Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Cancérologie

Sommaire

I - Cancérologie générale

1 - Généralités cliniques

2 - Prévention, dépistage, cancers professionnels

3 - Biologie du cancer

4 - Anatomie pathologique

5 - Bases de la radiothérapie

6 - Principes de la chimiothérapie anti-tumorale

7 - Principe de la prise en charge psychologique du patient cancéreux

II - Localisations

8 - Cancer du testicule

9 - Cancers du col utérin

10 - Cancers de l’endomètre

11 - Cancer du sein

12 - Le cancer de l’ovaire

13 - Cancers bronchiques non à petites cellules

14 - Cancers bronchiques à petites cellules

15 - Cancer de l’œsophage

16 - Les cancers colorectaux

17 - Cancer de l’estomac

18 - Cancers des voies aéro-digestives supérieures


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie II - Localisations
Chapitre 11 - Cancer du sein

 

11.7 - Moyens thérapeutiques

11.7.2 - La radiothérapie

 

La radiothérapie :

  • réduit la fréquence des récidives loco-régionales après chirurgie (fréquence divisée par 3 ou 4).
  • permet les traitements conservateurs
  • a une action modeste sur la survie (mais non négligeable : 5 à 10 % en plus à 5 ans si correctement faite)
  • a un intérêt palliatif pour les métastases osseuses et cérébrales.

Technique

  • Pour le traitement locorégional
    1. Les doses
      • Pour la maladie infraclinique, dans le sein à distance du foyer tumoral, au niveau de la paroi thoracique après mastectomie, au niveau des aires ganglionnaires satellites, la dose est de 45 à 50 Gy en fractionnement classique de 5 × 1,8 à 5 × 2 Gy par semaine.
      • Pour la maladie infraclinique à risque accru de récidive à savoir la zone de tumorectomie la dose est de 60 Gy (45+15 ou 50+10)
      • Pour la maladie macroscopique tumeur mammaire en place (T) et adénopathie clinique non opérée (Np), les doses sont de :
        T = 65 à 70 Gy
        Np = 65 Gy
    2. Les volumes à irradier
      1. Le sein en entier + la paroi thoracique si traitement conservateur
      2. La paroi thoracique et la cicatrice si mastectomie
      3. Les aires ganglionnaires satellites : axillaire, sus-claviculaire et mammaire interne. On n’irradie pas ces volumes si la tumeur est entièrement dans les quadrants externes et que le curage axillaire négatif. On n’irradie pas le creux axillaire s’il est N- ou N+ avec peu de ganglions envahis. L’irradiation du creux axillaire n’est faite qu’en cas d’envahissement massif du creux axillaire.
      4. La zone de tumorectomie + une marge de sécurité autour
      5. La tumeur en place + une marge de sécurité autour
      6. La ou les adénopathies en place
    3. Technique de réalisation
      Elle se fait en 2 temps
      1er temps : Radiothérapie large pour la maladie infraclinique
      Volumes 1. et 2. = faisceaux tangentiels de photons (de telecobalt ou d’accélérateur linéaire de 5 MV)
      Volumes 3. =
      • Axillaire : faisceaux antéro postérieurs par photons comme précédemment
      • Sus-claviculaire : faisceau antérieur unique par photons comme précédemment
      • Mammaire interne : faisceau antérieur unique avec dose donnée par moitié par photons comme précédemment et par moitié par électrons de 10 MeV

      2ème temps : Radiothérapie dite de « surdosage »
      Elle concerne des volumes réduits.
      Volumes 4. et 5. = faisceaux tangentiels réduits de photons comme précédemment ou faisceau antérieur unique d’électrons de 10 MeV ou curiethérapie. Cette dernière méthode est la plus efficace sur le plan anti-tumoral : elle est recommandée en cas de tumeur en place ou en cas de tumorectomie à résection histologiquement incomplète ou à risque particulièrement élevé de récidive (foyers multiples, fort contingent intra-canalaire, comedocarcinome…).
      Volume 6. = faisceau direct d’électrons 10 MeV
    4. Organes à protéger. Complications possibles
      Organes à protéger
      • Cœur et poumons sont à irradier au minimum par les faisceaux tangentiels, la dosimétrie le permet.
      • Tête humérale et thyroïde sont protégées par des briques
      • Le médiastin est peu irradié par le faisceau direct mammaire interne grâce à la combinaison photons-électrons.

      Complications
      • La plus fréquente est le lymphœdème du membre supérieur ou «  gros bras ». Le risque est surtout important si on combine curage axillaire puis radiothérapie de la région axillaire. Pour prévenir cette complication on n’irradie que les envahissements massifs du creux axillaire. Les récidives après chirurgie seule sont rares (égales ou inférieures à 4 %). Dans les cas habituels, il est donc inutile et dangereux de compléter le curage par une radiothérapie. La prévention consiste également à éviter les efforts violents ou prolongés avec le membre concerné et le traitement énergique de toute infection à son niveau.
      • La plexite radique. Cette complication, rare et grave, justifie de ne pas dépasser 50 Gy au niveau du plexus brachial.
      • Les complications cardio-respiratoires à long terme. Dans les essais randomisés anciens ou avec une technique de radiothérapie insuffisante, ces complications, liées à l’irradiation parasite du cœur et des poumons, ont annihilé les bénéfices en terme de survie apportés par l’efficacité carcinologique de la radiothérapie.
      • La périarthrite de l’épaule. Son risque est réduit par une bonne protection de l’épaule pendant la radiothérapie.
      • Une radiofibrose séquellaire avec une éventuelle déformation du sein plus ou moins douloureuse et des télangiectasies cutanées peut traduire une dose excessive de radiothérapie. Une bonne technique doit permettre de l’éviter.
  • Pour les métastases
    On utilise habituellement une dose de 30 Gy en 10 séances et 12 jours dans un volume large.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
11.1 - Epidémiologie
11.2 - Facteurs étiologiques
11.3 - Anatomopathologie mammaire
11.4 - Diagnostic
11.5 - Bilan préthérapeutique
11.6 - Eléments pronostiques
11.7 - Moyens thérapeutiques
11.8 - Indications thérapeutiques des formes non métastasées
11.9 - Indications thérapeutiques des formes métastasées
11.10 - Place actuelle des traitements conservateurs dans le traitement locorégional du cancer du sein
11.11 - Points essentiels
11.7.1 - La chirurgie
11.7.2 - La radiothérapie
11.7.3 - Les traitements médicaux