Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Cancérologie

Sommaire

I - Cancérologie générale

1 - Généralités cliniques

2 - Prévention, dépistage, cancers professionnels

3 - Biologie du cancer

4 - Anatomie pathologique

5 - Bases de la radiothérapie

6 - Principes de la chimiothérapie anti-tumorale

7 - Principe de la prise en charge psychologique du patient cancéreux

II - Localisations

8 - Cancer du testicule

9 - Cancers du col utérin

10 - Cancers de l’endomètre

11 - Cancer du sein

12 - Le cancer de l’ovaire

13 - Cancers bronchiques non à petites cellules

14 - Cancers bronchiques à petites cellules

15 - Cancer de l’œsophage

16 - Les cancers colorectaux

17 - Cancer de l’estomac

18 - Cancers des voies aéro-digestives supérieures


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.7
V. Morice


Partie I - Cancérologie générale
Chapitre 3 - Biologie du cancer

 

3.5 - Mécanismes moléculaires de l’oncogènése

 

3.5.5 Télomérases

Les télomérases sont responsables du pouvoir prolifératif indéfini des cellules tumorales. Une activité télomérase est retrouvée dans 85 % des cancers humains.

En culture, le potentiel prolifératif des cellules normales est limité (processus de sénescence), alors que celui des cellules cancéreuses n’est pas limité. Les télomères sont des régulateurs du nombre de réplications programmées pour une cellule. Les télomères sont des complexes de DNA et de protéines constituants l’extrémité des chromosomes et les protégeant de la dégradation et des fusions termino-terminales.

Dans les cellules « normales », les télomères se raccourcissent progressivement de division cellulaire en division cellulaire. Ce phénomène serait lié à l’incapacité des DNA-polymérases à répliquer les extrémités ADN linéaires des chromosomes eucaryotes.

Les télomères des cellules cancéreuses gardent une longueur stable, impliquant que ces cellules ont acquis la capacité de restaurer et de maintenir la stabilité des séquences télomériques grâce aux télomérases.

Chez l’humain, l’activité télomérase est absente dans la majorité des lignées cellulaires, à l’exception des lignées tumorales et de lignées à capacité mitotique constante. Les télomérases jouent un rôle crucial dans l’immortalisation des cellules. La sous-unité catalytique hTERT semble avoir un rôle prédominant, cette protéine fait partie de la famille des transcriptases reverse. Cette sous-unité est exclusivement exprimée dans les cellules et tissus présentant une activité télomérase au contraire des autres sous-unités plus ubiquitaires. L’activation de hTERT est une étape critique de la progression tumorale et joue un rôle dans la transformation maligne de cellules humaines.

hTERT pourrait dans l’avenir être une cible thérapeutique à prendre en compte.

3.5.6 Néoangiogénèse tumorale - facteurs de régulation

Introduction
Une étroite corrélation a été observée entre croissance tumorale et angiogénèse. Celle-ci semble nécessaire aux apports nutritifs et aux apports d’oxygène indispensables dans la croissance tumorale. Le processus de néoangiogénèse résulte d’un déséquilibre entre facteurs proangiogéniques et facteurs antiangiogéniques. Des protéases, sécrétées par les cellules tumorales ou originaires du stroma (exemples : uPA = activateur du plasminogène de type urokinase, métalloprotéinases) participent au phénomène d’angiogenèse. Ce dernier débute par une perte de l’inhibition de contact des cellules endothéliales qui vont migrer puis proliférer puis se réorganiser architecturalement pour former des néovaisseaux (rôle des facteurs de croissance et de facteurs chimio-tactiques). Le mouvement des cellules endothéliales dépend de facteurs chimiotactiques (existence d’un gradient de concentration de ces facteurs de l’origine à la cible de la migration). Certains récepteurs à la surface des cellules endothéliales interagissent avec des récepteurs stromaux (rôle des intégrines) dans le mouvement des cellules endothéliales également.
Les facteurs de croissance
jouent un rôle prépondérant dans la prolifération des cellules endothéliales :
  • VEGF :
    Il s’agit d’un puissant inducteur de l’angiogénèse in vivo, son action est médiée par 2 récepteurs endothéliaux de type Tyrosine Kinase :
    • R flt-1 (tissus normaux)
    • R VEGF-R2 = ex flk-1 (tissus tumoraux)

    L’expression du VEGF est médiée par l’hypoxie.
  • FGF :
    Le bFGF stimule in vitro la prolifération des cellules endothéliales.
  • PDGF :
    Le PDGF stimule la sécrétion d’agents mitogènes endothéliaux par les cellules stromales.
  • EGF/EGF-R :
    Il régit la boucle autocrine de la croissance endothéliale. Il facilite la sécrétion de VEGF par les cellules stromales.
Les facteurs de transcription
Une hyperexpression de proto-oncogènes c-jun et c-myc est également observée à l’origine d’une activation des cellules endothéliales.
Une expression intratumorale endothéliale de c-ets-1 est à l’origine de l’activation des promoteurs de protéases (uPA, stromélysine1, collagénase I et IV). Cette expression est également impliquée dans la régulation d’inhibiteurs de l’angiogénèse.
Inhibition de l’angiogenèse
Il existe des inhibiteurs naturels de l’angiogénèse tels que PAI1, PAI2, TIMP1 et 2.
Cette voie biologique est l’objet du développement d’agents thérapeutiques à activité anti angiogénique (anticorps anti récepteur du VEGF, oligonucléotides antisens du VEGF ou du bFGF). Certains schémas de chimiothérapie ont une activité antiangiogénique (action sur les cellules endothéliales des néovaisseaux), tels que l’administration hebdomadaire de Taxol (paclitaxel).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
3.1 - Un nouveau modèle biologique
3.2 - Histoire naturelle du développement des tumeurs solides
3.3 - La cellule cancéreuse : vision globale
3.4 - Modes de propagation des tumeurs
3.5 - Mécanismes moléculaires de l’oncogènése
3.6 - Génétique et cancer
3.5.1 - Oncogènes
3.5.2 - Anti-oncogènes ou gènes suppresseurs de tumeur
3.5.3 - Les gènes de réparation de l’ADN
3.5.4 - Apoptose
3.5.5 - Télomérases
3.5.6 - Néoangiogénèse tumorale - facteurs de régulation