Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : les tissus

Sites à visiter

Table des Matières

Avant-Propos

1 - Méthodes de l'Histologie. Concept de tissu

2 - Les relations intercellulaires

3 - Les épithéliums

4 - Les tissus conjonctifs. Les tissus adipeux

5 - Les tissus squelettiques

6 - Les populations cellulaires « libres »

7 - Système nerveux et neurones

8 - Les systèmes nerveux central et périphérique

9 - Les tissus musculaires


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 3 - Les épithéliums

 

3.3 - Les épithéliums glandulaires

3.3.4 - Les glandes endocrines déversent dans le sang des hormones qui agissent à distance sur les récepteurs spécifiques des organes-cibles

 

Glandes endocrines Hormones
  • Glande thyroïde
  • Hormones thyroïdiennes (T3, T4)
  • Calcitonine
  • Glandes parathyroïdes
  • Parathormone (PTH)
  • Glandes surrénales
 
  •      médullosurrénale
  •      corticosurrénale
  • Adrénaline, noradrénaline
  • Minéralocorticoïdes
  • Glucocorticoïdes (cortisol)
  • Androgènes
  • Pancréas
  • Insuline
  • Glucagon
  • Ovaires
  • Oestrogènes
  • Progestérone
  • Testicules
  • Testostérone
  • Hypothalamus
  • Adéno-hypophyse
  • etc.
  • (cf Tableau suivant)
  • (cf Tableau suivant)
  • etc.

Le plus souvent, les cellules glandulaires se disposent en travées, en cordons ou îlots dans un stroma conjonctif contenant de nombreux capillaires sanguins de type fenêtré. La disposition des cellules glandulaires en follicules est propre à la thyroïde.


Le produit de sécrétion, qui prend le nom d’hormone, passe dans la circulation sanguine pour aller agir en tant que signal sur une cellule-cible située plus ou moins loin.

3.3.4.1 Les cellules qui sécrètent des hormones hydrosolubles

Elles ont les mêmes caractéristiques morphologiques que les cellules exocrines sécrétant des protéines. En ME, les vésicules de sécrétion des cellules sécrétrices d’amines biogènes se distinguent toutefois par leur aspect de grains denses entourés d’un halo clair (vésicules à cœur dense).

Les hormones hydrophiles sont soit des peptides, polypeptides et protéines, soit des petites molécules chargées ou amines biogènes (adrénaline, noradrénaline, mélatonine...). Les récepteurs de ces hormones sont localisés dans la membrane plasmique des cellules-cibles et sont couplés à des systèmes de transduction tels que les protéines G ou les tyrosines-kinases qui activent à leur tour d’autres enzymes ou des complexes multiprotéiques.




3.3.4.2 Les cellules qui sécrètent des hormones hydrophobes

Les hormones hydrophobes diffusent librement à travers la membrane plasmique et se lient à des récepteurs intranucléaires. Il s’agit des hormones stéroïdiennes (œstrogènes, progestérone, testostérone, cortico-stéroïdes, etc.), de l’hormone thyroïdienne, de la vitamine D et de l’acide rétinoïque (métabolite de la vitamine A). Une fois activés, les récepteurs nucléaires se lient à l’ADN et modulent spécifiquement la transcription de certains gènes dans la cellule cible.


Les cellules endocrines sécrétrices d’hormones stéroïdes se caractérisent essentiellement par : 1) un réticulum endoplasmique lisse abondant ; 2) des mitochondries très nombreuses et, pour beaucoup d’entre elles, à crêtes tubulaires (et non lamellaires comme dans la plupart des autres types de cellules) ; 3) des vacuoles lipidiques (liposomes). En MO, l’utilisation de solvants des graisses dans la préparation des coupes vide ces vacuoles de leur contenu lipidique et confère aux cellules un aspect spongieux qui leur a fait donner le nom de spongiocytes. Les enzymes permettant la synthèse des hormones stéroïdes à partir du cholestérol sont principalement localisées dans les mitochondries et dans le réticulum endoplasmique lisse. Les hormones stéroïdes ne sont jamais stockées sous forme d’hormones actives, la stimulation cellulaire entraînant la modification enzymatique de leur précurseurs et leur synthèse. Il n’y a pas de vésicules de sécrétion (les liposomes ne sont pas des vésicules de sécrétion mais représentent les réserves d’esters de cholestérol) et pas d’exocytose (l’extrusion se fait par diffusion à travers la membrane plasmique et ne donne pas lieu à des phénomènes morphologiquement observables).



