Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Gynécologie

Sommaire

1 - Examen gynécologique

2 - Sexualité

3 - Leucorrhées

4 - Salpingites

5 - Ulcérations génitales

6 - MST

7 - Contraception

8 - IVG

9 - Stérilité du couple

10 - Assistance Médicale à la Procréation

11 - Hémorragie génitale chez la femme

12 - Algies pelviennes

13 - Aménorrhées primaires

14 - Aménorrhée secondaire

15 - Ménopause

16 - Prolapsus I.U.E

17 - Tuméfaction pelvienne

18 - Fibrome

19 - Kyste Ovarien

20 - Dépistage des cancers

21 - Pathologie bénigne du col utérin

22 - Cancer du col

23 - Cancer de l’endomètre

24 - Cancer de l’ovaire

25 - Pathologie benigne du sein

26 - Prise en charge des victimes d’abus sexuel


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 10 - Assistance Médicale à la Procréation

 

10.3 - Que faut-il savoir des techniques de FIVETE ?

 

10.3.3 Les critères du déclenchement de l’ovulation

Ces critères peuvent être variables selon la méthode de stimulation de l’ovulation. Avec l’utilisation de la FSH recombinante seule, le volume folliculaire correspondant à un ovocyte mature est plus faible qu’avec les autres types de stimulation. Chaque type de protocole a donc ses propres critères de maturité. Ces critères sont aussi variables d’une équipe à une autre en fonction de la méthode de dosage des estrogènes, du matériel échographique employé et de l’opérateur. Le déclenchement est le plus souvent réalisé par injection de 5 000 à 10 000 UI d’hCG et la ponction folliculaire est programmée 34 à 36 heures plus tard. Ainsi, pour des raisons d’organisation du service cette injection est effectuée dans la soirée pour une ponction le surlendemain matin.

Pour avoir un ordre d’idée, habituellement la décision du déclenchement peut être prise dès que trois follicules atteignent 17-18 mm de diamètre, avec un taux d’estrogènes de l’ordre de 1000 pg/ml (taux à analyser en fonction du nombre de follicules en évolution).

Lorsque la réponse ovarienne est maladaptée (trop ou trop peu), le cycle de traitement est annulé.

10.3.4 La ponction folliculaire

Aux débuts de la FIV, les prélèvements folliculaires se faisaient par cœlioscopie. Progressivement les méthodes de prélèvement en ambulatoire sous contrôle échographique se sont développées et sont devenues la méthode standard et unique de prélèvement. Le plus souvent la ponction est effectuée par voie vaginale, la sonde vaginale d’échographie étant munie d’un guide qui permet le passage d’une aiguille de prélèvement de calibre suffisant.

Tout au long de la procédure du prélèvement folliculaire il est important que les ovocytes recueillis ne risquent pas d’être en contact avec un produit toxique. Notamment il faut être vigilant sur la façon dont la salle d’opération est stérilisée (attention aux vapeurs toxiques) et sur l’emploi des agents antiseptiques (rinçage attentif des tissus préalablement aseptisés).

Le liquide folliculaire ainsi recueilli est immédiatement transmis au biologiste qui compte les complexes cumulo-ovocytaires. Lorsque le laboratoire se trouve à quelque distance du lieu où le prélèvement folliculaire a lieu, il est possible de transporter les liquides folliculaires sans altérer les capacités de fécondation des ovocytes. Il est nécessaire d’observer quelques précautions techniques, notamment pour conserver une température la plus proche possible de 37? pendant toute la durée du transport. Des enceintes isolées et chauffantes, munies de thermostats et de blocs métalliques servant de volant thermique sont utilisées à cette fin.

