Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : les tissus

Sites à visiter

Table des Matières

Avant-Propos

1 - Méthodes de l'Histologie. Concept de tissu

2 - Les relations intercellulaires

3 - Les épithéliums

4 - Les tissus conjonctifs. Les tissus adipeux

5 - Les tissus squelettiques

6 - Les populations cellulaires « libres »

7 - Système nerveux et neurones

8 - Les systèmes nerveux central et périphérique

9 - Les tissus musculaires


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Table des Matières

 

 

Table des Matières

Avant-Propos

Chapitre 1 - Matériel et méthodes de l’histologie médicale. Le concept de tissu

  1.1  Matériel et méthodes de l’histologie médicale
  1.1.1  Le choix du matériel et les modalités de prélèvement
  1.1.1.1  L’observation peut porter sur des préparations où les cellules restent entières
  1.1.1.2  Le plus souvent, le matériel est fixé, inclus, coupé et coloré
  1.1.1.3  Avant le prélèvement, des protocoles expérimentaux plus ou moins sophistiqués sont parfois mis en œuvre
  1.1.2  Les techniques de MO et de ME sont utilisées en routine pour visualiser les structures
  1.1.2.1  Pour la MO : fixation au formol, inclusion en paraffine, colorations standard (hématéine-éosine ou trichrome)
  1.1.2.2  Pour la ME : fixation à la glutaraldéhyde, post-fixation à l’acide osmique, inclusion en épon, contraste par l’acétate d’uranyle et le citrate de plomb
  1.1.3  Les techniques spéciales de détection in situ
  1.1.3.1  L’histochimie
  1.1.3.2  L’histoenzymologie
  1.1.3.3  L’immunohistochimie
  1.1.3.4  La lectinohistochimie
  1.1.3.5  L’hybridation in situ
  1.1.3.6  Les procédés de marquage, de révélation et d’observation
  1.1.4  La production des images est liée à la mise en œuvre de moyens optiques, le plus souvent en rapport avec un microscope
  1.1.4.1  Les microscopes diffèrent par la nature de leur source lumineuse
  1.1.4.2  La cytométrie en flux permet d’exploiter des images sans les regarder
  1.1.5  L’interprétation des images vise à leur donner du sens
  1.1.5.1  Les incidences de coupe
  1.1.5.2  Les artéfacts
  1.1.5.3  Les déformations des images
  1.1.5.4  La mauvaise préservation des tissus
  1.2  Le concept de tissu
  1.2.1  Les niveaux d’organisation structurale
  1.2.2  La définition d’un tissu
  1.2.2.1  Association territoriale
  1.2.2.2  Association fonctionnelle
  1.2.2.3  Association biologique
  1.2.3  Les 4 grandes familles de tissus
  1.2.4  Les populations cellulaires libres et la lignée germinale
  1.2.4.1  Les populations cellulaires libres se distribuent dans tout l’organisme
  1.2.4.2  Les cellules de la lignée germinale siègent dans les gonades et assurent la conservation de l’espèce

