Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : les tissus

Sites à visiter

Table des Matières

Avant-Propos

1 - Méthodes de l'Histologie. Concept de tissu

2 - Les relations intercellulaires

3 - Les épithéliums

4 - Les tissus conjonctifs. Les tissus adipeux

5 - Les tissus squelettiques

6 - Les populations cellulaires « libres »

7 - Système nerveux et neurones

8 - Les systèmes nerveux central et périphérique

9 - Les tissus musculaires


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 8 - Le système nerveux central. Le système nerveux périphérique

 

8.2 - Le système nerveux périphérique

8.2.1 - Les nerfs périphériques

 


8.2.1.1 Qu’elles soient myélinisées ou amyéliniques, les fibres nerveuses périphériques associent toujours un ou des axones à une succession de cellules de Schwann

En effet, qu’ils soient ou non myélinisés, les axones des nerfs périphériques sont toujours entourés par des cellules de Schwann. L’ensemble « axone(s) + succession de cellules de Schwann » est désigné par le terme de « fibre nerveuse périphérique ».

Chaque cellule de Schwann est limitée par une membrane plasmique revêtue d’une MB ; elle possède un noyau ovalaire allongé et un cytoplame contenant les organites habituels de la cellule ainsi que diverses inclusions ; et surtout, elle est caractérisée et définie par le fait qu’elle entoure un ou plusieurs axones invaginés dans des dépressions de sa membrane plasmique ; les rapports précis qu’affectent les axones avec les cellules de Schwann qui leur sont associées permettent de reconnaître deux types fondamentaux de fibres nerveuses périphériques : les fibres nerveuses amyéliniques et les fibres nerveuses myélinisées.

8.2.1.2 Une fibre nerveuse périphérique amyélinique est constituée par un faisceau d’axones associés à une même séquence de cellules de Schwann

Chaque axone est logé dans une invagination de la cellule de Schwann et apparaît ainsi suspendu à la surface de la cellule par un « mésaxone ». Ce mode d’engainement des axones par la cellule de Schwann varie grandement en complexité selon les fibres. Parfois, il n’y a que quelques axones associés à chaque cellule de Schwann ; dans d’autres cas, les axones sont très nombreux et l’on peut alors trouver un mésaxone principal se divisant en mésaxones secondaires pour aller entourer chaque axone.

Par définition, une fibre nerveuse périphérique amyélinique est totalement dépourvue de myéline.


8.2.1.3 Une fibre nerveuse périphérique myélinisée est constituée par un seul axone myélinisé, associé à une même séquence de cellules de Schwann

Les techniques usuelles de MO ne permettent pas une bonne étude histologique des fibres nerveuses périphériques ; toutefois, la coloration de Bodian-luxol qui colore les axones en noir et les gaines de myéline en bleu des mers du sud permet sur coupes à paraffine une première analyse des fibres myélinisées. Par la méthode du teasing (ou dissociation des fibres), avec une coloration par l’acide osmique, les fibres nerveuses myélinisées sont accessibles à une étude histologique permettant de voir les internodes (entre deux nœuds de Ranvier successifs), de constater l’état normal ou non de la gaine de myéline, de mesurer leur longueur.


Dans le SNP, au cours des premiers stades du développement, l’axone qui deviendra myélinisé se comporte comme les axones non myélinisés, c’est à dire qu’il s’invagine dans une dépression de la cellule de Schwann qui finit par l’entourer presque complètement en laissant un mésaxone. Ensuite, les feuillets externes de la membrane plasmique fusionnent au niveau du mésaxone qui devient alors virtuel. Ainsi transformé, le mésaxone s’allonge et s’enroule en spirale autour de l’axone. Au début, les différents tours de spire du mésaxone sont séparés les uns des autres par du cytoplasme de la cellule de Schwann, mais ensuite, un accolement se réalise qui fait disparaître le cytoplasme intermédiaire.

La myéline compacte (ou serrée)
Une fois la myélinogénèse achevée, la myéline prend l’aspect ultrastructural d’une structure lamellaire spiralée périodique.
  • La ligne dense majeure ou périodique, formée par l’accolement des faces cytoplasmiques de la membrane plasmique de la cellule de Schwann, se situe à l’emplacement où se trouvait le cytoplasme.
  • La double ligne dense mineure ou intrapériodique, située entre les lignes denses majeures, correspond à l’apposition des faces extracellulaires de la membrane plasmique de la cellule de Schwann, et se situe donc dans la continuité de l’espace extra-cellulaire.

