Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Gynécologie

Sommaire

1 - Examen gynécologique

2 - Sexualité

3 - Leucorrhées

4 - Salpingites

5 - Ulcérations génitales

6 - MST

7 - Contraception

8 - IVG

9 - Stérilité du couple

10 - Assistance Médicale à la Procréation

11 - Hémorragie génitale chez la femme

12 - Algies pelviennes

13 - Aménorrhées primaires

14 - Aménorrhée secondaire

15 - Ménopause

16 - Prolapsus I.U.E

17 - Tuméfaction pelvienne

18 - Fibrome

19 - Kyste Ovarien

20 - Dépistage des cancers

21 - Pathologie bénigne du col utérin

22 - Cancer du col

23 - Cancer de l’endomètre

24 - Cancer de l’ovaire

25 - Pathologie benigne du sein

26 - Prise en charge des victimes d’abus sexuel


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 6 - MST

 

6.5 - Comment diagnostiquer les principales MST ?

6.5.1 - Les virus

 

6.5.1.3 Cytomégalovirus (CMV)

Virus à ADN de la famille des herpesviridae, la transmission par voie sexuelle n’est qu’un des modes de contamination possible. Il n’y a pas de symptômes génitaux.

La séroprévalence (50 à 60 %) augmente avec l’âge des patients et leur statut immunitaire déficient (greffés, HIV).

Le problème essentiel de ce virus est le risque d’atteinte fœtale soit par une primo infection en cours de grossesse, soit à l’occasion d’une réinfestation ou une reviviscence du virus. Il constitue la principale cause de handicaps neurosensoriels acquis in utero.

6.5.1.4 Virus de l’immunodéficience humaine (HIV)

Ce chapitre sera traité en infectiologie

6.5.1.5 Hépatites

La principale maladie de contamination sexuelle est l’hépatite B. L’hépatite C est rarement de contamination sexuelle et pose surtout le problème de la contamination materno-fœtale.

Nous ne traiterons que de l’hépatite B.

Virologie
Il s’agit d’un virus à ADN. On distingue différents antigènes : d’enveloppe (Ag HBs), de capside (Ag HBc) et un antigène témoin de la multiplication virale (Ag Hbe). Ces antigènes induisent des anticorps spécifiques.
Epidémiologie
La contamination se fait par voie sexuelle ou sanguine.
La prévalence a partout progressé depuis 20 ans ; elle est variable en fonction des pays et des groupes à risque (drogués, transfusés, homosexuels). On estime cette prévalence entre 0,1 et 0,5 %. L’incidence annuelle est de 100 000 cas par an.
L’hépatite B est responsable :
  • d’une hépatite souvent anictérique (90 %),
  • plus rarement d’hépatite aiguë (10 %
  • exceptionnellement d’une hépatite fulminans (<1 %),
  • enfin dans 5 à 10 % des cas une hépatite chronique pouvant évoluer vers la cirrhose (20 %) et l’hépatocarcinome.

On estime à 150 000 cas de portage chronique. 0,5 à 2,3 % des femmes enceintes sont Ag HBs positives. Il n’y a pas de signes gynécologiques de la contamination par le virus de l’hépatite B.
Diagnostic
Il est basé sur les sérologies :
L’Ag HBs est le premier à apparaître puis viennent les IgM anti HBc. L’Ag Hbe est présent pendant la phase aiguë, sa disparition signe la guérison. Les Ac Anti HBs ne sont présents que plus tardivement.
  • La guérison est affirmé par l’absence d’Ag HBs, la présence d’Ac anti HBS et anti HBc,
  • Le portage chronique est affirmé par la présence d’Ag HBs, l’absence d’Ac anti HBs ; l’Ag Hbe signe l’agressivité du portage chronique,
  • Le sujet vacciné n’a que des Ac anti HBs.
Hépatite B et grossesse
La contamination materno-fœtale se fait surtout au moment de l’accouchement. La contamination du nouveau-né entraîne dans 90 % des cas une infection chronique.
  • La prise en charge est actuellement bien codifiée,
  • La recherche de l’antigène HBs est obligatoire au 6ème mois de la grossesse (14/02/1992),
  • En cas de positivité une séro vaccination est réalisée dès la naissance (cf : chapitre infection et grossesse).
Prévention
La vaccination des populations à risque et des filles avant activité génitale est le meilleur moyen d’éviter les conséquences de cette MST.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
6.1 - Introduction
6.2 - Quelles sont les principales données épidémiologiques concernant les MST ?
6.3 - Quelles sont les principales conséquences des MST ?
6.4 - Dans quelles circonstances sommes nous amenés à évoquer le diagnostic de MST ?
6.5 - Comment diagnostiquer les principales MST ?
6.6 - Points essentiels
6.5.1 - Les virus
6.5.2 - Bactéries
6.5.3 - Mycologiques
6.5.4 - Parasitaires
6.5.1.1 - Papillomavirus Humain (HPV)
6.5.1.2 - Herpès simplex (HSV)
6.5.1.3 - Cytomégalovirus (CMV)
6.5.1.4 - Virus de l’immunodéficience humaine (HIV)
6.5.1.5 - Hépatites