Chapitre 2 - Les relations intercellulaires

  2.1  La matrice extra-cellulaire (MEC)
  2.1.1  Les principaux polysaccharides de la MEC sont des glycosaminoglycanes et protéoglycanes
  2.1.2  La superfamille des collagènes comprend des dizaines de types différents
  2.1.2.1  Le collagène I est le plus communément distribué
  2.1.2.2  Le collagène II est surtout présent dans le cartilage
  2.1.2.3  Le collagène III est celui des fibres de réticuline
  2.1.2.4  Le collagène IV entre dans la constitution des membranes basales
  2.1.2.5  Le collagène X est propre aux chondrocytes hypertrophiques
  2.1.3  L’élastine est la molécule principale des fibres élastiques
  2.1.4  La fibronectine est un des maillons-clés de l’adhérence des cellules à la MEC
  2.1.5  Les membranes basales (MB) entourent certains types cellulaires
  2.1.5.1  La MB correspond à une région spéciale de MEC formant une couche complexe autour de tout ou partie de la membrane plasmique de certaines cellules
  2.1.5.2  Les MB ont de multiples fonctions
  2.1.6  La matrice péri-cellulaire se situe entre la membrane plasmique des cellules et la MEC
  2.1.7  La MEC joue un rôle physiologique important
  2.2  Les molécules d’adhérence
  2.2.1  Les intégrines sont les responsables essentiels des interactions cellule-MEC
  2.2.2  Les cadhérines, calcium-dépendantes, sont responsables d’interactions cellule-cellule
  2.2.2.1  Les cadhérines classiques
  2.2.2.2  Les cadhérines desmosomales
  2.2.3  Les sélectines interviennent dans le compartiment vasculaire
  2.2.4  Les immunoglobulines interviennent dans les interactions cellule-cellule
  2.3  Les systèmes de jonction
  2.3.1  Les jonctions cellule-cellule sont de quatre types différents : zonula occludens, zonula adhaerens, desmosomes et jonctions communicantes
  2.3.1.1  Les zonula occludens (ZO) concernent les cellules épithéliales
  2.3.1.2  Les zonula adhaerens (ZA) sont des jonctions d’ancrage qui constituent des ceintures d’adhérence
  2.3.1.3  Les desmosomes sont des jonctions d’ancrage reliées aux filaments intermédiaires du cytosquelette intra-cytoplasmique
  2.3.1.4  Les jonctions communicantes permettent une communication directe entre les cytoplasmes des cellules adjacentes
  2.3.2  Les jonctions cellule-MEC comprennent les contacts focaux et les hémidesmosomes
  2.3.2.1  Les contacts focaux sont des jonctions adhérentes ponctuelles entre la membrane plasmique de la cellule et la MEC sous-jacente
  2.3.2.2  Les hémidesmosomes unissent les molécules de la MEC et les filaments intermédiaires du cytosquelette
  2.4  Les molécules de signalisation et leurs récepteurs
  2.4.1  Les molécules de signalisation sont de nature biochimique variée
  2.4.1.1  Les anticorps
  2.4.1.2  Les neurotransmetteurs et neuromodulateurs
  2.4.1.3  Les hormones et neurohormones
  2.4.1.4  Le réseau des cytokines
  2.4.1.5  Les eicosanoïdes
  2.4.2  Les modalités de diffusion des différentes molécules de signalisation sont également très diverses
  2.4.2.1  Neurocrinie
  2.4.2.2  Autocrinie/Paracrinie
  2.4.2.3  Endocrinie
  2.4.3  En réalité, le monde des molécules de signalisation est beaucoup plus complexe

