Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Diabétologie

Table des matières

1 - Diabète : épidémiologie, diagnostic, étiologie

2 - Physiopathologie du diabète de type 1

3 - Physiopathologie du diabète de type 2

4 - Diabète et grossesse

5 - Suivi du patient diabétique de type 2 (ANAES)

6 - Complications du diabète (type 1 et 2)

7 - Acidose lactique

8 - Acidocétose diabétique

9 - Coma hyper-osmolaire

10 - Rétinopathie diabétique

11 - Etude du D.C.C.T : Diabetes Control and Complications Trial Research Group

12 - Etude de l’U.K.P.D.S : United Kingdom Prospective Diabetes Study

13 - Traitement du diabète de type I

14 - Traitement du diabète de type 2

15 - Hypoglycémie


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 5 - Recommandations de l’ANAES : suivi du patient diabétique de type 2 à l’exclusion du suivi des complications

 

 

5.7 Dépistage des complications neurologiques et prévention de la plaie du pied

  • Il convient de procéder une fois par an à un examen neurologique à la recherche de signes de neuropathie périphérique symptomatique. Recherche par l’interrogatoire de paresthésies et/ou de douleurs.
    Les explorations neurologiques ne sont pas recommandées dans le cadre du suivi du diabète de type 2 non compliqué.
  • Il convient de procéder une fois par an à un examen clinique méthodique du pied pour dépister les sujets à risque de développer une lésion :
    • recherche d’une neuropathie sensitive par l’évaluation de la sensibilité tactile de la plante et du dos du pied, si possible en utilisant la méthode standardisée du monofilament Nylon
    • recherche d’une artériopathie par la palpation des pouls périphériques
    • recherche de déformations du pied et/ou des cals.
  • Il convient, à chaque consultation, chez les patients à risque, d’enlever chaussures et chaussettes pour inspecter le pied et rechercher petite lésion, troubles trophiques, fissure, érythème, mycose...
  • Il convient, au minimum une fois par an, de rappeler les règles d’éducation du patient à risque concernant l’hygiène du pied : choix de chaussures adaptées, inspection et lavage réguliers du pied, signaler aussitôt toute lésion suspecte, éviter les traumatismes...
  • Il convient, une fois par an, de rechercher par l’interrogatoire les principaux symptômes évocateurs d’une éventuelle neuropathie autonome à expression clinique : hypotension artérielle orthostatique, troubles digestifs, anomalies de la vidange vésicale, impuissance... (accord professionnel).
  • La recherche d’une neuropathie autonome par des examens complémentaires n’est pas recommandée en l’absence de signes cliniques d’appel (accord professionnel).

5.8 Dépistage des complications cardio-vasculaires

  • Il convient une fois par an de procéder à l’examen clinique suivant dans le domaine cardio-vasculaire :
    • interrogatoire à la recherche de signes typiques ou atypiques évocateurs d’angor et/ou de claudication intermittente et/ou d’accident vasculaire cérébral ischémique transitoire
    • palpation des pouls pédieux et tibial postérieur
    • auscultation à la recherche de souffles carotidiens, fémoraux ou abdominaux.
  • Il convient une fois par an de pratiquer un ECG de repos.
  • Des explorations complémentaires (ECG d’effort et/ou scintigraphie myocardique) seront proposées en cas de signes cliniques typiques ou atypiques d’angor ou en cas d’anomalies sur l’ECG de repos. Ces explorations ne sont pas recommandées, sauf cas particulier, chez le patient asymptomatique dont l’ECG de repos est normal (accord professionnel).
  • Des explorations complémentaires des gros vaisseaux, à commencer par l’exploration écho-doppler, ne sont pas recommandées à titre systématique mais seront proposées en cas d’anomalies à l’examen clinique.

5.9 Divers

  • L’examen annuel du diabétique de type 2 doit comporter la recherche clinique d’une éventuelle infection cutanée ou génito-urinaire, de même qu’un examen de la bouche et des dents (accord professionnel).
  • Il convient chez le sujet âgé (en moyenne âge > 70 ans, définition à moduler par les comorbidités) être vigilant vis-à-vis du risque d’hypoglycémie liée au traitement et vis-à-vis du risque d’insuffisance rénale. Les polymédications doivent être réduites au mieux (accord professionnel).
  • Si le diabète du sujet âgé est connu et bien équilibré depuis plusieurs années, il n’y a pas lieu de modifier les objectifs ni le traitement. Si le diabète est diagnostiqué chez un patient âgé, un objectif d’HbA1c comprise entre 6,5 et 8,5 % peut servir de références mais il est essentiel d’individualiser cet objectif en fonction du contexte médical et social (accord professionnel).
  • Chez le diabétique âgé, la survenue d’une somnolence, d’une déshydratation, d’une altération de l’état général doit faire aussitôt mesurer la glycémie (accord professionnel).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
5.1 - Diagnostic
5.2 - Education du patient
5.3 - Suivi glycémique
5.4 - Suivi des facteurs de risque vasculaire
5.5 - Dépistage des complications oculaires
5.6 - Dépistage des complications rénales
5.7 - Dépistage des complications neurologiques et prévention de la plaie du pied
5.8 - Dépistage des complications cardio-vasculaires
5.9 - Divers
5.10 - Rythme des consultations
5.11 - Force des recommandations