Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Cancérologie

Sommaire

I - Cancérologie générale

1 - Généralités cliniques

2 - Prévention, dépistage, cancers professionnels

3 - Biologie du cancer

4 - Anatomie pathologique

5 - Bases de la radiothérapie

6 - Principes de la chimiothérapie anti-tumorale

7 - Principe de la prise en charge psychologique du patient cancéreux

II - Localisations

8 - Cancer du testicule

9 - Cancers du col utérin

10 - Cancers de l’endomètre

11 - Cancer du sein

12 - Le cancer de l’ovaire

13 - Cancers bronchiques non à petites cellules

14 - Cancers bronchiques à petites cellules

15 - Cancer de l’œsophage

16 - Les cancers colorectaux

17 - Cancer de l’estomac

18 - Cancers des voies aéro-digestives supérieures


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie II - Localisations
Chapitre 11 - Cancer du sein

 

11.8 - Indications thérapeutiques des formes non métastasées

 

11.8.4 Formes métastasées

L’hormonothérapie est indiquée en cas de RH+ ou, en l’absence de renseignement sur les RH, chez les patientes dont la métastase est apparue tardivement avec une évolution lente.

Les indications sont les lésions cutanées ou ganglionnaires ou osseuses ; le Tamoxifène classiquement utilisé en premier est désormais supplanté par les anti-aromatases stéroïdiens (Arimidex°, Fémara°) plus efficaces et mieux tolérés ce d’autant qu’il a été donné en adjuvant sur 5 ans et arrêté depuis moins d’un an ; en cas d’échappement, on utilisera, outre le Tamoxiféne, l’Aromasine et les progestatifs.

La chimiothérapie est indiquée chez les patientes non-hormonosensibles (RH-) ou échappant à toutes les hormonothérapies ou dont la métastase a un profil d’évolution rapide : foie, lymphangite ou lâcher de ballons pulmonaire, sein inflammatoire,...

En cas de chimiothérapie adjuvante par anthracyclines (FEC), sera plutôt utilisée une association à base de taxane et/ou vinorelbine ; le choix sera aussi fonction de l’état générale de la patiente et de ses constantes métaboliques. L’arrivée de chimiothérapies orales efficaces (Capécitabine ou Xéloda, vinorelbine orale) permet aussi des traitements à domicile privilégiant la qualité de vie.

Les bisphosphonates en association à la chimiothérapie (en perfusion) ou à l’hormonothérapie (per os) s’adressent aux hypercalcémies (qui sont devenues rares) et surtout aux métastases osseuses qu’elles soient lytiques ou condensantes avec une bonne action antalgique et surtout un effet préventif partiel sur l’apparition de nouvelles métastases osseuses.

Globalement, grâce aux combinaisons des divers traitements médicaux, la survie moyenne des formes métastatiques dépasse les 2 ans.

11.8.5 Résultats

  • Tumeurs égales ou inférieures à 3 cm
    Après tumorectomie + radiothérapie (association concernant 75 % de l’ensemble des malades porteuses de cancer du sein) les récidives locorégionales sont égales ou inférieures à 10 % et les résultats esthétiques sont presque toujours satisfaisants. Le taux de conservation mammaire est de 90 %. Les rares récidives sont traitées par mastectomie de rattrapage avec souvent une reconstruction (surtout selon le souhait ou non de la malade).
  • Tumeurs supérieures à 3 cm
    Le taux de conservation mammaire varie selon le moment où l’on décide de la suite du traitement conservateur ou non :
    Après chimiothérapie première seulement 50 %
    Après le premier temps de radiothérapie externe large 60 %
    Après chimiothérapie première puis premier temps de radiothérapie externe large 60 %
    Après radiothérapie externe à dose complètes (1er temps puis surdosage) 70 %
    Après chimiothérapie première (ou non) puis radiothérapie externe large puis surdosage par curiethérapie 90 %


    Après ces traitements les résultats esthétiques sont variables et dépendent principalement de la taille initiale de la tumeur. Ils dépendent aussi de la qualité de la radiothérapie, en particulier des paramètres de la curiethérapie.
    En matière de survie on ne constate pas de différence entre les traitements à visée conservatrice et les traitements non conservateurs, que les comparaisons soient randomisées ou non.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
11.1 - Epidémiologie
11.2 - Facteurs étiologiques
11.3 - Anatomopathologie mammaire
11.4 - Diagnostic
11.5 - Bilan préthérapeutique
11.6 - Eléments pronostiques
11.7 - Moyens thérapeutiques
11.8 - Indications thérapeutiques des formes non métastasées
11.9 - Indications thérapeutiques des formes métastasées
11.10 - Place actuelle des traitements conservateurs dans le traitement locorégional du cancer du sein
11.11 - Points essentiels
11.8.1 - Pour les tumeurs égales ou inférieures à 3 cm.
11.8.2 - Pour les tumeurs supérieures à 3 cm
11.8.3 - Le traitement médical adjuvant
11.8.4 - Formes métastasées
11.8.5 - Résultats