Chapitre 3 - Les épithéliums

  3.1  La cellule épithéliale
  3.1.1  Les cellules épithéliales sont hautement polarisées
  3.1.1.1  La membrane plasmique comprend 2 domaines distincts : apical et basolatéral
  3.1.1.2  Les 2 domaines sont séparés par un anneau de jonctions serrées
  3.1.2  Les filaments intermédiaires du cytosquelette des cellules épithéliales appartiennent à la famille des kératines
  3.1.3  Le pôle apical des cellules épithéliales présente des différenciations
  3.1.4  La région latéro-basale des cellules épithéliales est le siège de systèmes de jonction
  3.2  Les épithéliums de revêtement
  3.2.1  Les épithéliums de revêtement revêtent l’extérieur du corps et les cavités de l’organisme
  3.2.2  Les épithéliums de revêtement présentent des différenciations apicales
  3.2.2.1  Le plateau strié et la bordure en brosse sont caractéristiques des entérocytes et des cellules du tube contourné proximal du rein
  3.2.2.2  Les stéréocils correspondent à des microvillosités longues et flexueuses
  3.2.2.3  Les cils vibratiles permettent à certains épithéliums de mettre en mouvement les éléments du contenu de la cavité qu’ils bordent
  3.2.2.4  Les sécrétions polarisées des cellules des épithéliums de revêtement sont le plus souvent exocrines
  3.2.2.5  La membrane plasmique du pôle apical des cellules de l’urothélium est asymétrique
  3.2.3  Les épithéliums de revêtement ne contiennent aucun capillaire sanguin ou lymphatique
  3.2.4  La classification des épithéliums de revêtement fait appel à trois critères : la forme des cellules, le nombre des couches cellulaires et le type de différenciation des cellules qui le composent
  3.2.4.1  Selon la forme des cellules superficielles
  3.2.4.2  Selon le nombre de couches de cellules
  3.2.4.3  Selon les spécialisations fonctionnelles et les différenciations qui les sous-tendent
  3.2.4.4  Certains épithéliums particuliers échappent à cette classification
  3.2.4.5  Quelques exemples d’épithéliums de revêtement
  3.3  Les épithéliums glandulaires
  3.3.1  La sécrétion est un phénomène cellulaire très général
  3.3.1.1  La voie de sécrétion constitutive est commune à toutes les cellules de l’organisme
  3.3.1.2  La voie de sécrétion régulée est propre aux cellules sécrétrices
  3.3.1.3  Les mécanismes moléculaires de l’exocytose sont ubiquitaires
  3.3.2  Les glandes sont des groupements organisés de cellules glandulaires
  3.3.2.1  Pendant l’histogénèse, les épithéliums glandulaires se forment à partir des épithéliums de revêtement
  3.3.2.2  Dans les glandes, les cellules glandulaires sont étroitement associées à du tissu conjonctif richement vascularisé
  3.3.2.3  Les 3 grandes variétés de glandes
  3.3.3  Les glandes exocrines déversent leur produit de sécrétion dans le milieu extérieur
  3.3.3.1  Sauf exceptions, les glandes exocrines comportent une portion sécrétrice et un canal excréteur
  3.3.3.2  Les cellules exocrines sécrètent des protéines enzymatiques, des mucus ou des produits complexes
  3.3.4  Les glandes endocrines déversent dans le sang des hormones qui agissent à distance sur les récepteurs spécifiques des organes-cibles
  3.3.4.1  Les cellules qui sécrètent des hormones hydrosolubles
  3.3.4.2  Les cellules qui sécrètent des hormones hydrophobes
  3.3.4.3  Les neurones neurosécrétoires sécrètent des neurohormones
  3.3.4.4  Les cellules neuroendocrines forment un système endocrinien diffus sécrétant de nombreux neuropeptides et des amines biogènes

Chapitre 4 - Les tissus conjonctifs. Les tissus adipeux

  4.1  Les tissus conjonctifs sont constitués de cellules séparées par de la MEC
  4.2  Le tissu conjonctif lâche
  4.2.1  Les fibroblastes sont les cellules principales du tissu conjonctif
  4.2.2  Le tissu conjonctif lâche est très répandu dans l’organisme
  4.2.3  Le rôle que joue le tissu conjonctif lâche dans l’organisme est important et complexe
  4.3  Le tissu réticulaire
  4.4  Les tissus conjonctifs denses
  4.4.1  Les tissus conjonctifs fibreux denses
  4.4.2  Les tissus élastiques
  4.5  Les tissus adipeux
  4.5.1  La graisse blanche est la plus importante réserve énergétique de l’organisme
  4.5.1.1  Les adipocytes blancs renferment une volumineuse vacuole de triglycérides
  4.5.1.2  Le tissu adipeux blanc représente 15 à 20 % du poids de l’adulte
  4.5.1.3  L’adipocyte blanc assure la synthèse, le stockage et la libération des lipides
  4.5.1.4  L’adipocyte blanc est également une cellule sécrétrice endocrine et auto-paracrine
  4.5.2  La graisse brune est une source de chaleur
  4.5.2.1  Surtout abondante chez les mammifères hibernants, la graisse brune est néanmoins présente dans l’espèce humaine
  4.5.2.2  Les mitochondries des adipocytes bruns contiennent une protéine découplante, la thermogénine, qui permet de dissiper l’énergie des oxydations sous forme de chaleur

