Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Gynécologie

Sommaire

1 - Examen gynécologique

2 - Sexualité

3 - Leucorrhées

4 - Salpingites

5 - Ulcérations génitales

6 - MST

7 - Contraception

8 - IVG

9 - Stérilité du couple

10 - Assistance Médicale à la Procréation

11 - Hémorragie génitale chez la femme

12 - Algies pelviennes

13 - Aménorrhées primaires

14 - Aménorrhée secondaire

15 - Ménopause

16 - Prolapsus I.U.E

17 - Tuméfaction pelvienne

18 - Fibrome

19 - Kyste Ovarien

20 - Dépistage des cancers

21 - Pathologie bénigne du col utérin

22 - Cancer du col

23 - Cancer de l’endomètre

24 - Cancer de l’ovaire

25 - Pathologie benigne du sein

26 - Prise en charge des victimes d’abus sexuel


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 25 - Pathologie benigne du sein

 

25.11 - Quels sont les résultats des explorations devant un nodule en cas de cancer du sein ?

 

25.11.1 Explorations

Interrogatoire
  • Facteurs de risque (cf épidémio, analytique),
  • Date + modalités d’apparition.
Examen clinique
Image exmansein1.gif


Inspection : bras ballants et relevés
  • modification du galbe (voussure, rétraction),
  • signes inflammatoires,
  • modification du mamelon (rétraction, lésion pseudoexzématiforme du Paget).

Palpation :
  • tumeur dure mal limitée indolore,
  • adhérence peau plan musculaire (manœuvre d’abduction contrariée de Tillaux),
  • écoulement mamelonnaire (sanglant +++).

Recherche de métastases :
  • Aires N (axillaires et sus claviculaires) : adénopathies banales, petites dures roulant sous le doigt, grosses dures fixées,
  • Générales (os, poumons, foie).
Examens complémentaires
Mammographie indispensable
Image ruptarchi.jpg


  • opacité spiculée avec prolongements rameux et microcalcifications,
  • rupture architecturale (clichés centrés agrandis),
  • 10 % des cas : opacité arrondie « bénigne ».
  • signes indirects :
    • Rétraction cutanée ou mamelon,
    • Peau épaissie,
    • Néo vascularisation,
    • Microcalcifications.
Echographie complémentaire
  • nodule hypoéchogène irrégulier,
  • grand axe perpendiculaire à la peau,
  • cône d’ombre postérieur avec hypervascularisation doppler.

Image kseinhypervas.jpg


Développement du diagnostic cytologique et histologique par microbiopsies macrobiopsies guidées sous contrôle mammographique ou échographique : conséquence du diagnostic plus précoce avec des images moins typiques.
Image aigbiops.jpg
Microbiopsie sous contrôle écho ou mammographique

Image mammotome.jpg
Macrobiopsies par la Mammotome : principes

25.11.2 Anatomie pathologique

Histoire naturelle : cancérisation des cellules épithéliales de l’UTDL (Unité Terminale Ducto-Lobulaire) :

  • La plupart des lésions mammaires proliférantes ou cancéreuses naissent au niveau de l’UTDL,
  • Temps de doublement moyen des K infiltrants : 3 mois :
    • Cancer palpable à 1 cm (10 ans d’évolution),
    • Cancer mammographiquement décelable à 0.5 cm.
  • L’extension varie selon génie évolutif propre à la tumeur (du Carcinome Canalaire In Situ au Cancer of Uncertain Providence syndrome)
    • loco-régionale : ganglions (N) axillaires, N Chaîne Mammaire Interne et sus claviculaires (Cancers centraux et interne),
    • générale par voie lymphatique et veineuse : os, plèvre poumons, foie et cerveau.

25.11.3 Classification des tumeurs sur sein

25.11.3.1 Les cancers in situ

Prolifération carcinomateuse qui se développe dans la lumière des canaux et des lobules, sans franchir la membrane basale et sans envahir le tissu conjonctif.

  • Carcinome canalaire in situ (intracanalaires intraglalactophorique)
    Défini par une prolifération de celulles maligne de type canalaire :
    • prévalence en nette augmentation (20 % des cancers
    • multifocalité (30 %) / bilatéralité (10 %)
    • évolution inéluctable vers l’invasion
    • agressivité variable (fct? architecture, grade nucléaire, nécrose)

    Image mcalcis.jpg
    Microcalcifications révélant un CCIS

    Image piececis.jpg
    Pièce anapath de CCIS

  • Carcinome lobulaire in situ (intralobulaire)
    Défini par une prolifération de cellules lobulaires
    • cellules régulières, peu atypique « aspect de sac de billes »
    • multifocalité (75 %)
    • bilatéralité (35 %)
    • marqueur de risque (Risque Absolu : 1 % / an / sein) évolution vers un cancer invasif dans 35 % des cas

    Image lobul3.jpg
    Pièce anapath de CLIS

25.11.3.2 Carcinomes infiltrants

  • Les cellules tumorales ont envahi le tissu conjonctif et peuvent donner des métastases,
  • Le carcinome canalaire infiltrant : forme commune (75 % des cas).
    Image magrcentr.jpg
    Cancer canalaire infiltrant cliché centré agrandi

    Image piecekinf.jpg  Image histokinf.jpg 
    Pièce opératoire Histologie

  • Autres formes
    carcinome
    • lobulaire infiltrant,
    • mucineux,
    • papillaire,
    • médullaire,
    • tubuleux...

    Image klobinf.jpg
    carcinome lobulaire infiltrant

25.11.3.3 Autres tumeurs malignes non épithéliales rares

  • lymphomes mammaires,
  • sarcomes :
    Ils naissent du tissu conjonctif mammaire où à partir d’une tumeur phyllode pré-existante.
    Ils ont un mauvais pronostique.
    Image sarcome2.jpg

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
25.1 - Introduction
25.2 - Exploration dâ???
25.3 - Compte-rendu anatomopathologique
25.4 - Attitude thérapeutique et suivi en cas de lésion bénigne du sein
25.5 - CAT en cas d’écoulement mamelonnaire
25.6 - Conduite Ã???
25.7 - CAT devant une mastopathie à risque
25.8 - CAT devant une lésion infraclinique
25.9 - Circonstances de diagnostic dâ???
25.10 - Stratégie diagnostique
25.11 - Résultats des explorations devant un nodule en cas de cancer du sein
25.12 - Stratégie thérapeutique en cas de cancer du sein
25.13 - Surveillance dâ???
25.14 - Epidémiologie analytique et dépistage mammographique
25.15 - Points essentiels
25.11.1 - Explorations
25.11.2 - Anatomie pathologique
25.11.3 - Classification des tumeurs sur sein
25.11.3.1 - Les cancers in situ
25.11.3.2 - Carcinomes infiltrants
25.11.3.3 - Autres tumeurs malignes non épithéliales rares