Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Cancérologie

Sommaire

I - Cancérologie générale

1 - Généralités cliniques

2 - Prévention, dépistage, cancers professionnels

3 - Biologie du cancer

4 - Anatomie pathologique

5 - Bases de la radiothérapie

6 - Principes de la chimiothérapie anti-tumorale

7 - Principe de la prise en charge psychologique du patient cancéreux

II - Localisations

8 - Cancer du testicule

9 - Cancers du col utérin

10 - Cancers de l’endomètre

11 - Cancer du sein

12 - Le cancer de l’ovaire

13 - Cancers bronchiques non à petites cellules

14 - Cancers bronchiques à petites cellules

15 - Cancer de l’œsophage

16 - Les cancers colorectaux

17 - Cancer de l’estomac

18 - Cancers des voies aéro-digestives supérieures


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie II - Localisations
Chapitre 12 - Le cancer de l’ovaire

 

 

12.3 Circonstances de découverte. Bilan paraclinique initial

Les signes cliniques initiaux les plus fréquents sont :

  • L’apparition d’une ascite
  • Une douleur pelvienne
  • La perception d’une masse pelvienne
  • Plus rarement, un syndrome occlusif

Ces signes témoignent d’une extension déjà importante dans la cavité abdomino-pelvienne. En effet, à un stade plus précoce le cancer de l’ovaire est le plus souvent asymptomatique.

Dans 25 % des cas, la tumeur est de découverte fortuite lors d’une échographie pelvienne.

L’examen à réaliser en cas de suspicion d’une tumeur ovarienne est l’échographie pelvienne transpariétale et transvaginale.

Les critères échographiques de malignité d’une masse ovarienne sont :

  • Masse tissulaire
  • Paroi épaissie ou irrégulière pour les masses kystiques
  • Contenu hétérogène
  • Végétations intra- ou extra-kystiques
  • Aspect multiloculé

Le bilan d’extension tient compte de l’histoire naturelle du cancer de l’ovaire qui se dissémine préférentiellement au niveau loco-régional, par contiguïté (utérus, trompes, annexe contro-latérale), par voie péritonéale et par extension lymphatique (premier relais para-aortique).

On réalise donc :

  • Un scanner abdomino-pelvien,
  • Une radiographie thoracique : la découverte d’un épanchement pleural nécessite une ponction à visée diagnostique pour trancher entre un épanchement inflammatoire réactionnel à une extension péritonéale, et une pleurésie carcinomateuse.
  • Un dosage du CA-125, non spécifique, mais très sensible, reflet de l’atteinte séreuse (péritonéale)

Les autres examens seront orientés par la clinique, mais ne sont pas systématiques.

12.4 Classification. Pronostic

La classification de référence est celle de la Fédération Internationale de Gynécologie-Obstétrique (FIGO), qui est une classification clinique per-opératoire.

Stade Description        
I Tumeur limitée aux ovaires        
I A Tumeur limitée à un seul ovaire avec capsule intacte        
I B Tumeur des 2 ovaires avec capsules intactes        
I C Rupture capsulaire, ou végétation(s) tumorale(s) à la surface ovarienne Ou cytologie du liquide d’ascite ou de lavage péritonéal positif        
II Tumeur étendue au pelvis        
II A Extension à l’utérus et/ou aux trompes        
II B Extension aux autres organes pelviens        
II C Extension pelvienne avec cytologie du liquide d’ascite ou de lavage péritonéal positif        
III Métastases péritonéales au-delà du pelvis et/ou adénopathies Métastatiques régionales        
III A Métastases péritonéales microscopiques        
III B Métastases macroscopiques ≤ 2 cm        
III C Métastases macroscopiques > 2 cm et/ou adénopathies métastatiques Régionales        
IV Métastases à distance        

Pour décrire au mieux la maladie on y adjoint une classification jugeant de la qualité d’exérèse, facteur pronostique important :

Exérèse complète : pas de résidu macroscopique

Exérèse optimale : résidu de moins de 2 cm

Exérèse sub-optimale : résidu de plus de 2 cm

Simple biopsie.

Le pronostic est fonction du stade FIGO :

  Survie à 5 ans        
Stade I 75 %        
Stade II 50 %        
Stade III 20 %        
Stade IV 5 %        

En moyenne, le taux de survie à 10 ans est de 20 %. En effet, la plupart des cancers de l’ovaire sont découverts à un stade avancé (75 % au stade III ou IV), chez des patientes souvent âgées.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
12.1 - Généralités, épidémiologie
12.2 - Anatomopathologie
12.3 - Circonstances de découverte. Bilan paraclinique initial
12.4 - Classification. Pronostic
12.5 - Stratégie thérapeutique dans le cancer de l’ovaire
12.6 - Conclusion