Site médecine Sorbonne
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : les tissus

Sites à visiter

Table des Matières

Avant-Propos

1 - Méthodes de l'Histologie. Concept de tissu

2 - Les relations intercellulaires

3 - Les épithéliums

4 - Les tissus conjonctifs. Les tissus adipeux

5 - Les tissus squelettiques

6 - Les populations cellulaires « libres »

7 - Système nerveux et neurones

8 - Les systèmes nerveux central et périphérique

9 - Les tissus musculaires


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 9 - Les tissus musculaires

 

9.5 - Le tissu musculaire lisse

 

9.5.2 La présence de jonctions communicantes permet la diffusion de l’excitation entre les CML

Selon les variétés de CML, et éventuellement selon les conditions fonctionnelles, le nombre des jonctions communicantes est extrêmement variable. Ainsi le nombre des jonctions communicantes entre les CML utérines (myomètre) varie considérablement selon les circonstances physiologiques. Chez la femelle non-gestante, ou au cours de la gestation jusqu’au moment du travail, il y a un parallélisme entre d’une part la faible activité contractile des CML de l’utérus, la restriction spatiale de cette activité contractile et son caractère asynchrone dans les différentes parties du myomètre et d’autre part le fait que les jonctions communicantes et l’expression de la connexine 43 sont indétectables. En revanche, dès que le travail commence, les contractions des CML s’intensifient, se propagent sur de grandes distances et se synchronisent dans les différentes régions de l’utérus ; parallèlement, on observe une expression croissante de la connexine 43 et l’apparition de jonctions communicantes de plus en plus nombreuses. Ces événements sont sous la dépendance d’une régulation hormonale et sont déclenchés par l’accroissement en fin de grossesse des concentrations d’estrogènes, de progestérone et de prostaglandines.


9.5.3 Entre les jonctions communicantes, le sarcolemme des CML est divisé en 2 domaines distincts

La membrane plasmique des CML est revêtue d’une MB qui repose sur la MEC adjacente.

9.5.3.1 Un domaine correspond à des plaques d’adhérence

Ces plaques d’adhérence sont impliquées dans l’accrochage des filaments d’actine de la cellule aux molécules de la MEC. A leur niveau, se trouvent des intégrines et de nombreuses protéines cytoplasmiques.

9.5.3.2 L’autre domaine est appelé cavéolaire

Ce domaine correspond aux zones situées entre les précédentes et riches en invaginations vésiculaires ou cavéoles, dont une des principales protéines constitutives est la cavéoline ; c’est au niveau de ce domaine que l’immunofluorescence et l’immunoélectronique permettent de localiser le complexe dystrophine-protéines associées. Ce complexe présente des récepteurs à la laminine qui permettent l’adhérence de la cellule à la MEC. On note également la présence de très nombreux récepteurs membranaires, en particulier à l’acétylcholine, à l’adrénaline-noradrénaline (récepteurs adrénergiques alpha, béta-1 et surtout béta-2), à l’ocytocine, à la vasopressine, à l’histamine, à l’angiotensine II, aux prostaglandines, etc., ainsi que des canaux calcium (les uns voltage-dépendants et les autres récepteurs-dépendants) et des canaux potassium (dont l’ouverture entraîne une hyperpolarisation et la relaxation de la CML, alors que leur fermeture déclenche une dépolarisation et donc la contraction de la CML).

9.5.4 Les CML sécrètent les molécules de leur MB et de la MEC environnante

Les molécules constitutives de la MB des CML et de la MEC adjacente sont synthétisées et sécrétées par les CML. Ainsi, les CML artérielles peuvent présenter, selon les conditions physiologiques et/ou pathologiques, un aspect différent : phénotype sécrétoire, dévolu à la synthèse des macromolécules de la MEC de la paroi artérielle, ou phénotype contractile où prédomine le matériel myofilamentaire contractile.

9.5.5 Les CML sont isolées ou groupées en tuniques ou en muscles individualisés

9.5.5.1 CML isolées

Les CML peuvent être isolées, dans la capsule ou le stroma de certains organes pleins (comme la prostate ou les corps caverneux), dans le tissu conjonctif sous-cutané (au niveau du scrotum ou du mamelon du sein) ou encore au centre des villosités intestinales.


9.5.5.2 Tuniques

Le plus souvent, les CML sont groupées en couches superposées pour former des tuniques qui constituent la musculature lisse des organes creux (vaisseaux sanguins et lymphatiques, tube digestif et canaux excréteurs des glandes digestives, arbre trachéo-bronchique, voies uro-génitales, utérus).




9.5.5.3 Petits muscles individualisés

Enfin, rarement, les CML se groupent pour former des petits muscles individualisés, comme les muscles arrecteurs des poils (dont la contraction entraîne la « chair de poule »), les muscles constricteur et dilatateur de l’iris (qui règlent le diamètre de la pupille), les muscles ciliaires (qui permettent l’accomodation dans la vision de près).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
9.1 - Caractéristiques générales
9.2 - Les tissus musculaires striés
9.3 - Le tissu musculaire strié squelettique
9.4 - Le tissu musculaire strié cardiaque
9.5 - Le tissu musculaire lisse
9.5.1 - Les protéines contractiles ne sont pas organisées aussi rigoureusement que dans le muscle strié
9.5.2 - La présence de jonctions communicantes permet la diffusion de l’excitation entre les CML
9.5.3 - Entre les jonctions communicantes, le sarcolemme des CML est divisé en 2 domaines distincts
9.5.4 - Les CML sécrètent les molécules de leur MB et de la MEC environnante
9.5.5 - Les CML sont isolées ou groupées en tuniques ou en muscles individualisés
9.5.6 - Il existe en effet de multiples variétés différentes de cellules musculaires lisses
9.5.7 - Les CML sont innervées par le système nerveux végétatif, et sont l’objet de régulations auto/paracrines
9.5.3.1 - Un domaine correspond à des plaques d’adhérence
9.5.3.2 - L’autre domaine est appelé cavéolaire
9.5.5.1 - CML isolées
9.5.5.2 - Tuniques
9.5.5.3 - Petits muscles individualisés