Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Hématologie

Sommaire

1 - Agranulocytose médicamenteuse : conduite à tenir

2 - Dysmyélopoïèse

3 - Leucémie aiguë

4 - Leucémies lymphoïdes chroniques

5 - Lymphomes malins

6 - Maladie de Vaquez

7 - Myélome multiple des os

8 - Anémie par carence martiale

9 - Orientation diagnostique devant une adénopathie superficielle

10 - Orientation diagnostique devant une anémie

11 - Orientation diagnostique devant une éosinophilie

12 - Hémogramme : indications et interprétation

13 - Orientation diagnostique devant un purpura chez l’enfant et l’adulte

14 - Orientation diagnostique devant une splénomégalie

15 - Orientation diagnostique devant un syndrome mononucléosique

16 - Orientation diagnostique devant une thrombopénie

17 - Prescription et surveillance d’un traitement antithrombotique

18 - Accidents des anticoagulants

19 - Orientation diagnostique devant un trouble de l’hémostase et de la coagulation

20 - Transfusion sanguine et produits dérivés du sang : indications, complications. Hémovigilance

21 - Exposition accidentelle au sang (conduite à tenir)


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 12 - Hémogramme : indications et interprétation

 

 

12.6 Énoncer les principales causes d’hyperleucytoses avec polynucléose neutrophile

Définition
Le chiffre des polynucléaires (PN) est supérieur à 7,5 giga/l. Il existe une fausse polynucléose en cas de cryoglobulinémie qui disparaît si le prélèvement est effectué à 37°
Les Etiologies
  • Non hématologiques : grossesse, infections bactériennes, syndrome inflammatoire chronique au cours des maladies systémiques (PAN, PR etc...), nécrose tissulaire aiguë (infarctus du myocarde, pancréatite aiguë, ...), médicamenteuse : traitement par corticoïde, lithium, facteurs de croissance hématopoïétiques (G-CSF), après splénectomie, endocrinopathie (Cushing, thyroïdite aiguë, ...). Polynucléose liée au tabac : si plus de 15 cigarettes par jour, pour en avoir la certitude : test d’arrêt avec disparition de la polynucléose en plusieurs semaines.
  • Hématologiques : syndromes myéloprolifératifs sans myélémie (Vaquez, thrombocytémie primitive) ou avec myélémie (LMC, ostéomyélosclérose primitive). Leucémie myélomonocytaire chronique.

12.7 Énoncer les principales causes de myélémie

Définition
Présence à l’hémogramme de cellules normales de la moelle osseuse non présentes dans le sang (cellules de la lignée granuleuse : myélocytes, métamyélocytes, promyélocytes).
Une myélémie avec 2 % de myélocytes ou métamyélocytes n’est pas pathologique si elle est transitoire. Si signalée à plusieurs reprises : bilan nécessaire
Causes
  • Myélémie modérée et transitoire :
    • réparation d’une insuffisance médullaire avec agranulocytose
    • infection aiguë avec hyperleucocytose ou neutropénie
  • Myélémie persistante : avis spécialisé :
    • syndrome myéloprolifératif (LMC)
    • métastase médullaire d’un cancer, myélofibrose
    • myélodysplasie

12.8 Énoncer les principales causes d’hyperplaquettose

  1. Syndrome inflammatoire
  2. Carence martiale
  3. Splénectomie/asplénie
  4. Hémorragie aiguë
  5. Réparation de thrombopénie
  6. Syndrome myéloprolifératif

12.9 Décrire les anomalies de l’hémogramme et de l’hémostase au cours de la grossesse

  • Globules rouges :
    • Baisse du taux de l’hémoglobine au dernier trimestre (au plus bas à 10,5 g/dl), correspondant à une augmentation de la masse érythrocytaire avec dilution par un volume plasmatique encore plus élevé
    • Risque d’anémie vraie par carence en fer et/ou d’acide folique (surtout si grossesses rapprochées et niveau socio-économique faible)
  • Leucocytes :
    • Augmentation progressive des polynucléaires neutrophiles
  • Plaquettes :
    • Thrombopénie physiologique de la grossesse (inconstante)
  • Hémostase :
    • La grossesse n’entraîne pas d’anomalie significative du bilan d’hémostase. Elle effondre le taux de protéine S au-dessous de 50 % et augmente les taux de facteur VIII et facteur Willebrand jusqu’à 300 %.
  • Vitesse de sédimentation :
    • Habituellement augmentée (jamais au-dessus de 50 : sinon rechercher une autre explication)

