Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Endocrinologie

Table des matières

1 - Exploration de la glande thyroïde

2 - Les goitres (240)

3 - Nodules thyroïdiens : les cancers (240)

4 - Nodules thyroïdiens : conduite à tenir (240)

5 - Les hyperthyroïdies (245)

6 - Les hypothyroïdies (247)

7 - Hypercalcémies (318)

8 - Exploration des glandes surrénales

9 - Insuffisance surrénale (254)

10 - HTA d’origine endocrinienne : démarche diagnostique, causes (129)

11 - HTA d’origine endocrinienne : syndrome de Cushing (129)

12 - Néoplasies endocriniennes multiples (240, 318, 129, 205)

13 - Aménorrhées : aspects endocriniens (295)

14 - Hirsutismes (295)

15 - La ménopause (55)

16 - Hypogonadisme masculin, impuissance d’origine endocrinienne (338)

17 - Exploration de l’ante hypophyse

18 - Adénomes hypophysaires : diagnostic, complications (219)

19 - Adénomes hypophysaires : acromégalie (219)

20 - Adénomes hypophysaires : adénomes à prolactine (219)

21 - Insuffisance ante hypophysaire (219)

22 - Epidémiologie, clinique et traitement des diabètes (232)

23 - Complications chroniques du diabète sucré (232)

24 - Complications métaboliques aiguës du diabète sucré (232)

25 - Trouble de conscience chez un diabétique : conduite à tenir

26 - Surveillance d’un diabétique (232)

Glossaire


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 7 - Hypercalcémies (318)

 

 

Auteur : F. Duron 1999

7.1 Définition

L’hypercalcémie est définie par une calcémie plasmatique supérieure à 2,60 mmol/l. Son taux doit être interpété en fonction de celui de l’albuminémie et en cas de perturbations importantes de celle-ci, il faut utiliser :

  • soit la calcémie corrigée selon le calcul suivant :
    Ca corrigé (mmol/l) = Ca mesuré (mmol/l) + 0,02 (40 - albuminémie en g/l)

  • soit le dosage direct du Ca ionisé (N = 1,14 - 1,35 mmol/l)

Les hypercalcémies ont de nombreuses causes dont les deux principales sont l’hyperparathyroïdie primitive et les cancers.

Elles se manifestent sous deux formes :

  • Hypercalcémie chronique,
  • Hypercalcémie aiguë, urgence médicale révélatrice ou compliquant une forme chronique

7.2 Hypercalcémie aiguë

L’hypercalcémie aiguë se définit par une calcémie supérieure à 3,5 mmol/L. Indépendamment de sa cause, elle met en jeu à court terme le pronostic vital et nécessite un traitement symptomatique d’urgence en unité de soins intensifs.

Les deux causes majeures d’hypercalcémie aiguë sont l’hyperparathyroïdie et les cancers.

7.2.1 Tableau clinique

Il associe :

  1. Des signes neuropsychiques
    • Asthénie extrême avec prostration
    • Troubles de la vigilance pouvant aller jusqu’au coma
    • Troubles du comportement
  2. Des signes digestifs
    • Intolérance alimentaire absolue
    • Vomissements
    • Douleurs abdominales
  3. Une deshydratation
    • Conséquence de la polyurie et des vomissements
    • Pli cutané
    • Tachycardie et chute tensionnelle
    • Parfois collapsus circulatoire

7.2.2 Examens complémentaires réalisés en urgence

  • Hypercalcémie majeure supérieure à 3,5 mmol/l
  • Deshydratation avec élévation des protides et de l’hématocrite, insuffisance rénale fonctionnelle.
  • Retentissement myocardique, avec à l’ECG, tachycardie, raccourcissement de l’espace QT, hyperexcitabilité avec risque de troubles du rythme ventriculaire.

7.2.3 Traitement symptomatique

Il doit être institué en urgence et en unité de soins intensifs.

7.2.3.1 Réhydratation

  • Obligatoire : l’hypercalcémie aiguë s’accompagne toujours d’une deshydratation extracellulaire qui en elle-même aggrave l’hypercalcémie. Cette réhydratation utilise le serum salé isotonique dont le débit est adapté à la condition hémodynamique du patient. La simple réhydratation permet déjà d’obtenir une réduction de la calcémie.

7.2.3.2 Traitements hypocalcémiants

  1. Par augmentation de l’excrétion urinaire du calcium : diurétiques de l’anse : furosémide (Lasilix*) à fortes doses en compensant exactement les pertes urinaires en eau et électrolytes (diurèse forcée)
  2. Par inhibition de la résorpsion osseuse :
    • Calcitonine : effet rapide, mais insuffisant et trop fugace.
    • Mithramycine (dose unique de 25ug/kg à perfuser en 4 heures) : efficacité qui dure généralement plusieurs jours, mais il s’agit d’un produit dangereux (toxicité hépatique, rénale, hématologique).
    • Diphosphonates +++ en perfusion IV : inhibiteurs puissants de la résorption osseuse. Sont particulièrement indiqués dans les hypercalcémies d’origine maligne, mais aussi dans l’hyperparathyroïdie primitive : Clodronate (CLASTOBAN*), Pamidronate (AREDIA*).généralement efficaces en 24 heures et pour plusieurs semaines après une perfusion unique.
  3. Autres
    • Perfusion de phosphates, peu utilisée en raison du risque de précipitation calcique
    • Corticoïdes : inhibent l’action de la vitamine D, donc indiqués en cas d’intoxication à la vitamine D (éventuellement en cas de sarcoïdose).
    • Epuration extra rénale en cas d’insuffisance rénale aiguë ou lorsque le pronostic vital est immédiatement mis en jeu.

En pratique, les mesures les plus habituellement utilisées sont :

  • la réhydratation, toujours,
  • la diurèse forcée ou les diphosphonates,
  • L’épuration extrarénale dans les cas extrêmes.

7.2.4 Traitement étiologique

Tandis que sont prises les mesures de réanimation, la recherche d’une étiologie doit être active. On peut ainsi être amené à pratiquer une parathyroïdectomie en urgence, éventuellement sous anesthésie locale lorsqu’un adénome parathyroïdien a pû être mis en évidence par la biologie.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
7.1 - Définition
7.2 - Hypercalcémie aiguë
7.3 - Hypercalcémie chronique
7.2.1 - Tableau clinique
7.2.2 - Examens complémentaires réalisés en urgence
7.2.3 - Traitement symptomatique
7.2.4 - Traitement étiologique
7.2.3.1 - Réhydratation
7.2.3.2 - Traitements hypocalcémiants