Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : les tissus

Sites à visiter

Table des Matières

Avant-Propos

1 - Méthodes de l'Histologie. Concept de tissu

2 - Les relations intercellulaires

3 - Les épithéliums

4 - Les tissus conjonctifs. Les tissus adipeux

5 - Les tissus squelettiques

6 - Les populations cellulaires « libres »

7 - Système nerveux et neurones

8 - Les systèmes nerveux central et périphérique

9 - Les tissus musculaires


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 9 - Les tissus musculaires

 

9.3 - Le tissu musculaire strié squelettique

 

9.3.2 Les jonctions myo-tendineuses

Les rhabdomyocytes s’insèrent sur les os par l’intermédiaire de tendons. C’est au niveau des jonctions myo-tendineuses que les forces générées par la contraction des myofibrilles sont transmises à travers la membrane plasmique du myocyte pour agir sur le tendon. A cet endroit, la membrane plasmique du myocyte est le siège de nombreux replis qui multiplient la surface de l’interface entre la cellule et la MEC par un facteur de 10 à 50. Les microfibrilles de collagène du tendon s’enfoncent entre les évaginations cellulaires et arrivent en étroit contact avec la membrane plasmique du myocyte revêtue de sa MB.




9.3.3 Les fibres de type I et de type II

Les cellules musculaires striées squelettiques possèdent des caractéristiques morpho-fonctionnelles variables qui permettent de distinguer des myocytes de type I, de type II et de type intermédiaire aux deux précédents.

  • Les myocytes de type I (ou « fibres rouges », car riches en myoglobine) sont de petit calibre et à contraction lente (essentiellement pour maintenir la station debout et les postures). Ils sont riches en mitochondries et sont donc identifiables en histo-enzymologie par leur richesse en enzymes oxydatives (SDH, NADH-TR, Cox). Ils fonctionnent principalement par la voie de la glycolyse aérobie.
  • Les myocytes de type II (ou « fibres blanches », car pauvres en myoglobine) sont de grand calibre et à contraction rapide (essentiellement pour les mouvements des membres). Ils sont riches en glycogène. Ils sont identifiables en histo-enzymologie par leur richesse en ATPase à pH 9,4 et en phosphorylase. Ils fonctionnent principalement par la voie de la glycolyse anaérobie.
  • Les myocytes de type intermédiaire possèdent certaines caractéristiques de ceux de type I et d’autres de ceux de type II.

Une unité motrice, c’est à dire l’ensemble d’un motoneurone alpha et des rhabdomyocytes qu’il innerve, est formée de cellules musculaires du même type. En effet, le type des cellules musculaires est régulé par le motoneurone alpha qui exerce une influence permanente sur elles.

9.3.4 Les fuseaux neuro-musculaires

Ce sont des récepteurs sensoriels encapsulés, répondant au degré de tension et à la vitesse d’étirement du muscle. Disposés en parallèle avec les cellules musculaires striées extrafusales, ils sont faits de cellules musculaires striées spécialisées dites intrafusales et de fibres nerveuses motrices (fibres gamma) et sensitives.


9.3.5 L’organisation du tissu conjonctif du muscle squelettique

Un muscle squelettique est constitué par des cellules musculaires striées groupées en faisceaux et assemblées par du tissu conjonctivo-vasculaire qui se répartit à plusieurs niveaux : l’endomysium entoure chaque myocyte, le périmysium entoure chaque faisceau et l’épimysium revêt le muscle dans son entier.

9.3.6 Les cellules satellites

Situées entre la membrane plasmique et la MB du rhabdomyocyte, les cellules satellites possèdent un seul noyau. Elles sont capables, en cas de lésion musculaire, d’être activées et de contribuer à la réparation des myocytes lésés ou à la formation de nouveaux myocytes (régénération musculaire).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
9.1 - Caractéristiques générales
9.2 - Les tissus musculaires striés
9.3 - Le tissu musculaire strié squelettique
9.4 - Le tissu musculaire strié cardiaque
9.5 - Le tissu musculaire lisse
9.3.1 - Les jonctions neuro-musculaires
9.3.2 - Les jonctions myo-tendineuses
9.3.3 - Les fibres de type I et de type II
9.3.4 - Les fuseaux neuro-musculaires
9.3.5 - L’organisation du tissu conjonctif du muscle squelettique
9.3.6 - Les cellules satellites