Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : les tissus

Sites à visiter

Table des Matières

Avant-Propos

1 - Méthodes de l'Histologie. Concept de tissu

2 - Les relations intercellulaires

3 - Les épithéliums

4 - Les tissus conjonctifs. Les tissus adipeux

5 - Les tissus squelettiques

6 - Les populations cellulaires « libres »

7 - Système nerveux et neurones

8 - Les systèmes nerveux central et périphérique

9 - Les tissus musculaires


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.7
V. Morice


Chapitre 9 - Les tissus musculaires

 

9.2 - Les tissus musculaires striés

9.2.1 - Le sarcomère représente l’unité élémentaire d’organisation des protéines contractiles des myocytes striés

 

La structure, l’ultrastructure et l’architecture moléculaire du sarcomère est identique (à quelques nuances près) dans les cardiomyocytes et les cellules musculaires striées squelettiques. Cependant, même quand des molécules portent le même nom dans les deux types de myocytes striés, il s’agit souvent d’isoformes différentes.

9.2.1.1 Les myofibrilles

Les myofibrilles sont des cylindres parallèles allongés dans le sens de la cellule, faits de la succession régulière, bout à bout, de petits cylindres identiques appelés sarcomères (ou cases musculaires). Chaque sarcomère est fait d’un faisceau de myofilaments parallèles à son grand axe. La répartition des deux contingents de myofilaments (filaments fins d’actine et filaments épais de myosine) détermine au sein du sarcomère des régions de structure différente rendant compte de la striation transversale des myofibrilles bien visible en MO.


Les filaments épais sont disposés au milieu du sarcomère à l’emplacement du disque A ou disque sombre. Le disque M correspond à leur apparent renflement médian. Dans le disque H, ils sont seuls présents. Par contre, dans les parties latérales du disque A, les filaments fins et épais se chevauchent, les filaments fins se disposant entre les filaments épais selon un mode hexagonal régulier, avec des ponts d’union. Au niveau du disque I ou disque clair, les filaments fins sont seuls présents. Le disque (ou strie) Z est marqué par l’interpénétration sur une faible distance des extrémités des filaments fins de deux sarcomères contigus, avec, à ce niveau, un double système quadratique de ponts entre les filaments fins de chacun des deux sarcomères.






9.2.1.2 Les filaments épais sont essentiellement formés de l’assemblage régulier de molécules de myosine

Chaque molécule de myosine est formée de 2 chaînes lourdes identiques et de 2 paires de chaînes légères. Les deux chaînes lourdes de la myosine sont accolées l’une à l’autre : leur longue queue forme un axe torsadé, et leur pôle globulaire émerge du filament épais sous la forme d’une tête double. L’émergence des têtes de myosine se fait selon une disposition générale ayant l’apparence d’un pas de vis. La partie distale des têtes de myosine possède deux sites de fixation, l’un pour l’ATP et l’autre pour l’actine. La tête de myosine possède une activité ATPasique activée au contact de l’actine.

Les disques M renferment des filaments de myomésine qui relient entre eux les filaments de myosine et les maintiennent groupés en faisceaux.

La titine (ou connectine) est un filament protéique qui, dans chaque demi-sarcomère, relie chaque filament épais à la strie Z. Composant « élastique », elle maintient l’alignement des filaments épais et oppose une résistance à l’étirement excessif du sarcomère. Elle s’étend de la strie Z jusqu’à la strie M.

9.2.1.3 Les filaments fins sont essentiellement composés de polymères d’actine

L’actine est une molécule polypeptidique de forme globulaire. La polymérisation des monomères d’actine se fait sous une forme filamentaire. Les polymères d’actine s’accolent par deux pour former une longue double hélice. Les myofilaments fins sont formés de l’association de cette double hélice d’actine et de deux protéines régulatrices : la tropomyosine, dimère filamenteux rigide de renforcement, et la troponine, complexe de trois sous-unités polypeptidiques (I, C et T) disposées à intervalles réguliers le long des filaments d’actine, en regard de chaque tête de myosine, et impliquées dans la régulation de la contraction musculaire par le calcium (voir plus loin).

Parmi les nombreuses autres molécules associées aux filaments d’actine, nous citerons seulement la tropomoduline qui coiffe l’extrémité libre des filaments d’actine.

9.2.1.4 Les disques Z sont formés par l’organisation quadratique de filaments d’alpha-actinine

Ils servent à relier l’extrémité des filaments fins de chaque sarcomère entre elles et avec les extrémités des filaments fins du sarcomère adjacent. Ils contiennent également une des extrémités des filaments de titine et les filaments intermédiaires de desmine.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
9.1 - Caractéristiques générales
9.2 - Les tissus musculaires striés
9.3 - Le tissu musculaire strié squelettique
9.4 - Le tissu musculaire strié cardiaque
9.5 - Le tissu musculaire lisse
9.2.1 - Le sarcomère représente l’unité élémentaire d’organisation des protéines contractiles des myocytes striés
9.2.2 - Les autres constituants cytoplasmiques sont situés entre les myofibrilles
9.2.3 - Le sarcolemme et la région sous-sarcolemmique présentent des différenciations fondamentales
9.2.4 - Les phénomènes moléculaires de la contraction musculaire et du couplage excitation-contraction sont maintenant bien connus
9.2.1.1 - Les myofibrilles
9.2.1.2 - Les filaments épais sont essentiellement formés de l’assemblage régulier de molécules de myosine
9.2.1.3 - Les filaments fins sont essentiellement composés de polymères d’actine
9.2.1.4 - Les disques Z sont formés par l’organisation quadratique de filaments d’alpha-actinine