De part et d’autre de la spirale compacte ainsi constituée, persiste un court mésaxone, situé dans la continuité de la double ligne dense mineure, et reliant la membrane plasmique de la cellule de Schwann respectivement à la lamelle de myéline la plus externe (mésaxone externe) et la plus interne (mésaxone interne).
Une cellule de Schwann myélinise un seul internode d’une seule fibre nerveuse périphérique. Les nœuds de Ranvier sont le siège d’un enchevêtrement cytoplasmique des deux cellules de Schwann adjacentes.

La myéline non-compacte
  • Les incisures de Schmidt-Lanterman. Ce sont des incisures transversales qui apparaissent en ME comme une dissociation focale des lignes denses majeures s’expliquant par des manques partiels d’accolement qui entraînent la persistance entre les tours de spire d’un peu de cytoplasme schwannien.
  • Les languettes paranodales. Aux incisures, s’associe un réseau cytoplasmique marginal, ou bride latérale, qui apparaît comme des languettes superposées de cytoplasme situées en bordure du nœud de Ranvier. Dans les deux cas, des jonctions communicantes « réfléchies » existent entre les portions de cytoplasme schwannien séparées par des lamelles myéliniques. Ces réseaux cytoplasmiques permettent le renouvellement moléculaire et la circulation entre le corps cellulaire et les différentes régions de la myéline.
L’architecture moléculaire de la myéline du SNP est différente de celle de la myéline du SNC
Dans le SNP, les protéines les plus abondantes sont les protéines P0, P1, et P2, auxquelles s’ajoutent des protéines minoritaires dont la pathologie humaine indique le rôle physiologique important telles que la peripheral myelin protein (PMP 22), la MAG (Myelin-Associated-Glycoprotein) et la connexine 32.

8.2.1.4 Dans les troncs nerveux, les fibres nerveuses se groupent en fascicules

Les nerfs périphériques sont constitués de fibres nerveuses périphériques, myélinisées et amyéliniques, groupées en fascicules (ou faisceaux). Chaque fascicule est limité par son périnèvre. A l’intérieur de chaque fascicule, entre les fibres nerveuses, se trouve l’endonèvre. L’ensemble des fascicules est maintenu par l’épinèvre.

L’endonèvre est le tissu conjonctif lâche situé à l’intérieur des fascicules
Il comporte des fibroblastes dispersés, quelques mastocytes et de nombreuses microfibrilles de collagène orientées longitudinalement. Il contient de nombreux capillaires sanguins de type continu, dont l’endothélium est le siège d’une barrière entre le sang et les fibres nerveuses périphériques analogue à la barrière sang-cerveau du système nerveux central.



L’épinèvre est le tissu conjonctif dense qui enveloppe le tronc nerveux et réunit les uns aux autres ses différents fascicules
Il est fait de fibroblastes et de faisceaux de microfibrilles de collagène ; il contient un nombre variable d’adipocytes et de nombreux vaisseaux sanguins (vasa nervorum).
Le périnèvre entoure chaque fascicule
Chaque fascicule nerveux est entouré par une dizaine de couches de cellules périneurales aplaties, solidarisées par des jonctions intercellulaires, et revêtues par une MB, disposées concentriquement et séparées les unes des autres par quelques microfibrilles de collagène le plus souvent longitudinales.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
8.1 - Le système nerveux central
8.2 - Le système nerveux périphérique
8.2.1 - Les nerfs périphériques
8.2.2 - Les ganglions nerveux
8.2.3 - Les terminaisons nerveuses
8.2.1.1 - Qu’elles soient myélinisées ou amyéliniques, les fibres nerveuses périphériques associent toujours un ou des axones à une succession de cellules de Schwann
8.2.1.2 - Une fibre nerveuse périphérique amyélinique est constituée par un faisceau d’axones associés à une même séquence de cellules de Schwann
8.2.1.3 - Une fibre nerveuse périphérique myélinisée est constituée par un seul axone myélinisé, associé à une même séquence de cellules de Schwann
8.2.1.4 - Dans les troncs nerveux, les fibres nerveuses se groupent en fascicules