Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Hématologie

Sommaire

1 - Agranulocytose médicamenteuse : conduite à tenir

2 - Dysmyélopoïèse

3 - Leucémie aiguë

4 - Leucémies lymphoïdes chroniques

5 - Lymphomes malins

6 - Maladie de Vaquez

7 - Myélome multiple des os

8 - Anémie par carence martiale

9 - Orientation diagnostique devant une adénopathie superficielle

10 - Orientation diagnostique devant une anémie

11 - Orientation diagnostique devant une éosinophilie

12 - Hémogramme : indications et interprétation

13 - Orientation diagnostique devant un purpura chez l’enfant et l’adulte

14 - Orientation diagnostique devant une splénomégalie

15 - Orientation diagnostique devant un syndrome mononucléosique

16 - Orientation diagnostique devant une thrombopénie

17 - Prescription et surveillance d’un traitement antithrombotique

18 - Accidents des anticoagulants

19 - Orientation diagnostique devant un trouble de l’hémostase et de la coagulation

20 - Transfusion sanguine et produits dérivés du sang : indications, complications. Hémovigilance

21 - Exposition accidentelle au sang (conduite à tenir)


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 11 - Orientation diagnostique devant une éosinophilie

 

 

  • Item 311
  • Objectif : Devant une éosinophilie, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents

11.1 Définition

L’hyperéosinophilie est définie par la présence de plus de 500/mm3 polynucléaires éosinophiles circulants, constatée sur plusieurs numérations successives. Les causes des éosinophilies sont nombreuses, mais les deux plus fréquentes sont les allergies et les parasitoses.

11.2 Causes des hypereosinophilies

11.2.1 Allergies

Elles sont les causes les plus fréquentes d’éosinophilie dans les pays industrialisés Rentrent dans ce cadre d’affections : l’asthme atopique, l’eczéma constitutionnel, l’urticaire, les rhinites et sinusites allergiques, la trachéo-bronchite spasmodique. De nombreux médicaments sont responsables de manifestations allergiques, immédiates ou retardées. Certains médicaments entraînent régulièrement une éosinophilie, en dehors de toute réaction allergique : extrait de foie, allopurinol, hydantoïne, etc …

11.2.2 Parasitoses

  • Helminthiases autochtones : Oxyurose, Ascaridiose, Trichocéphalose Teniase, Trichinose, Hydatidose, Distomatose, Syndrome de Larva migrans
  • Helminthiases exotiques et cosmopolites : Ankylostomiase, Bilharzioze, Filariose, Anguillulose.

11.2.3 Maladies systémiques

Dans certaines maladies systémiques, l’hyperéosinophilie est un élément important du tableau clinique : fasciite à éosinophiles (syndrome de Shulmann,) PAN…

11.2.4 Cancers et hémopathies

Maladie de Hodgkin et plus rarement : cancer du sein, bronches, syndromes myéloprolifératifs chroniques.

11.2.5 Syndrome hyperéosinophilique idiopathique

Il touche l’homme jeune, et comporte une hyperéosinophilie parfois considérable, d’évolution chronique (>6 mois) et sans cause identifiable. Les manifestations cliniques sont liées aux lésions tissulaires provoquées par les éosinophiles.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
11.1 - Définition
11.2 - Causes des hypereosinophilies
11.2.1 - Allergies
11.2.2 - Parasitoses
11.2.3 - Maladies systémiques
11.2.4 - Cancers et hémopathies
11.2.5 - Syndrome hyperéosinophilique idiopathique