Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Endocrinologie

Table des matières

1 - Exploration de la glande thyroïde

2 - Les goitres (240)

3 - Nodules thyroïdiens : les cancers (240)

4 - Nodules thyroïdiens : conduite à tenir (240)

5 - Les hyperthyroïdies (245)

6 - Les hypothyroïdies (247)

7 - Hypercalcémies (318)

8 - Exploration des glandes surrénales

9 - Insuffisance surrénale (254)

10 - HTA d’origine endocrinienne : démarche diagnostique, causes (129)

11 - HTA d’origine endocrinienne : syndrome de Cushing (129)

12 - Néoplasies endocriniennes multiples (240, 318, 129, 205)

13 - Aménorrhées : aspects endocriniens (295)

14 - Hirsutismes (295)

15 - La ménopause (55)

16 - Hypogonadisme masculin, impuissance d’origine endocrinienne (338)

17 - Exploration de l’ante hypophyse

18 - Adénomes hypophysaires : diagnostic, complications (219)

19 - Adénomes hypophysaires : acromégalie (219)

20 - Adénomes hypophysaires : adénomes à prolactine (219)

21 - Insuffisance ante hypophysaire (219)

22 - Epidémiologie, clinique et traitement des diabètes (232)

23 - Complications chroniques du diabète sucré (232)

24 - Complications métaboliques aiguës du diabète sucré (232)

25 - Trouble de conscience chez un diabétique : conduite à tenir

26 - Surveillance d’un diabétique (232)

Glossaire


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 18 - Adénomes hypophysaires : diagnostic, complications (219)

 

 

Auteur : F. Duron 1999

18.1 Introduction

Les adénomes hypophysaires se développent à partir des cellules de l’ante hypophyse.

Les adénomes occultes sont fréquents, puisque les séries autopsiques les retrouvent chez 11 à 23 % de la population générale. Les adénomes ayant une expression clinique sont beaucoup plus rares, et leur prévalence est estimée à 0.02 %.

Leur physiopathologie est incomplètement connue : il s’agit de tumeurs monoclonales dans la majorité des cas, ce qui suppose une mutation conduisant à l’expansion clonale d’un seul type cellulaire, mais le rôle initiateur de facteurs extra hypophysaires (hypothalamiques ?) ne peut être écarté.

Il s’agit de tumeurs bénignes dans la quasi totalité des cas, secrétant ou non des hormones, mais dont le potentiel invasif local est parfois important.

Selon la classification de Hardy, on distingue schématiquement :

  • les microadénomes, mesurant moins de 10 mm, enclos dans la selle turcique
  • les macroadénomes plus volumineux, pouvant s’étendre dans la citerne opto chiasmatique et refouler le chiasma, le sinus caverneux, le sinus sphénoïdal, voire encore plus loin vers le 3ème ventricule et les structures cérébrales.

Image IRM_hyp_Nprof.jpg  Image IRMhyp-_NfaceGado.jpg 
IRM hypophysaire normale
coupe sagittale sans gadolinium coupe coronale avec gadolinium
Image micro_sans_gado.jpg  Image IRM_microface_gado.jpg 
Microadénome (prolactinome)
Coupe coronale sans gadolinium
Microadénome gauche 9 mm
Déviation de la tige vers la droite
Bombement du diaphragme sellaire à gauche
Coupe coronale avec gadolinium
Rehaussement normal du parenchyme sain
Absence de prise de contraste de l’adénome
Image IRM_macro_face.jpg  Image IRM_macro_prof.jpg 
Macroadénome invasif (somatotrope)
coupe coronale sans gadolinium
soulèvement du chiasma
invasion du sinus caverneux droit
invasion du sinus sphénoïdal
coupe sagittale sans gadolinium
la tige pituitaire n’est plus visible
invagination dans le sinus sphénoïdal
Image goldman_G.jpg  Image goldman_D.jpg 
Goldman gauche Goldman droit

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
18.1 - Introduction
18.2 - Diagnostic
18.3 - Complications