Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Cancérologie

Sommaire

I - Cancérologie générale

1 - Généralités cliniques

2 - Prévention, dépistage, cancers professionnels

3 - Biologie du cancer

4 - Anatomie pathologique

5 - Bases de la radiothérapie

6 - Principes de la chimiothérapie anti-tumorale

7 - Principe de la prise en charge psychologique du patient cancéreux

II - Localisations

8 - Cancer du testicule

9 - Cancers du col utérin

10 - Cancers de l’endomètre

11 - Cancer du sein

12 - Le cancer de l’ovaire

13 - Cancers bronchiques non à petites cellules

14 - Cancers bronchiques à petites cellules

15 - Cancer de l’œsophage

16 - Les cancers colorectaux

17 - Cancer de l’estomac

18 - Cancers des voies aéro-digestives supérieures


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie I - Cancérologie générale
Chapitre 7 - Principe de la prise en charge psychologique du patient cancéreux

 

 

7.3 L’attention au malade

A tous les stades de la maladie le malade a besoin de sentir qu’on s’intéresse à lui en tant que personne et pas seulement en tant que problème cancérologique à résoudre. Il a besoin de s’exprimer donc d’être écouté. L’information ne doit pas être à sens unique. Ecoute et dialogue permettent d’établir un climat de confiance indispensable au traitement et à la surveillance. Les différents médecins et tous les membres de l’équipe soignante sont tous concernés par cette démarche où il n’y a pas de petit rôle. Ils doivent être solidaires, donnant des informations (surtout pas contradictoires).

Il faut également tenir compte de l’entourage du malade, en particulier bien réaliser que pour sa famille le cancer est aussi très grave. Celle-ci en effet est le plus souvent tenaillée par l’inquiétude, déstabilisée. Cela peut être à l’origine de réactions familiales qui paraissent inappropriées. Par ailleurs le malade se fait souvent beaucoup de souci pour sa famille même s’il n’en parle pas. Il ne faut donc pas hésiter à s’intéresser à cette question d’autant que des solutions peuvent être trouvées, en particulier avec l’aide du service social. Ce type de démarche permet au malade de sentir qu’on s’intéresse vraiment à lui en tant que personne.

Les difficultés psychologiques sont donc à prévenir, à déceler et à traiter au besoin. Ecouter le malade, l’inciter à s’exprimer est un bon moyen pour prévenir et déceler ces difficultés en n’oubliant pas que le malade sans problème qui ne dit rien n’est pas forcément celui qui a le moins besoin d’aide psychologique.

Enfin les informations données, tout en étant exactes, ne doivent pas être décourageantes (il ne faut pas décourager le malade). Il faut souligner le côté positif de la situation qui va, au mieux d’une quasi-certitude de guérison, au pire à l’affirmation que les traitements symptomatiques à notre disposition sont très efficaces.

7.4 Conclusion

Actuellement, la prise en charge d’un malade doit être globale (la maladie mais aussi la personne). Grâce à cette vision globale du patient celui-ci peut enfin trouver un interlocuteur à qui il peut confier ses angoisses, son impuissance et même ses espérances. Un des rôles du médecin est d’écouter et d’être attentif à la détresse psychologique du patient.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
7.1 - Le cheminement du patient cancéreux
7.2 - Les problèmes psychologiques rencontrés
7.3 - L’attention au malade
7.4 - Conclusion