Chapitre 5 - Les tissus squelettiques

  5.1  Le tissu cartilagineux
  5.1.1  Le tissu cartilagineux, communément appelé « cartilage », se caractérise par 5 points essentiels
  5.1.1.1  C’est un tissu conjonctif spécialisé de consistance dure
  5.1.1.2  Il est formé de chondrocytes et de MEC
  5.1.1.3  Le cartilage est dépourvu de vascularisation et d’innervation
  5.1.1.4  Le « cartilage » revêt une grande diversité
  5.1.1.5  Certains cartilages sont plus concernés que d’autres par la pathologie
  5.1.2  Le cartilage articulaire
  5.1.3  Le cartilage de conjugaison (ou de croissance)
  5.1.3.1  Le cartilage de croissance est organisé en colonnes
  5.1.3.2  La transition entre le tissu cartilagineux et osseux est abrupte au niveau du front de minéralisation
  5.1.3.3  GH et les stéroïdes sexuels agissent sur la croissance des os
  5.1.3.4  Le contrôle moléculaire de l’ossification endochondrale commence à être connu
  5.2  Le tissu osseux
  5.2.1  Le tissu osseux contient 4 types de cellules
  5.2.1.1  Les ostéoblastes
  5.2.1.2  Les ostéocytes
  5.2.1.3  Les cellules bordantes
  5.2.1.4  Les ostéoclastes
  5.2.2  La MEC du tissu osseux est calcifiée
  5.2.2.1  La matrice organique
  5.2.2.2  La phase minérale
  5.2.3  Compact ou spongieux, le tissu osseux de l’adulte est de type lamellaire
  5.2.3.1  Os longs, os courts, os plats
  5.2.3.2  La plupart des os sont constitués d’une zone externe de tissu osseux compact et d’une zone interne de tissu osseux spongieux
  5.2.4  Le remodelage osseux est le fait d’une coopération précise entre les ostéoclastes et les ostéoblastes
  5.2.4.1  Phase d’activation
  5.2.4.2  Phase de résorption du tissu osseux
  5.2.4.3  Phase d’inversion
  5.2.4.4  Phase de formation de tissu osseux
  5.2.5  Capital osseux et perte osseuse
  5.2.6  L’os peut se réparer spontanément après une fracture

Chapitre 6 - Les populations cellulaires « libres »

  6.1  Les éléments figurés du sang
  6.1.1  La numération-formule sanguine est un examen de routine
  6.1.2  Les globules rouges effectuent le transport de l’oxygène fixé par l’hémoglobine
  6.1.3  Les plaquettes maintiennent l’intégrité du système circulatoire et assurent l’hémostase quand les vaisseaux sanguins sont endommagés
  6.2  Les cellules immunitaires dans les tissus
  6.2.1  Les monocytes et les macrophages constituent le système des phagocytes mononucléés
  6.2.1.1  Une fois formés dans la moelle osseuse, les monocytes passent dans le sang
  6.2.1.2  Après être sortis du sang, les monocytes migrent dans les tissus et s’y différencient en macrophages
  6.2.1.3  Les macrophages font partie des cellules présentatrices d’antigènes
  6.2.2  Les granulocytes interviennent dans les réactions de défense non spécifiques de l’organisme
  6.2.2.1  Les granulocytes neutrophiles
  6.2.2.2  Les granulocytes éosinophiles
  6.2.2.3  Les granulocytes basophiles
  6.2.3  Les mastocytes participent avec les granulocytes basophiles aux réactions d’hypersensibilité immédiate (réactions allergiques)
  6.2.4  Les lymphocytes sont les cellules effectrices du système immunitaire
  6.2.4.1  L’aspect morphologique des lymphocytes est monomorphe
  6.2.4.2  Les lymphocytes acquièrent leur compétence fonctionnelle au cours de leur passage dans un organe lymphoïde central
  6.2.4.3  La maturation fonctionnelle des lymphocytes se traduit par l’apparition d’antigènes membranaires spécifiques
  6.2.4.4  Les lymphocytes B sont responsables de l’immunité humorale
  6.2.4.5  Les lymphocytes T sont impliqués dans l’immunité cellulaire
  6.2.4.6  Les lymphocytes NK ne sont ni T ni B
  6.3  Le tissu lymphoïde
  6.3.1  Répartition du tissu lymphoïde
  6.3.2  Les follicules lymphoïdes

