Site médecine Sorbonne
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : les tissus

Sites à visiter

Table des Matières

Avant-Propos

1 - Méthodes de l'Histologie. Concept de tissu

2 - Les relations intercellulaires

3 - Les épithéliums

4 - Les tissus conjonctifs. Les tissus adipeux

5 - Les tissus squelettiques

6 - Les populations cellulaires « libres »

7 - Système nerveux et neurones

8 - Les systèmes nerveux central et périphérique

9 - Les tissus musculaires


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 1 - Matériel et méthodes de l’histologie médicale. Le concept de tissu

 

1.1 - Matériel et méthodes de l’histologie médicale

1.1.3 - Les techniques spéciales de détection in situ

1.1.3.6 - Les procédés de marquage, de révélation et d’observation

 

Qu’il s’agisse de l’anticorps utilisé en immunohistochimie, de la lectine utilisée en lectinohistochimie ou de la sonde utilisée en hybridation in situ, les procédés de marquage et de révélation sont analogues.

Image graphique11.trsp.gif

Il s’agit de coupler (conjuguer) l’anticorps, la lectine ou la sonde avec :

  • soit un fluorochrome (c’est à dire un produit fluorescent, comme la fluorescéine ou la rhodamine) que l’on visualisera par l’observation au MO à lumière ultra-violette ou au microscope confocal. La technique de FISH (ou Fluorescent In Situ Hybridization) consiste à utiliser des sondes complémentaires des différents chromosomes et à les visualiser à l’aide d’anticorps fluorescents.


  • soit une enzyme (comme la peroxydase du raifort ou la phosphatase alcaline) que l’on fait agir sur son substrat ; le produit de la réaction enzymatique est révélé par un chromogène (comme la diaminobenzidine par exemple) qui le colore (en brun, en rose ou de toute autre couleur) et que l’on peut observer en MO.
    La sensibilité et la fiabilité des techniques immunohistochimiques utilisant les marquages par une enzyme (méthodes dites immuno-enzymatiques) ont été améliorées par plusieurs méthodes d’amplification du signal : couplage de l’anticorps secondaire avec un complexe peroxydase-anticorps anti-peroxydase (PAP), un complexe enzymatique (Alcalin Phosphatase Anti Alcalin Phosphatase, dite technique APAAP) ou un complexe avidine-biotine conjugué à un système de révélation (cf plus loin). La technique peroxydase-antiperoxydase (PAP) est la méthode de choix pour le diagnostic histopathologique de routine. L’anticorps secondaire s’accroche par un de ses sites à un complexe peroxydase-anticorps anti-peroxydase. Les peroxydases endogènes doivent évidemment être préalablement bloquées par l’eau oxygénée. Les méthodes immuno-enzymatiques peuvent être réalisées sur des coupes de tissus congelés ou surtout sur du matériel fixé dans le formol et inclus en paraffine.


  • soit des billes d’or colloïdal repérables ensuite en ME ; l’utilisation de billes de diamètres différents permet des marquages multiples.

  • soit de la biotine, vitamine hydrosoluble qui se lie à l’avidine ou streptavidine (protéine bactérienne), par une liaison de haute affinité et de grande spécificité. Le système biotine-avidine est à son tour marqué et révélé par un des procédés précédents (fluorochrome, enzyme ou billes d’or). On peut également localiser la biotine en utilisant des anticorps anti-biotine couplés comme précédemment à un fluorochrome, une enzyme ou de l’or colloïdal.
  • soit de la digoxigénine, détectée par des anticorps anti-digoxigénine couplés, selon la formule précédente, à un système de révélation.

En associant différentes techniques d’immunohistochimie et/ou d’HIS, utilisant des moyens de marquage et de révélation différents, des signaux multiples peuvent être localisés simultanément dans la même cellule. Ces marquages multiples sont possibles en MO et/ou en ME. Ils bénéficient grandement de la microscopie confocale.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
1.1 - Matériel et méthodes de l’histologie médicale
1.2 - Le concept de tissu
1.1.1 - Le choix du matériel et les modalités de prélèvement
1.1.2 - Les techniques de MO et de ME sont utilisées en routine pour visualiser les structures
1.1.3 - Les techniques spéciales de détection in situ
1.1.4 - La production des images est liée à la mise en œuvre de moyens optiques, le plus souvent en rapport avec un microscope
1.1.5 - L’interprétation des images vise à leur donner du sens
1.1.3.1 - L’histochimie
1.1.3.2 - L’histoenzymologie
1.1.3.3 - L’immunohistochimie
1.1.3.4 - La lectinohistochimie
1.1.3.5 - L’hybridation in situ
1.1.3.6 - Les procédés de marquage, de révélation et d’observation