Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Cancérologie

Sommaire

I - Cancérologie générale

1 - Généralités cliniques

2 - Prévention, dépistage, cancers professionnels

3 - Biologie du cancer

4 - Anatomie pathologique

5 - Bases de la radiothérapie

6 - Principes de la chimiothérapie anti-tumorale

7 - Principe de la prise en charge psychologique du patient cancéreux

II - Localisations

8 - Cancer du testicule

9 - Cancers du col utérin

10 - Cancers de l’endomètre

11 - Cancer du sein

12 - Le cancer de l’ovaire

13 - Cancers bronchiques non à petites cellules

14 - Cancers bronchiques à petites cellules

15 - Cancer de l’œsophage

16 - Les cancers colorectaux

17 - Cancer de l’estomac

18 - Cancers des voies aéro-digestives supérieures


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie I - Cancérologie générale
Chapitre 3 - Biologie du cancer

 

3.5 - Mécanismes moléculaires de l’oncogènése

 

3.5.3 Les gènes de réparation de l’ADN

Il s’agit de la 3ème catégorie de gènes dont l’altération intervient dans la cancérogenèse.

Ils interviennent indirectement dans ce processus.

Les systèmes de réparation sont répartis en 2 catégories en fonction de l’origine de la mutation.

3.5.3.1 Système de réparation des mésappariements (mismatch repair)

Intervient lorsque les mutations de l’ADN résultent d’erreurs de la réplication (dérapage de l’ADN polymérase ou DNA polymerase slippage)

Il comprend les gènes hMSH2, hMLH1, hPMS1, hPMS2, hMSH6

Implication clinique : l’altération constitutionnelle de ces gènes est à l’origine du cancer colorectal familial non associé à une polypose colique, ou syndrome HNPCC (Hereditary non Polyposis Colorectal Cancer), ou syndrome de Lynch qui représente une des premières cause de cancer colorectal héréditaire touchant exclusivement l’adulte.

3.5.3.2 Système de réparation NER (Nucleotide Excision Repair)

Il s’agit d’un système de réparation de mutations induites par des carcinogènes environnementaux (UV, carcinogènes chimiques).

Implication clinique : l’altération constitutionnelle des gènes du système excision-resynthèse prédispose à des maladies caractérisées par une hypersensibilité aux rayonnements UV tel le Xeroderma Pigmentosum. Cette pathologie à transmission autosomique récessive est caractérisée par une prévalence élevée de tumeurs cutanées dès l’âge de 4 ans.

3.5.4 Apoptose

Définition
Il s’agit de la mort cellulaire programmée, processus hautement régulé aboutissant à la destruction cellulaire de façon organisée et indépendante de tout phénomène d’inflammation.
Critères morphologiques : condensation de la chromatine à la périphérie, le long de la membrane nucléaire fragmentation du noyau, éclatement de la cellule en de nombreuses vésicules ou corps apoptotiques.
Critères électrophorétiques : échelle d’ADN typique par la fragmentation caractéristique de l’ADN en brins dont la dimension est un multiple de 180-200 pb.
Il y a 3 sous-catégories d’apoptose :
  • type I : causé par corticoïdes ou irradiation
  • type II : apoptose provoquée par le TNF
  • type III : apoptose causée par lymphocytes T cytotoxiques
Mécanisme de survenue
L’apoptose survient dans de nombreuses situations « physiologiques » telles que :
embryogenèse, suppression de facteurs de croissance, régulation hormonale de l’homéostasie, équilibre immunitaire, érythropoïèse, renouvellement cellulaire et sénescence. L’apoptose est un processus physiologique lent appartenant à un programme de « suicide altruiste », contrairement à la mort cellulaire nécrotique.
Mise en jeu moléculaire
Un signal de déclenchement de l’apoptose survient initialement, celui-ci peut être extracellulaire, dépendre de l’environnement cellulaire immédiat ou de l’état de différenciation.
Suite à ce signal, 2 phases sont observées :
  • une phase de préengagement, réversible, permettant d’observer une augmentation de la concentration cytoplasmique de seconds messagers (Ca2+, IP3, AMPc),
  • une deuxième phase d’engagement, irréversible, aboutissant à une activation des endonucléases, avec stimulation de la synthèse d’ARN et de protéines. L’apoptose aboutit à une destruction totale par fragmentation de la librairie génomique, il s’agit d’une étape retardée mais irréversible vers la mort cellulaire.
Contrôle génétique et rapport avec le cycle cellulaire
La famille bcl-2
  • Gène bcl-2
    Il s’agit d’un gène de résistance à l’apoptose dans l’espèce humaine, surexprimé dans 70 % des cancers du sein et 30 à 60 % des cancers de la prostate.
  • Gènes bcl-x
    • Bcl-xl code pour une protéine à activité anti-apoptotique.
    • Bcl-xs code pour une protéine tronquée pro-apoptotique.
  • Gène bax
    • code pour une protéine se complexant avec les protéines bcl-2 :
    • Le complexe Bcl-2/bax est anti-apoptotique.
    • Le complexe Bax/bax est pro-apoptotique.

Le mode d’action des protéines de la famille bcl-2 n’est toujours pas connu précisément.
Autres
  • protéine Fas/Apo-1 (récepteurs TNF, NGF)
  • famille ICE (cystéines protéases)
Implication en pathologie humaine
Le cancer résulte d’un défaut de mort cellulaire des cellules transformées par inhibition de l’apoptose.
Exemples :
Lorsque l’oncogène HER2/neu est surexprimé, (25 % des cancers du sein) une résistance à l’apoptose induite par le TNFα est observée.
Pour le cancer du sein, des mutations p53 sont observées dans 58 % des cancers familiaux et 13 % des cancers sporadiques. Le bcl-2 semble associé aux tumeurs « récepteurs hormonaux positifs », N1. Son expression est inversement corrélée à celle de p53. Son expression est corrélée au grade, à Ki 67, et à l’expression de REGF.
L’index apoptotique (AI) est corrélé à un grade élevé, à une aneuploïdie, à un index mitotique élevé, à une phase S élevée, à des récepteurs hormonaux négatifs, à une surexpression de p53 mutée. Cependant, l’index apoptotique n’est pas un facteur pronostic indépendant dans le cancer du sein.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
3.1 - Un nouveau modèle biologique
3.2 - Histoire naturelle du développement des tumeurs solides
3.3 - La cellule cancéreuse : vision globale
3.4 - Modes de propagation des tumeurs
3.5 - Mécanismes moléculaires de l’oncogènése
3.6 - Génétique et cancer
3.5.1 - Oncogènes
3.5.2 - Anti-oncogènes ou gènes suppresseurs de tumeur
3.5.3 - Les gènes de réparation de l’ADN
3.5.4 - Apoptose
3.5.5 - Télomérases
3.5.6 - Néoangiogénèse tumorale - facteurs de régulation
3.5.3.1 - Système de réparation des mésappariements (mismatch repair)
3.5.3.2 - Système de réparation NER (Nucleotide Excision Repair)