3.3.4.3 Les neurones neurosécrétoires sécrètent des neurohormones

Bien que constitué de cellules du système nerveux central et non de cellules épithéliales glandulaires, l’hypothalamus a néanmoins une fonction endocrine, due à la présence de neurones neurosécrétoires. Ces neurones particuliers qui siègent dans l’hypothalamus se répartissent en deux groupes : 1) certains neurones de l’hypothalamus latéral sécrètent des neuro-hormones hypophysiotropes qui, par voie sanguine, stimulent (libérines ou « Releasing Hormones ») ou freinent (statines ou « Inhibiting Factors ») la sécrétion des hormones adéno-hypophysaires par les cellules glandulaires endocrines de l’adénohypophyse (cf. tableau) ; 2) les neurones des noyaux supra-optiques et paraventriculaires sécrétent les hormones dites post-hypophysaires (ocytocine et vasopressine - ou hormone antidiurétique ou ADH), déversées dans la circulation au niveau de la post-hypophyse.

Hormones adéno-hypophysaires Neuro-hormones hypothalamiques hypophysiotropes
Libérines Statines
  • ACTH
  • TSH
  • FSH et LH
  • GH
  • Prolactine
  • Corticolibérine
  • Thyrolibérine
  • Gonadolibérine (GnRH)
  • Somatolibérine
  • Prolactolibérine



Somatostatine
Prolactostatine (PIF)

ACTH = hormone corticotrope

TSH = hormone thyréotrope

FSH et LH = hormones gonadotropes (folliculostimulante et lutéinisante)

GH = Growth Hormone = Hormone de croissance = STH = Somathormone

GnRH = Gonadotropin Releasing Hormone

PIF = Prolactin Inhibiting Factor


3.3.4.4 Les cellules neuroendocrines forment un système endocrinien diffus sécrétant de nombreux neuropeptides et des amines biogènes

Les cellules neuroendocrines (cellules NE), dites aussi cellules argentaffines ou entérochromaffines, sont dispersées principalement dans les épithéliums de revêtement digestifs et respiratoires et dans les glandes digestives. Les cellules de Merkel des épithéliums malpighiens cutanéo-muqueux et les cellules des paraganglions (médullo-surrénales, corpuscules carotidiens, etc.) sont également des cellules NE. Les cellules NE sécrètent de nombreux neuropeptides et des amines biogènes (noradrénaline, adrénaline, dopamine et/ou sérotonine). La sécrétion se fait dans le milieu extracellulaire et l’action s’exerce loco-régionalement sur les cellules NE elles-mêmes et/ou sur les cellules voisines (sécrétion auto/paracrine) ; une action endocrine est également possible. En ME, les vésicules de sécrétion apparaissent comme des grains denses entourés d’un halo clair cerné par une membrane (vésicules à cœur dense). Les immunomarqueurs des neurones sont positifs dans les cellules NE, mais seuls les immunomarquages avec les anticorps spécifiques dirigés contre les différents peptides et/ou amines sécrétés par chacune des variétés de cellules NE permettent de les caractériser précisément.



     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
3.1 - La cellule épithéliale
3.2 - Les épithéliums de revêtement
3.3 - Les épithéliums glandulaires
3.3.1 - La sécrétion est un phénomène cellulaire très général
3.3.2 - Les glandes sont des groupements organisés de cellules glandulaires
3.3.3 - Les glandes exocrines déversent leur produit de sécrétion dans le milieu extérieur
3.3.4 - Les glandes endocrines déversent dans le sang des hormones qui agissent à distance sur les récepteurs spécifiques des organes-cibles
3.3.4.1 - Les cellules qui sécrètent des hormones hydrosolubles
3.3.4.2 - Les cellules qui sécrètent des hormones hydrophobes
3.3.4.3 - Les neurones neurosécrétoires sécrètent des neurohormones
3.3.4.4 - Les cellules neuroendocrines forment un système endocrinien diffus sécrétant de nombreux neuropeptides et des amines biogènes