10.3.5 La phase biologique

Traitement des spermatozoïdes
Le jour de la ponction folliculaire, le conjoint réalise un prélèvement de sperme. Dans certains cas particuliers, l’équipe médicale s’est assurée d’une réserve suffisante de gamètes mâles par auto-conservation préalablement à la stimulation folliculaire.
En FIV classique, il s’agit de préparer une suspension de spermatozoïdes dont les caractéristiques sont aussi proches que possible de celle qui se trouve dans le tractus génital féminin en cas de normospermie
Il existe différentes méthodes de préparation des spermatozoïdes, mais la plus utilisée est la séparation du sperme sur un gradient de densité. Le culot obtenu est ensuite re-suspendu dans du milieu de culture, le pourcentage de formes mobiles ainsi que la numération sont évalués. En fécondation in vitro, le nombre de spermatozoïdes nécessaires est d’environ 100 000/ ml contenant un ovocyte.
En fécondation in vitro avec micro-injection ou ICSI la même séquence est utilisée lorsque que cela est possible, mais ici, un seul spermatozoïde est introduit dans le cytoplasme ovulaire à l’aide d’une micro-pipette.
Les spermatozoïdes frais ou congelés de toute origine (éjaculat, biopsie testiculaire contenant des spermatozoïdes) peuvent être utilisés, à condition qu’ils soient vivants.
Après préparation selon les techniques déjà décrites, les spermatozoïdes sont placés dans une solution de poly-vinyl-pyrrolidone qui les immobilise par sa viscosité.
Le spermatozoïde retenu est chargé dans la micro-pipette après cassure de son flagelle afin de lui enlever toute mobilité. Il est ensuite introduit dans le cytoplasme d’un ovocyte décoronisé.
Traitement des ovocytes
Une des conséquences de la stimulation est l’hétérogénéité de la cohorte ovocytaire. Tous les degrés de maturation peuvent être constatés. Dans la pratique actuelle, tous les ovocytes sont mis en fécondation en FIV et seuls les ovocytes jugés matures après décoronisation sont micro-injectés en ICSI.
Observation des embryons
L’observation des zygotes peut avoir lieu 20 à 24 H après la fécondation in vitro. L’intérêt de l’examen détaillé des zygotes est de vérifier la réalité de la fécondation et d’en détecter d’éventuelles anomalies. Elle peut donner des renseignements utiles mais il y a souvent des faux positifs et des faux négatifs
L’examen des embryons se fait en principe 40 à 48 H après l’insémination. Cet examen, outre l’intérêt théorique qu’il peut présenter, est très utile au choix des embryons à transférer.
En effet, le taux de grossesse par transfert augmente avec le nombre d’embryons transférés jusqu’à un certain seuil, mais avec pour corollaire une majoration du risque de grossesse multiple. Différents paramètres entre en ligne de compte (âge de la patiente, rang de la tentative...) et le choix du nombre d’embryons à transférer doit être décidé au cas par cas. Les embryons surnuméraires, après recueil du consentement du couple, peuvent être congelés. Ils feront l’objet d’un replacement après préparation de l’endomètre sans repasser par toutes les étapes de la fécondation in vitro.

10.3.6 Transfert embryonnaire

C’est la dernière étape du processus de la fécondation in vitro. Elle pourrait paraître la plus facile car sur le plan gynécologique le geste du transfert embryonnaire est le plus souvent sans difficulté. Mais il doit être préparé et réalisé avec attention pour éviter qu’un transfert embryonnaire inadéquat soit la cause de l’échec final de toutes les étapes antérieures. Il a lieu actuellement dans la majorité des cas à 48 h de la ponction. Il peut-être aussi plus tardif à cinq ou six jours, au stade blastocyste, mais ceci nécessite l’utilisation d’autres milieux de culture.

Le transfert a lieu en ambulatoire, le plus souvent au laboratoire de fécondation in vitro lui-même afin d’éviter toute manipulation inutile et tout transport embryonnaire qui pourrait intervenir négativement sur ses capacités de développement.

La phase lutéale est habituellement soutenue par l’administration de progestérone naturelle parfois associée à de l’hCG en injectable selon les habitudes des équipe médicales.

Le premier dosage de B hCG plasmatique a lieu 14 jours après la ponction folliculaire. Pour être interprétable le dosage de B hCG plasmatique doit être fait au moins 7 jours après la dernière injection d’hCG exogène pour éviter un faux-positif.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
10.1 - Que signifie « Assistance médicale à la procréation » ?
10.2 - Que faut-il savoir des techniques d’insémination artificielle ?
10.3 - Que faut-il savoir des techniques de FIVETE ?
10.4 - Points essentiels
10.3.1 - Les principales indications
10.3.2 - Le recueil de gamètes féminins
10.3.3 - Les critères du déclenchement de l’ovulation
10.3.4 - La ponction folliculaire
10.3.5 - La phase biologique
10.3.6 - Transfert embryonnaire
10.3.7 - Complications
10.3.8 - Analyse des résultats
10.3.9 - Aspects psychologiques
10.3.10 - Aspects éthiques et règlementaires