Chapitre 7 - Le système nerveux. Les neurones

  7.1  Le système nerveux
  7.2  Les neurones
  7.2.1  La fonction des neurones est indissociable de leur forme
  7.2.1.1  Le neurone comprend un corps cellulaire, des dendrites et un axone
  7.2.1.2  Mais les différences d’un neurone à l’autre sont nombreuses
  7.2.2  La structure des neurones est caractéristique
  7.2.2.1  Le noyau, volumineux et sphérique, contient un gros nucléole
  7.2.2.2  Le cytoplasme est riche en organites, mais leur répartition n’est pas homogène
  7.2.3  La membrane plasmique neuronale est le siège des synapses
  7.2.3.1  L’élément pré-synaptique renferme les vésicules synaptiques contenant les neurotransmetteurs
  7.2.3.2  La fente synaptique est le très mince espace qui sépare la membrane pré-synaptique de la membrane post-synaptique
  7.2.3.3  L’élément post-synaptique présente de nombreux récepteurs membranaires

Chapitre 8 - Le système nerveux central. Le système nerveux périphérique

  8.1  Le système nerveux central
  8.1.1  Eléments constitutifs
  8.1.1.1  Les cellules gliales
  8.1.1.2  Les capillaires sanguins
  8.1.1.3  La MEC du SNC
  8.1.2  L’organisation tissulaire
  8.1.2.1  La SG contient tous les corps cellulaires neuronaux et toutes les synapses du SNC
  8.1.2.2  La SB, dépourvue de synapses, est essentiellement faite de faisceaux d’axones myélinisés
  8.1.2.3  L’épendyme
  8.1.2.4  Le revêtement astrocytaire marginal
  8.1.3  La répartition de la SG et de la SB au sein du SNC répond à des critères précis
  8.1.3.1  L’exemple d’une coupe de moelle épinière
  8.1.3.2  Deux exceptions : le cortex cérébral et le cortex cérébelleux
  8.2  Le système nerveux périphérique
  8.2.1  Les nerfs périphériques
  8.2.1.1  Qu’elles soient myélinisées ou amyéliniques, les fibres nerveuses périphériques associent toujours un ou des axones à une succession de cellules de Schwann
  8.2.1.2  Une fibre nerveuse périphérique amyélinique est constituée par un faisceau d’axones associés à une même séquence de cellules de Schwann
  8.2.1.3  Une fibre nerveuse périphérique myélinisée est constituée par un seul axone myélinisé, associé à une même séquence de cellules de Schwann
  8.2.1.4  Dans les troncs nerveux, les fibres nerveuses se groupent en fascicules
  8.2.2  Les ganglions nerveux
  8.2.2.1  Les axones des fibres nerveuses périphériques sont issus d’un corps cellulaire neuronal
  8.2.2.2  Les ganglions sensitifs spinaux et crâniens
  8.2.2.3  Les ganglions sympathiques et parasympathiques
  8.2.3  Les terminaisons nerveuses
  8.2.3.1  Les terminaisons nerveuses afférentes
  8.2.3.2  Les terminaisons nerveuses efférentes

