Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Cancérologie

Sommaire

I - Cancérologie générale

1 - Généralités cliniques

2 - Prévention, dépistage, cancers professionnels

3 - Biologie du cancer

4 - Anatomie pathologique

5 - Bases de la radiothérapie

6 - Principes de la chimiothérapie anti-tumorale

7 - Principe de la prise en charge psychologique du patient cancéreux

II - Localisations

8 - Cancer du testicule

9 - Cancers du col utérin

10 - Cancers de l’endomètre

11 - Cancer du sein

12 - Le cancer de l’ovaire

13 - Cancers bronchiques non à petites cellules

14 - Cancers bronchiques à petites cellules

15 - Cancer de l’œsophage

16 - Les cancers colorectaux

17 - Cancer de l’estomac

18 - Cancers des voies aéro-digestives supérieures


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie I - Cancérologie générale
Chapitre 4 - Anatomie pathologique

 

4.6 - Métastases

 

4.6.1 Voies de dissémination

  1. Lymphatique : carcinomes +++ (sarcomes)
  2. Sanguine : sarcomes +++ et carcinomes
  3. Cavitaire : cavités pleurale, péritonéale, méningée, articulaire Exemples : adénocarcinome ovarien, gastrique cavité intrapéritonéale
  4. Iatrogène : trajets de ponction. Exemples : mésothéliome, ostéosarcome.

4.6.2 Sièges et facteurs de survenue

  • Siège (de la tumeur primitive) : drainage lymphatique et sanguin.
    • Connaissance de la voie de drainage lymphatique :
      • Curage ganglionnaire adapté
      • Ganglion sentinelle
      • Métastase dans un ganglion : blocage lymphatique
      • Richesse en lymphatiques : métastases ganglionnaires +++
    • Circulation porte siège hépatique (adénocarcinome colique)
    • Circulation générale : foie, reins, poumons, cerveau (carcinome bronchique)
    • Veines prostatiques : rachis lombaire (adénocarcinome prostatique).
  • Type histologique : cancers lymphophiles (exemple sein, thyroïde) ou non lymphophiles (exemple carcinome adénoïde kystique des glandes salivaires) : dépend de facteurs plus ou moins connus (molécules de surface « homing »)
  • Degré de différenciation : exemple = carcinome neuro-endocrine bien différencié (peu métastatique) versus moyennement ou peu différencié (très métastatique)
  • Extension locale : profondeur de l’infiltration (exemple mélanome) = indice de Breslow, taille de la tumeur (exemple carcinome canalaire invasif du sein).

4.6.3 Aspects anatomo-pathologiques

Macroscopie : unique/multiples, nodule/infiltration (exemple : lymphangite carcinomateuse pulmonaire).

  • avec modification de l’organe cible (exemple os = lytique ou condensant : poumon, prostate, rein, sein, thyroïde)
  • sans modification de l’organe cible

Microscopie :

  • Aspect identique à la tumeur primitive
  • Différenciation
  • Dédifférenciation
  • Contingent particulier d’une tumeur complexe.

4.6.4 Métastases ganglionnaires

  1. facteur de gravité = dépassement de la capsule ganglionnaire +++
  2. seul l’examen microscopique peut déterminer la staging ganglionnaire réel (pN) : nombre, taille, siège des métastases
  3. une métastase ganglionnaire peut provoquer une adénopathie ou non (métastase partielle)
  4. une adénopathie n’est pas synonyme de métastase (blocage lymphatique, hyperplasie, granulome tuberculoïde).

4.6.5 Métastases viscérales

Diagnostic différentiel :

  1. tumeur primitive (exemple foie : bile, antigène hépatocellulaire = carcinome hépatocellulaire versus corticosurrénalome)
  2. seconde localisation ? ? = carcinogénèse de champs (2ème cancer du même type : carcinome épidermoïde bronchique et ORL) composante intra-épithéliale (CIS associé) ?

4.6.6 Les métastases dans la maladie cancéreuse

  • Synchrone ou métachrone
  • Micrométastase :
    • cellules tumorales détectées par des méthodes anatomopathologiques = coupes sériées (standard ou immunohistochimie)
    • ou autres méthodes

    Signification ? Exemple : cellules d’adénocarcinomes mammaires dans la moelle hématopoiétique.
  • Métastase révélatrice : cancer primitif ? Exemple : métastase d’un adénocarcinome
    • Orientation : siège mais métastases éloignées (exemple métastase dans un ganglion susclaviculaire d’un cancer sousdiaphragmatique).
    • Aspect microscopique : cellules claires ? rein.
    • Mucosécrétion (histochimie) exclut l’origine rénale.
    • Recherche systématique d’une origine prostatique, thyroïdienne car traitements spécifiques immunohistochimie : PSA (antigène spécifique de prostate), thyroglobuline.
    • A défaut : adénocarcinome d’origine indéterminée.

Parfois pas de tuméfaction décelable au niveau de la tumeur primitive (exemples : carcinome lobulaire du sein, carcinomes épidermoïdes de l’amygdale).

4.6.7 Influence sur le pronostic

En général, mauvais pronostic ; conception actuelle = micrométastases dormantes traitement prophylactique.

Exemples :

  1. chimiothérapie adjuvante dans les cancers du sein
  2. curage ganglionnaire prophylactique dans des mélanomes de profondeur intermédiaire.

Le pronostic de certains cancers est lié principalement :

  • à la récidive locale et aux métastases ganglionnaires régionales.Exemple : carcinome épidermoïdes ORL
  • d’autres aux métastases viscérales. Exemples : adénocarcinomes thyroïdiens bien différenciés, carcinomes mammaires.

Parfois accessibles au traitement chirugical : métastase hépatique unique d’un adénocarcinome colique.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
4.1 - La cellule cancéreuse
4.2 - Le tissu cancéreux
4.3 - Reconnaître la malignité d’une tumeur
4.4 - Nomenclature
4.5 - Schéma évolutif des lésions anatomopathologiques : progression
4.6 - Métastases
4.7 - Prélèvements
4.8 - Apport de l’anatomopathologie au diagnostic des tumeurs
4.6.1 - Voies de dissémination
4.6.2 - Sièges et facteurs de survenue
4.6.3 - Aspects anatomo-pathologiques
4.6.4 - Métastases ganglionnaires
4.6.5 - Métastases viscérales
4.6.6 - Les métastases dans la maladie cancéreuse
4.6.7 - Influence sur le pronostic