Site médecine Sorbonne
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Histologie : les tissus

Sites à visiter

Table des Matières

Avant-Propos

1 - Méthodes de l'Histologie. Concept de tissu

2 - Les relations intercellulaires

3 - Les épithéliums

4 - Les tissus conjonctifs. Les tissus adipeux

5 - Les tissus squelettiques

6 - Les populations cellulaires « libres »

7 - Système nerveux et neurones

8 - Les systèmes nerveux central et périphérique

9 - Les tissus musculaires


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 1 - Matériel et méthodes de l’histologie médicale. Le concept de tissu

 

1.1 - Matériel et méthodes de l’histologie médicale

1.1.3 - Les techniques spéciales de détection in situ

 

1.1.3.4 La lectinohistochimie

La lectinohistochimie (ou lectinocytochimie) repose sur l’utilisation de lectines, protéines d’origine animale, végétale ou bactérienne, capables de reconnaître et de se lier à des copules hydrocarbonées des composants cellulaires, notamment des sucres du cell-coat revêtant les membranes plasmiques. Les lectines sont spécifiques d’un sucre donné.


1.1.3.5 L’hybridation in situ

L’hybridation in situ (HIS) détecte et localise des séquences d’ADN ou d’ARN.

Elle utilise des sondes d’acides nucléiques qui mettent en évidence et localisent, dans des cellules ou des tissus, des séquences d’acides nucléiques complémentaires de la sonde par leurs bases. L’HIS est un outil incomparable pour étudier l’expression des gènes. Elle est proche, dans son principe, des Southern et des Northern blots et repose, comme eux, sur l’hybridation d’une sonde d’acide nucléique (ADN ou ARN) marquée dont la séquence est complémentaire des acides nucléiques que l’on cherche à identifier et à localiser. Alors que les Southern et Northern blot se font sur des broyats de tissus, l’HIS s’effectue sur coupe histologique, apportant ainsi des informations précises sur la localisation des acides nucléiques étudiés. Les sondes utilisées sont le plus souvent de l’ADN, un ARN-messager ou des oligonucléotides synthétiques. Le marquage des sondes peut être réalisé par des isotopes radio-actifs (« sondes chaudes » : tritium H3, phosphore P32 ou P33, soufre S35). La révélation se fait par autoradiographie. Le comptage des grains d’argent sur les autoradiographies permet une étude semi-quantitative. Le marquage des sondes peut également se faire par des produits non radio-actifs (sondes dites « froides ») [voir plus loin]


     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
1.1 - Matériel et méthodes de l’histologie médicale
1.2 - Le concept de tissu
1.1.1 - Le choix du matériel et les modalités de prélèvement
1.1.2 - Les techniques de MO et de ME sont utilisées en routine pour visualiser les structures
1.1.3 - Les techniques spéciales de détection in situ
1.1.4 - La production des images est liée à la mise en œuvre de moyens optiques, le plus souvent en rapport avec un microscope
1.1.5 - L’interprétation des images vise à leur donner du sens
1.1.3.1 - L’histochimie
1.1.3.2 - L’histoenzymologie
1.1.3.3 - L’immunohistochimie
1.1.3.4 - La lectinohistochimie
1.1.3.5 - L’hybridation in situ
1.1.3.6 - Les procédés de marquage, de révélation et d’observation