Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Gynécologie

Sommaire

1 - Examen gynécologique

2 - Sexualité

3 - Leucorrhées

4 - Salpingites

5 - Ulcérations génitales

6 - MST

7 - Contraception

8 - IVG

9 - Stérilité du couple

10 - Assistance Médicale à la Procréation

11 - Hémorragie génitale chez la femme

12 - Algies pelviennes

13 - Aménorrhées primaires

14 - Aménorrhée secondaire

15 - Ménopause

16 - Prolapsus I.U.E

17 - Tuméfaction pelvienne

18 - Fibrome

19 - Kyste Ovarien

20 - Dépistage des cancers

21 - Pathologie bénigne du col utérin

22 - Cancer du col

23 - Cancer de l’endomètre

24 - Cancer de l’ovaire

25 - Pathologie benigne du sein

26 - Prise en charge des victimes d’abus sexuel


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 14 - Aménorrhée secondaire

 

 

Objectifs :

  • Devant une aménorrhée argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents.

14.1 Introduction

Conditions nécessaires pour que les règles surviennent :

  • Intégrité anatomique et fonctionnelle des voies génitales,
  • Intégrité du système de commande neuro-hypothalamo-hypophysaire, dont l’activité est liée au taux des hormones stéroïdes ovariennes, à la présence de monoamines hypothalamiques et au taux circulant de prolactine.

Les aménorrhées doivent être étudiées selon 2 modes

  • Chronologique, distinguant les aménorrhées primaires et secondaires,
  • Topographiques, distinguant les aménorrhées d’origine basse (vulve, vagin, utérus, ovaire), et hautes (hypophysaires et hypothalamiques).

Définitions

  • Une aménorrhée est l’absence d’écoulement menstruel chez une femme en âge d’être réglée, en dehors de la grossesse.
  • Une aménorrhée secondaire est l’absence de menstruation depuis plus de 3 mois chez une patiente antérieurement bien réglée.

L’aménorrhée secondaire est beaucoup plus fréquente que l’aménorrhée primaire, la 1ère cause à éliminer est la grossesse. Sa prévalence est d’environ 2 à 5 % dans la population normale.

La principale cause d’aménorrhée secondaire chez la femme en âge de procréer est la grossesse, qu’il faut éliminer par l’examen clinique et le dosage du βHCG.

14.2 Démarche diagnostique

Interrogatoire
Un interrogatoire bien mené permet de trouver une étiologie dans 85 % des cas.
  • Le mode d’installation de l’aménorrhée, son ancienneté, le caractère unique ou répété, son caractère isolé ou associé à des douleurs pelviennes cycliques, des bouffées de chaleur ou des mastodynies,
  • La nature des cycles antérieurs : irrégularité, longueur, abondance des règles,
  • La prise de thérapeutiques : neuroleptiques, œstroprogestatifs,
  • Les antétécédents gynéco-obstétricaux : IVG, curetage récent, accouchement, suites de couches, conisation, myomectomies, césariennes,
  • Un changement dans le mode de vie : prise de poids, ou amaigrissement, conditions psychologiques particulières : divorce, conflit familial et social, choc psychoaffectif, déménagement.
  • L’éventualité d’une grossesse.
Examen clinique
  • Enregistre le poids, la taille, l’index de masse corporelle,
  • Recherche des signes cliniques : d’hyperandrogénie, de maladie de Turner, de dysthyroïdie, de dysfonctionnement surrénalien associés,
  • Objective : une masse annexielle, un gros utérus, une galactorhée, un goître thyroïdien.
Bilan paraclinique
  • Test aux progestatifs pratiqué en première intention, consiste à administrer pendant 10 jours un progestatif, (par exemple de la dydrogestérone DUPHASTON ® 10 mg 2 comprimés par jour) la survenue d’une hémorragie de privation dans les deux jours suivant l’arrêt permet d’affirmer que :
    • L’endomètre est normal et réceptif,
    • Le taux d’œstradiol endogène est suffisant,
    • Le fonctionnement hypophysaire gonadotrope est subnormal à part le pic de LH.
  • Courbe de température donne des renseignements sur le fonctionnement ovarien (cf aménorrhée primaires).
  • Echographie pelvienne recherche des stigmates d’O.P.K. et une hématométrie.
  • Dosages hormonaux et imagerie sont demandés selon le contexte.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
14.1 - Introduction
14.2 - Démarche diagnostique
14.3 - Démarche étiologique
14.4 - Points essentiels