Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Diabétologie

Table des matières

1 - Diabète : épidémiologie, diagnostic, étiologie

2 - Physiopathologie du diabète de type 1

3 - Physiopathologie du diabète de type 2

4 - Diabète et grossesse

5 - Suivi du patient diabétique de type 2 (ANAES)

6 - Complications du diabète (type 1 et 2)

7 - Acidose lactique

8 - Acidocétose diabétique

9 - Coma hyper-osmolaire

10 - Rétinopathie diabétique

11 - Etude du D.C.C.T : Diabetes Control and Complications Trial Research Group

12 - Etude de l’U.K.P.D.S : United Kingdom Prospective Diabetes Study

13 - Traitement du diabète de type I

14 - Traitement du diabète de type 2

15 - Hypoglycémie


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 8 - Acidocétose diabétique : physiopathologie, étiologie, diagnostic, traitement

 

8.6 - Prévention

 

La fréquence des comas acido-cétosiques a diminué en raison de l’amélioration de l’éducation des diabétiques. On peut dire qu’un diabétique bien éduqué ne doit pas faire de coma acidocétosique. Les éléments essentiels de cette éducation sont résumés dans le tableau :

Apprendre aux diabétiques à prévenir l’acidocétose sévère
  1. en surveillant quotidiennement son équilibre glycémique, et en adaptant son traitement, et en n’arrêtant jamais l’insuline
  2. en n’oubliant pas de rechercher la cétonurie lorsque la glycémie capillaire ≥ 3 g/l ou en cas d’apparition de symptômes cardinaux
  3. en étant particulièrement vigilant (c’est-à-dire en multipliant les contrôles) dans des situations telles qu’une infection, une extraction dentaire, une intolérance digestive, un long voyage, une erreur dans le traitement habituel, etc...
  4. en ajoutant au traitement habituel des suppléments d’insuline rapide sous cutanée, de 5 à 10 unités lorsqu’il existe une cétonurie et une glycosurie importante. Les injections sont répétées toutes les 3 heures tant que persiste la cétonurie.
  5. si après 3 ou 4 injections d’insuline rapide, la cétonurie persiste, le diabétique doit prendre contact sans délai avec son médecin traitant ou venir à l’hôpital. L’hospitalisation s’impose si les vomissements interdisent l’alimentation.
  6. en vérifiant que le diabétique, dont l’insulinothérapie habituelle ne comprend pas d’insuline rapide, a néanmoins chez lui un flacon d’insuline rapide non périmée, dont il connaît l’indication en cas de déséquilibre aigu du diabète.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
8.1 - Physiopathologie
8.2 - Etiologie
8.3 - Diagnostic
8.4 - Diagnostic différentiel
8.5 - Traitement
8.6 - Prévention