Chapitre 9 - Les tissus musculaires

  9.1  Caractéristiques générales
  9.2  Les tissus musculaires striés
  9.2.1  Le sarcomère représente l’unité élémentaire d’organisation des protéines contractiles des myocytes striés
  9.2.1.1  Les myofibrilles
  9.2.1.2  Les filaments épais sont essentiellement formés de l’assemblage régulier de molécules de myosine
  9.2.1.3  Les filaments fins sont essentiellement composés de polymères d’actine
  9.2.1.4  Les disques Z sont formés par l’organisation quadratique de filaments d’alpha-actinine
  9.2.2  Les autres constituants cytoplasmiques sont situés entre les myofibrilles
  9.2.2.1  De nombreuses mitochondries
  9.2.2.2  Des filaments intermédiaires de desmine et des microtubules
  9.2.2.3  Le réticulum sarcoplasmique longitudinal
  9.2.2.4  De nombreux grains de glycogène
  9.2.3  Le sarcolemme et la région sous-sarcolemmique présentent des différenciations fondamentales
  9.2.3.1  Les transporteurs de glucose
  9.2.3.2  Le système T
  9.2.3.3  Les costamères
  9.2.4  Les phénomènes moléculaires de la contraction musculaire et du couplage excitation-contraction sont maintenant bien connus
  9.2.4.1  La contraction de la myofibrille
  9.2.4.2  Le déroulement des événements
  9.3  Le tissu musculaire strié squelettique
  9.3.1  Les jonctions neuro-musculaires
  9.3.1.1  La jonction neuro-musculaire est la synapse entre les terminaisons axonales du motoneurone alpha et le rhabdomyocyte
  9.3.1.2  Au niveau des terminaisons axonales, plusieurs types de canaux ioniques sont présents
  9.3.2  Les jonctions myo-tendineuses
  9.3.3  Les fibres de type I et de type II
  9.3.4  Les fuseaux neuro-musculaires
  9.3.5  L’organisation du tissu conjonctif du muscle squelettique
  9.3.6  Les cellules satellites
  9.4  Le tissu musculaire strié cardiaque
  9.4.1  Le tissu musculaire strié cardiaque (ou tissu myocardique) se caractérise par son aptitude à se contracter rythmiquement et harmonieusement de façon spontanée
  9.4.2  Les cellules myocardiques diffèrent des cellules musculaires striées squelettiques par plusieurs points fondamentaux
  9.4.2.1  L’aspect général est très différent
  9.4.2.2  La diversité des récepteurs membranaires
  9.4.2.3  L’absence de jonction neuro-musculaire et donc de plaque motrice
  9.4.2.4  L’existence de dispositifs de jonction cellule-cellule
  9.4.3  Il existe trois variétés principales de cardiomyocytes
  9.4.3.1  Les cardiomyocytes contractiles
  9.4.3.2  Les cellules myoendocrines
  9.4.3.3  Les cellules cardionectrices
  9.5  Le tissu musculaire lisse
  9.5.1  Les protéines contractiles ne sont pas organisées aussi rigoureusement que dans le muscle strié
  9.5.2  La présence de jonctions communicantes permet la diffusion de l’excitation entre les CML
  9.5.3  Entre les jonctions communicantes, le sarcolemme des CML est divisé en 2 domaines distincts
  9.5.3.1  Un domaine correspond à des plaques d’adhérence
  9.5.3.2  L’autre domaine est appelé cavéolaire
  9.5.4  Les CML sécrètent les molécules de leur MB et de la MEC environnante
  9.5.5  Les CML sont isolées ou groupées en tuniques ou en muscles individualisés
  9.5.5.1  CML isolées
  9.5.5.2  Tuniques
  9.5.5.3  Petits muscles individualisés
  9.5.6  Il existe en effet de multiples variétés différentes de cellules musculaires lisses
  9.5.6.1  Les CML viscérales
  9.5.6.2  Les CML vasculaires
  9.5.6.3  Les cellules myoépithéliales
  9.5.6.4  Les cellules myoépithélioïdes
  9.5.6.5  Les myofibroblastes
  9.5.7  Les CML sont innervées par le système nerveux végétatif, et sont l’objet de régulations auto/paracrines
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable