Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Cancérologie

Sommaire

I - Cancérologie générale

1 - Généralités cliniques

2 - Prévention, dépistage, cancers professionnels

3 - Biologie du cancer

4 - Anatomie pathologique

5 - Bases de la radiothérapie

6 - Principes de la chimiothérapie anti-tumorale

7 - Principe de la prise en charge psychologique du patient cancéreux

II - Localisations

8 - Cancer du testicule

9 - Cancers du col utérin

10 - Cancers de l’endomètre

11 - Cancer du sein

12 - Le cancer de l’ovaire

13 - Cancers bronchiques non à petites cellules

14 - Cancers bronchiques à petites cellules

15 - Cancer de l’œsophage

16 - Les cancers colorectaux

17 - Cancer de l’estomac

18 - Cancers des voies aéro-digestives supérieures


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie I - Cancérologie générale
Chapitre 5 - Bases de la radiothérapie

 

5.8 - Aspects cliniques pratiques

5.8.1 - Les moyens pour donner la dose à l’endroit souhaité

 

En radiothérapie externe on dispose d’une gamme d’appareils permettant de distribuer la dose au mieux. Schématiquement on a pour 1 faisceau direct entrant dans les tissus perpendiculairement à la peau :

Image graphique61.trsp.gif

Par exemple pour des électrons de 12 MeV la dose est maximum à la peau, la dose 80 % est à 4 cm de profondeur et la dose 10 % à 6 cm. Il est donc possible avec des électrons de 12 MeV de traiter une tumeur située entre 1 et 4 cm, placée devant une région à préserver située à 7 cm de profondeur.

Image comprend.trsp.gif
Figure 5 Rendements en profondeur de différents types de rayonnement
1 Cobalt 60 ; 2 Photons de 10MeV ; 3 Electrons de 20MeV ; 4 Pic de Bragg pour protons de 200MeV ; 5 Pic de Bragg étalé en interposant successivement des applicateurs pour donner de l’épaisseur à la dose maximum ; 6 Zone traitée par les protons

En curiethérapie en sources scellées (c’est à dire sans contamination possible de l’organisme) on a :

  • L’Iridium 192 (Ir 192) qui se présente sous forme d’un fil très fin de 3 à 5/l0ème de mm, souple, résistant, permet l’utilisation d’un matériel vecteur non radioactif sous formes d’aiguilles et surtout de tubes plastiques souples. Ces caractéristiques ont permis d’étendre les indications de la curiethérapie à des zones anatomiques complexes telles que la région vélo-glosso-amygdalienne. L’énergie des photons étant de 0,34 MeV une radioprotection efficace par écran est possible. La CDA (couche de demi-atténuation par le plomb) est de 0,2 cm. Un panneau de 2 cm de plomb suffit donc pour ramener la dose au 1/1000è et protéger l’entourage. Le seul inconvénient est la période (T) qui est de 74 jours ce qui oblige en pratique à renouveler le stock de fils tous les 2 mois.
    Par comparaison le radium (Ra 226), qui a été à l’origine de la curiethérapie en sources scellées, a une décroissance négligeable (T = 1620 ans), se présente sous forme de poudre enfermée dans des tubes ou des aiguilles (aucune souplesse) et surtout ne permet aucune protection efficace par écran mobile (photons de 1,4 MeV avec CDA de plomb de 1,2 cm d’où une épaisseur de plomb de 12 cm pour ramener la dose au 1/1000è). C’est pour cette dernière raison que l’emploi de Radium est maintenant interdit en France pour la curiethérapie.
  • Le deuxième corps radioactif utilisé en curiethérapie en sources scellées est le Césium 137 qui se présente sous forme de billes ou d’aiguilles. Presque exclusivement utilisé pour la curiethérapie gynécologique, il a l’avantage d’avoir une période de 30 ans et l’inconvénient d’avoir des photons de 0,66 MeV avec une CDA de plomb de 0,6 cm (radioprotection efficace par panneaux ayant une épaisseur de 6 cm de plomb). Son emploi tend à diminuer.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
5.1 - Introduction
5.2 - Bases biologiques
5.3 - Téléradiothérapie
5.4 - Curiethérapie
5.5 - Radiothérapie métabolique
5.6 - Indications
5.7 - Nouvelles techniques
5.8 - Aspects cliniques pratiques
5.9 - Pour en savoir plus
5.8.1 - Les moyens pour donner la dose à l’endroit souhaité
5.8.2 - Les unités de la radiothérapie
5.8.3 - La dosimétrie
5.8.4 - La dose clinique
5.8.5 - Les doses utiles