Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Cancérologie

Sommaire

I - Cancérologie générale

1 - Généralités cliniques

2 - Prévention, dépistage, cancers professionnels

3 - Biologie du cancer

4 - Anatomie pathologique

5 - Bases de la radiothérapie

6 - Principes de la chimiothérapie anti-tumorale

7 - Principe de la prise en charge psychologique du patient cancéreux

II - Localisations

8 - Cancer du testicule

9 - Cancers du col utérin

10 - Cancers de l’endomètre

11 - Cancer du sein

12 - Le cancer de l’ovaire

13 - Cancers bronchiques non à petites cellules

14 - Cancers bronchiques à petites cellules

15 - Cancer de l’œsophage

16 - Les cancers colorectaux

17 - Cancer de l’estomac

18 - Cancers des voies aéro-digestives supérieures


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie II - Localisations
Chapitre 13 - Cancers bronchiques non à petites cellules

 

13.2 - Etiologie

 

Une seule est responsable de 90 % des cancers bronchiques : le tabac.

13.2.1 Tabagisme

  • Facteur de risque essentiel suspecté dès le début du siècle et clairement reconnu dans les années 50.
  • Responsable de :
    • 99 % des cancers épidermoïdes,
    • 95 % des CBPC
    • 90 % des carcinomes à grandes cellules et
    • 70 % des adéno-carcinomes
  • Plus de 2000 carcinogènes identifiés, dont les hydrocarbones polycycliques (Benzopyrène) et les Nitrosamines.
  • Le risque lié au tabagisme dépend :
    • de la durée,
    • de la quantité quotidiennne,
    • du type de tabac
    • de l’âge de début,
    • de l’inhalation ou non.
  • Le facteur le plus important est la durée : le risque varie comme la puissance 4 de la durée (× 16) ; alors qu’il double si la quantité double.
  • Le Paquet-Année (PA : nombre de paquets/jour × durée en année) est une représentation pratique mais mauvaise du risque.
    Par exemple pour 20 PA : un demi-paquet par jour pendant 40 ans est beaucoup plus « risqué » en terme de cancer bronchique qu’un paquet par jour pendant 20 ans.
  • Le risque relatif global est de 15 : fumer augmente de 1500 % le risque de développer un cancer bronchique.
    Il n’y a pas de valeur seuil en dessous duquel le risque est nul.
  • L’arrêt du tabac diminue le risque mais ne le ramène jamais au risque du non-fumeur.
  • On constate une légère diminution du tabagisme chez les plus de 40 ans, mais celui-ci reste constant voire en recrudescence chez les plus jeunes.
  • Le tabagisme passif augmente le risque de 35 % et serait responsable de 2 à 3000 morts pour cancer bronchique par an aux Etats Unis.

13.2.2 Autres causes

Les autres causes sont secondaires mais certaines expositions professionnelles donnent lieu à une réparation :

  • Non professionnelles :
    1. Radiations Ionisantes Naturelles : Essentiellement, le Radon 222 provenant de la dégradation du Radium 226 et de l’Uranium 238. C’est un gaz que l’on trouve dans le sol, les roches, les nappes d’eau souterraines. A concerné autrefois les travailleurs des mines d’uranium. Risque relatif controversé de l’ordre de 1,15.
    2. Pollution atmosphérique : vraisemblable, une étude récente montrant une association significative entre le taux de pollution et le taux de cancers bronchiques dans six villes américaines, difficile à quantifier mais probablement faible. Les benzopyrènes, le dioxyde de souffre et les oxydes de fer sont incriminés.
  • Professionnelles :
    • 8 causes reconnues donnent lieu à une réparation au titre de maladie professionnelle (cf. tableau 6) avec un délai de prise en charge (durée entre le début de l’exposition professionnelle et le diagnostic) toujours supérieur à 30 ans.
    • L’amiante est le risque professionnel le plus fréquent. Ses effets se multiplient à ceux du tabac. Toutes les fibres d’amiante sont en cause. Depuis 1996, il n’est plus nécessaire d’apporter une « preuve clinique » d’exposition à l’amiante (asbestose, plaques pleurales bilatérales plus ou moins calcifiées ou plaques péricardiques, pleurésie exsudative, épaississements pleuraux bilatéraux), grâce à la création du tableau 30bis.
    • D’autres expositions sont reconnues cancérigènes par le CICR mais ne donnent pas lieu à réparation : gaz moutarde, béryllium, Cadmium, silice, cobalt, laines de roche, fibres de verre…

Tableau 6 Expositions professionnelles exposant au risque de cancer bronchique et donnant lieu à réparation
Substances responsable n? tableau délai de prise en charge (années) durée d’exposition minimum (années) précisions
Rayonnements ionisants dont Radon 6 30   tous les métiers exposant de près ou de loin aux rayonnements ionisants
Acide chlonique 10 ter 30   liste limitative : fabrication ou conditionnement d’acide chromique ou de chromate de Zinc
Houille 16 bis 30 10 liste limitative : travaux en cockerie, usine à gaz, fabrication de l’aluminium, fonderie et ramonage
Arsenic 20 bis et 20 ter 40   liste limitative : travaux de pyrométallurgie, fabrication de pesticides arsenicaux ou d’anhydride arsénieux
Amiante 30et 30 bis
(pas de lésions associées)
35 10 sauf si lésions bénignes liste limitative : mines d’amiante, travaux de fabrication de matériau à base d’amiante (amiante- ciment, amiante -textile, frein...etc) application ou destruction de produit contenant l’amiante : calorifugeage, déflocage, travaux d’isolation utilisant de l’amiante
plus besoin de lésions bénignes associés depuis 1996 (30 bis)
Nickel 37 ter 40   liste limitative : grillage de matte de nickel
Oxyde de fer 44 bis 30    
Bis(chlorométhyl)ether 81 40   liste limitative : travaux de fabrication de bis(chlorométhyl)ether (85 % CPC)

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
13.1 - Epidémiologie des cancers bronchiques
13.2 - Etiologie
13.3 - Biologie du CBNPC
13.4 - Anatomopathologie
13.5 - Stades anatomo-cliniques
13.6 - Apports de l’examen anatomopathologique
13.7 - Circonstances de découverte
13.8 - Diagnostic
13.9 - Bilan d’évaluation : extension, opérabilité
13.10 - Evolution, pronostic
13.11 - Traitement
13.12 - Conclusion en 10 points clés
13.2.1 - Tabagisme
13.2.2 - Autres causes