Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Gynécologie

Sommaire

1 - Examen gynécologique

2 - Sexualité

3 - Leucorrhées

4 - Salpingites

5 - Ulcérations génitales

6 - MST

7 - Contraception

8 - IVG

9 - Stérilité du couple

10 - Assistance Médicale à la Procréation

11 - Hémorragie génitale chez la femme

12 - Algies pelviennes

13 - Aménorrhées primaires

14 - Aménorrhée secondaire

15 - Ménopause

16 - Prolapsus I.U.E

17 - Tuméfaction pelvienne

18 - Fibrome

19 - Kyste Ovarien

20 - Dépistage des cancers

21 - Pathologie bénigne du col utérin

22 - Cancer du col

23 - Cancer de l’endomètre

24 - Cancer de l’ovaire

25 - Pathologie benigne du sein

26 - Prise en charge des victimes d’abus sexuel


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 20 - Dépistage des cancers

 

 

Objectifs :

  • Argumenter les principes du dépistage du cancer.
  • Décrire l’épidémiologie des 5 cancers les plus fréquents chez la femme (incidence, prévalence, mortalité).
  • Expliquer les principaux facteurs de cancérogenèse et leur incidence sur la prévention.
  • Décrire l’histoire naturelle du cancer.
  • Expliquer et hiérarchiser les facteurs de risque.
  • Expliquer les principes de prévention primaire et secondaire.

20.1 Quels sont les critères pouvant justifier la mise en place d’un dépistage ?

Certains cancers ont les caractéristiques d’une pathologie se prêtant au dépistage :

  • gravité,
  • fréquence dans l’absolu ou dans une population définie à forte incidence,
  • phase pré-clinique longue où le diagnostic est possible (avec guérison),
  • pathologie dont le diagnostic précoce augmente la curabilité.

Un test de dépistage doit avoir lui-même des caractéristiques particulières :

  • économiquement viable ce qui suppose qu’il soit évalué,
  • simple et acceptable pour la population,
  • reproductible,
  • fiable.

Ainsi tout oppose un test de dépistage et un test diagnostique :

Test Sujets Groupes Coût Précision Base thérapeutique
Dépistage sains étendus faible 0 0
Diagnostic malades individu élevé élevée +

Un test de dépistage va être apprécié selon :

  • sa fiabilité intrinsèque :
    • Sensibilité = sujets ayant test +/ sujets malades => capacité à identifier les sujets malades,
    • Spécificité = sujets ayant un test − / sujets sains => capacité à identifier les sujets sains
    • Sensibilité et spécificité sont des notions non prospectives,
    • en cancérologie le choix du seuil de positivité privilégie la sensibilité :
      Image sensibspecif.gif 

  • sa fiabilité extrinsèque : l’intérêt d’un test est fonction de :
    • sa valeur intrinsèque,
    • et de la prévalence de la maladie dans une population donnée,
    • on définit ainsi des valeurs prédictives :
      • positive : probabilité d’être malade avec un test +,
      • négative : probabilité d’être sain avec un test –.

On peut donc résumer ces données par ce tableau :

  Malades Sains
Test + a c (faux +)
Test - b (faux -) d
Total a + b c + d

Se = a / a+b VPP = a / a+c donne une certitude avant l’action diagnostique.    
Sp = d / c+d VPN = b / b+d donne une certitude avant la surveillance.    

La prévention :

  • primaire : consiste à empêcher l’apparition des cancers et donc doit agir sur les facteurs de risques,
  • secondaire : vise à combattre la transformation de lésions bénignes en malignes,
  • tertiaire : prévient les séquelles de la maladie et des traitements et concourt à réinsérer les patientes.

20.2 Quelle est l’incidence du cancer dans la population féminine ?

Le nombre de nouveaux cas / an / 100 000 personnes est de 400 chez l’homme et de 300 chez la femme (approximativement).

Le cancer reste en France une pathologie grave intéressant la Santé Publique comme en témoignent les chiffres de mortalité selon l’Inserm en 1994 :

  Hommes Femmes Total
M. Cardio-vasculaires 76 807 (28.4 %) 90 627 (36.4 %) 167 434 (32.2 %)
Cancers 87 537 (32.3 %) 57 096 (23.0 %) 144 633 (27.8 %)
Accidents 27 413 (10.1 %) 17 506 (7.0 %) 44 919 (8.6 %)
Troubles respiratoires 19 507 (7.2 %) 17 652 (7.1 %) 37 159 (7.1 %)
Troubles digestifs 13 448 (5.0 %) 12 073 (4.8 %) 25 521 (5.0 %)
Autres 45 976 (17 %) 54 154 (21.7 %) 100 130 (19.3 %)
Total des décès 270 688 249 108 519 796

Rappelons le nombre de naissances en 2001 : 774 800 naissances.

Le taux standardisé de mortalité en France est de 253 / 100 000 habitants / an.

De manière identique, le cancer est une pathologie fréquente comme en témoigne l’incidence :

  H incidence F †(Tx/100 000/an) F incidence F †(Tx/100 000/an)
Sein     79 – 84.7 10 780 (36.7)
Colon rectum 44.5 - 56 8 280 (29.6) 39 – 44.9 7 740 (26.3)
Utérus (col et corps)     30.3 - 33 3 083 (10.4)
Peau (sauf baso-cell) 14 – 29 782 (2.8) 12 – 29.8 741 (2.5)
Ovaire     11.1 - 12 3 212 (10.9)
Estomac 13.4 – 21 3 582 (12.8) 8.7 - 15 2 400 (8.2)
Poumons 51.1 – 66.6 19 784 (70.8) 4 - 9 3 331 (11.3)
TOTAL 349 – 409 87 537 (313.3) 275 - 320 57 096 (193.9)

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
20.1 - Critères pour la mise en place dâ???épistage
20.2 - Quelle est l’incidence du cancer dans la population féminine ?
20.3 - Cancer de lâ???
20.4 - Cancer de lâ???ètre
20.5 - Cancer du col utérin
20.6 - Cancer du sein
20.7 - Points essentiels