12.10 Décrire les anomalies de l’hémogramme et de l’hémostase au cours des cirrhoses

on y retrouve de nombreux mécanismes

  • Anémie multifactorielle par :
    • Hémodilution
    • Carence vitaminique
    • Toxicité de l’alcool
    • Déficit en érythropoïétine
    • Hyperhémolyse

    Généralement macrocytaire et arégénérative
  • Thrombopénie par :
    • Trapping splénique (hypersplénisme)
    • CIVD
    • Déficit en thrombopoïétine
    • Carence vitaminique
  • Neutropénie par :
    • Hypersplénisme
    • Carence vitaminique
  • L’insuffisance hépato-cellulaire :
    • Déficits en facteurs du complexe prothrombique, notamment la baisse du taux du facteur V (diagnostic différentiel avec le déficit en vitamine K isolé). Le taux de fibrinogène et de facteur V sont des indicateurs de la gravité de l’insuffisance hépatique.
    • Métabolisme de l’acide folique altéré
  • L’alcoolisme aigu :
    Cytopénies régressant à l’arrêt :
    • Anémies sidéroblastiques
    • Anémies hémolytiques
    • Neutropénies centrales
    • Thrombopénies centrales

12.11 Décrire les anomalies de l’hémogramme et de l’hémostase au cours de l’insuffisance rénale chronique

  • Anémie, normochrome, normocytaire ou légèrement macrocytaire, non régénérative, habituellement bien tolérée, même à des chiffres de l’ordre de 6 g/dl ; toutefois, elle peut justifier un traitement par l’érythropoïétine.
  • Principal mécanisme :
    • L’effondrement de la sécrétion d’érythropoïétine, et s’il en circule encore (notamment l’érythropoïétine d’origine extra rénale), elle réagit peu aux stimuli physiologiques normaux
    • Il existe aussi un raccourcissement de la durée de vie des hématies ;
  • Une anémie chronique est constante dans l’IRC au-dessous de 40 ml/mn de clairance de la créatinine environ ;
  • Diminution de l’agrégation plaquettaire liée à l’élévation du taux d’urée (l’aspirine est contreindiquée) donc tendance hémorragique liée à l’anomalie de l’hémostase primaire. Allongement fréquent du temps de saignement d’autant plus important que l’hématocrite est bas
  • VS souvent élevée, en l’absence de tout processus inflammatoire.

12.12 Décrire les anomalies de l’hémogramme et de l’hémostase au cours des insuffisances endocriniennes

  • l’hypothyroïdie
    • est la principale cause endocrinienne d’anémie : normochrome, normocytaire souvent, parfois macrocytaire (sans déficit vitaminique), toujours non régénérative
    • elle reste modérée et réagit à la correction du déficit hormonal
  • l’hyperthyroïdie
    • souvent anémie discrètement microcytaire sans déficit en fer
    • neutropénie modérée fréquente
  • l’insuffisance surrénalienne (maladie d’Addison)
    • discrète anémie, normochrome, normocytaire, non régénérative
    • corrigeable par l’opothérapie substitutive
  • l’insuffisance hypophysaire
    • donne une anémie centrale, normochrome, normocytaire, non régénérative.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
12.1 - Prescription en urgence dâ???émogramme ou dâ???â???émostase
12.2 - Lâ???émogramme normal
12.3 - Quand appeler dâ???écialiste
12.4 - La pancytopénie
12.5 - Lâ???
12.6 - Hyperleucytoses avec polynucléose neutrophile
12.7 - Principales causes de myélémie
12.8 - Principales causes dâ???
12.9 - Anomalies de lâ???émogramme et de lâ???émostase au cours de la grossesse
12.10 - Anomalies de lâ???émogramme et de lâ???émostase au cours des cirrhoses
12.11 - Anomalies de lâ???émogramme et de lâ???émostase au cours de lâ???énale chronique
12.12 - Anomalies de lâ???émogramme et de lâ???émostase au cours des insuffisances endocriniennes