, normocytes) sont des cellules anucléées, en forme de disque biconcave, d’environ 7,5 μm de diamètre. Le volume globulaire moyen est de 85 à 95 μm3.

Le rôle principal des globules rouges est de maintenir à l’état fonctionnel le pigment respiratoire qu’est l’hémoglobine. La concentration normale de l’hémoglobine dans le sang est de 13 à 18 g/100ml chez l’homme et de 12 à 16 g/100 ml chez la femme. L’hémoglobine, constituant majeur du globule rouge (environ 1/3 de son poids), assure 3 fonctions principales : 1) transporter l’oxygène des poumons aux tissus ; 2) permettre le transfert d’une partie du CO2 des tissus aux poumons ; 3) tamponner les ions H+ libérés par les tissus. Le glucose est la principale source d’énergie pour le globule rouge (glycolyse anaérobie intra-érythrocytaire). La membrane plasmique de l’hématie porte des antigènes qui déterminent les groupes sanguins (A, B, O, Rhésus, etc.). La durée de vie des globules rouges est de 120 jours.

6.1.3 Les plaquettes maintiennent l’intégrité du système circulatoire et assurent l’hémostase quand les vaisseaux sanguins sont endommagés

Les plaquettes sanguines (ou thrombocytes) sont des fragments cellulaires anucléés (2 à 5 μm de diamètre) contenant des mitochondries, des vésicules à cœur dense et un cytosquelette riche en protéines contractiles. Leur durée de vie est de 8 à 12 jours. Les plaquettes proviennent de la fragmentation cytoplasmique de leurs précurseurs médullaires, les mégacaryocytes. Elles jouent un rôle fondamental dans les processus de l’hémostase et de la coagulation. Le phénomène de l’agrégation plaquettaire qui joue un rôle crucial dans ces processus fait intervenir de nombreuses molécules d’adhérence.



     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
6.1 - Les éléments figurés du sang
6.2 - Les cellules immunitaires dans les tissus
6.3 - Le tissu lymphoïde
6.1.1 - La numération-formule sanguine est un examen de routine
6.1.2 - Les globules rouges effectuent le transport de l’oxygène fixé par l’hémoglobine
6.1.3 - Les plaquettes maintiennent l’intégrité du système circulatoire et assurent l’hémostase quand les vaisseaux sanguins sont endommagés