Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : les tissus

Sites à visiter

Table des Matières

Avant-Propos

1 - Méthodes de l'Histologie. Concept de tissu

2 - Les relations intercellulaires

3 - Les épithéliums

4 - Les tissus conjonctifs. Les tissus adipeux

5 - Les tissus squelettiques

6 - Les populations cellulaires « libres »

7 - Système nerveux et neurones

8 - Les systèmes nerveux central et périphérique

9 - Les tissus musculaires


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 5 - Les tissus squelettiques

 

5.1 - Le tissu cartilagineux

 

5.1.2 Le cartilage articulaire

Les cartilages articulaires sont localisés électivement au niveau des articulations mobiles. La face articulaire forme l’interface entre les deux pièces osseuses. Ainsi, les cartilages articulaires assurent le jeu et la mobilité de l’articulation. La face opposée à l’articulation (ou face abarticulaire) est enchâssée dans l’os avec une calcification de la MEC cartilagineuse située à l’interface osseuse. Enfin, latéralement, l’articulation est limitée par le tissu synovial.

La disposition des chondrocytes dans ce type de cartilage est particulière. Les cellules superficielles (au voisinage de l’articulation) sont aplaties et parallèles à la surface articulaire ; les cellules profondes sont plus arrondies et prennent une disposition en colonnes perpendiculaires à la surface articulaire.

Les cartilages articulaires empêchent, avec le liquide synovial, le frottement des surfaces osseuses. Le cartilage articulaire doit être rigide mais aussi déformable pour assurer une répartition harmonieuse des pressions qui s’exercent sur l’articulation. La disposition des fibres de collagène II en arcades ou ogives contribue grandement à cette répartition.

Dépourvus de périchondre, les cartilages articulaires se nourrissent essentiellement à partir du liquide synovial, et, pour une part, grâce à des échanges avec l’os sous-chondral.

5.1.3 Le cartilage de conjugaison (ou de croissance)

Les cartilages de conjugaison interviennent, au cours de l’enfance et de l’adolescence, dans la croissance des os longs, donc dans la taille du futur adulte. L’ossification endochondrale est un processus complexe imparfaitement connu, intervenant chez le fœtus et tout au long de la croissance. Jusqu’à l’âge adulte, la croissance en longueur des os s’effectue grâce à la prolifération des cartilages de conjugaison suivie d’une ossification endochondrale. Ce type d’ossification s’oppose à l’ossification de membrane, beaucoup plus simple, se résumant à la différenciation, au sein d’un tissu conjonctif, d’ostéoblastes à partir de cellules souches mésenchymateuses.


5.1.3.1 Le cartilage de croissance est organisé en colonnes

Le cartilage de croissance est formé de couches successives individualisables en MO.

La zone du cartilage hyalin la plus éloignée du front d’ossification constitue une réserve de chondrocytes au repos.

Les cartilages de conjugaison sont fertiles sur leur versant diaphysaire, où se produisent de nombreuses mitoses des chondrocytes. La prolifération des chondrocytes permet la formation de colonnes verticales (groupes isogéniques axiaux du cartilage sérié). Les chondrocytes de forme arrondie deviennent progressivement de plus en plus aplatis.

Puis, le volume des chondrocytes augmente condidérablement. Cette couche prend le nom de couche hypertrophique dans laquelle les chondrocytes synthétisent du collagène spécifique de type X et de la phosphatase alcaline concentrée dans des vésicules matricielles qui sont libérées dans la matrice extra-cellulaire. La phosphatase alcaline permet la libération de phosphate inorganique qui se lie au calcium pour former des cristaux d’hydroxy-apatite, au niveau de la zone de cartilage calcifié. Parallèlement, les chondrocytes hypertrophiques dégénèrent et meurent par apoptose.






5.1.3.2 La transition entre le tissu cartilagineux et osseux est abrupte au niveau du front de minéralisation

Dans les chondroplastes laissés vide par l’apoptose des chondrocytes et la phagocytose de leurs restes par des ostéoclastes, des capillaires sanguins venus de l’os sous-chondral pénètrent et amènent des cellules mésenchymateuses indifférenciées issues de la moelle osseuse. Ces cellules se différencient en ostéoblastes ; ces derniers élaborent du tissu osseux qui progressivement remplace le tissu cartilagineux. Ainsi, au fur et à mesure que les cartilages de conjugaison s’accroissent par prolifération des chondrocytes, ils sont remplacés par du tissu osseux.


5.1.3.3 GH et les stéroïdes sexuels agissent sur la croissance des os

Pendant toute la période de croissance staturale post-natale, la croissance en longueur des os longs est sous la dépendance de facteurs hormonaux agissant sur les cartilages de conjugaison, au premier rang desquels se situent IGF1 (dont l’hormone de croissance GH stimule la production par le foie) et les stéroïdes sexuels, androgènes et œstrogènes, ce qui explique la poussée de croissance au moment de la puberté. Quand tous les cartilages de conjugaison ont été remplacés par du tissu osseux et qu’il ne reste plus de chondrocytes susceptibles de se diviser, la croissance en longueur des os longs est terminée et la taille définitive de l’individu est atteinte.

5.1.3.4 Le contrôle moléculaire de l’ossification endochondrale commence à être connu

La squelettogénèse des vertébrés requiert une transition coordonnée entre la chondrogénèse et l’ostéogénèse. Les chondrocytes hypertrophiques du cartilage de conjugaison jouent un rôle central dans cette transition.

Différents facteurs de transcription déclenchent la différenciation des chondrocytes du cartilage sérié en chondrocytes hypertrophiques-sécréteurs d’indian hedgehog (ihh). Ihh agit sur les cellules ostéoprogénitrices et déclenche leur différenciation en ostéoblastes. En rétro-action, Ihh induit également la sécrétion par les chondrocytes de PTHrP (Parathormone-related peptide) qui stimule la prolifération des chondrocytes du cartilage sérié et inhibe leur différenciation en chondrocytes hypertrophiques.

Les chondrocytes hypertrophiques sécrètent également du VEGF qui promeut la néoangiogénèse. Les vaisseaux sanguins envahissent le cartilage hypertrophique et permettent à des phagocytes d’accéder aux chondrocytes hypertrophiques morts d’apoptose pour éliminer les restes. Les ostéoblastes peuvent alors venir déposer de la MEC osseuse le long des travées résiduelles de cartilage calcifié.


     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
5.1 - Le tissu cartilagineux
5.2 - Le tissu osseux
5.1.1 - Le tissu cartilagineux, communément appelé « cartilage », se caractérise par 5 points essentiels
5.1.2 - Le cartilage articulaire
5.1.3 - Le cartilage de conjugaison (ou de croissance)
5.1.3.1 - Le cartilage de croissance est organisé en colonnes
5.1.3.2 - La transition entre le tissu cartilagineux et osseux est abrupte au niveau du front de minéralisation
5.1.3.3 - GH et les stéroïdes sexuels agissent sur la croissance des os
5.1.3.4 - Le contrôle moléculaire de l’ossification endochondrale commence à être connu