Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Cancérologie

Sommaire

I - Cancérologie générale

1 - Généralités cliniques

2 - Prévention, dépistage, cancers professionnels

3 - Biologie du cancer

4 - Anatomie pathologique

5 - Bases de la radiothérapie

6 - Principes de la chimiothérapie anti-tumorale

7 - Principe de la prise en charge psychologique du patient cancéreux

II - Localisations

8 - Cancer du testicule

9 - Cancers du col utérin

10 - Cancers de l’endomètre

11 - Cancer du sein

12 - Le cancer de l’ovaire

13 - Cancers bronchiques non à petites cellules

14 - Cancers bronchiques à petites cellules

15 - Cancer de l’œsophage

16 - Les cancers colorectaux

17 - Cancer de l’estomac

18 - Cancers des voies aéro-digestives supérieures


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie II - Localisations
Chapitre 10 - Cancers de l’endomètre

 

10.5 - Adénocarcinome de l’endomètre

 

10.5.12 Indications thérapeutiques

La chirurgie reste l’arme essentielle. Elle doit être la plus complète possible.

Stades I

Hystérectomie extrafaciale simple avec annexectomie bilatérale + curage iliaque.

La place de la lymphadenectomie externe se discute notamment en fonction du terrain.

En cas de facteurs de risque de rechute loco-régionale : radiothérapie externe 45 Gy + curiethérapie 20 Gy

Stades II

Si possible colpohystérectomie élargie avec annexectomie et curage ganglionnaire pelvien puis curiethérapie du fond vaginal 50 Gy + curage iliaque.

En cas de facteurs de risque de rechute loco-régionale : radiothérapie externe 45 Gy + curiethérapie 20 Gy.

Stades III

Colpohystérectomie élargie avec annexectomie et curage ganglionnaire pelvien puis radiothérapie externe 45 Gy + curiethérapie 20 Gy.

En cas d’envahissement ganglionnaire surimpression par radiothérapie 10 Gy sur les zones ganglionnaires initialement envahies.

Stade IV

Chirurgie si possible puis curiethérapie du fond vaginal 50 Gy, le risque de complication pelvienne du à la radiothérapie fait qu’elle n’est pas proposée de façon systématique.

En cas de tumeur inopérable, quelque soit le stade (sauf si métastases à distance) radiothérapie exclusive : radiothérapie externe (45 Gy) et curiethérapie (30 Gy)

Formes métastatiques :

Chimiothérapie ou hormonothérapie.

10.5.13 Survies

Stades I

Survie globale à 5 ans 60 à 95 %

Stades II

Survie globale à 5 ans 50 à 75 %

Stades III

Survie globale à 5 ans 27 à 50 %

Stades IV

Survie globale à 5 ans 0 à 10 %

10.5.14 Surveillance

Elle recherche des rechutes locales et métastatiques. Elle est basée sur l’examen clinique et sur l’IRM ou le scanner pelvien en cas de signe d’appel.

Ces rechutes ont lieu principalement dans les 3 premières années.

La consultation doit avoir lieu tous les 3 mois les deux premières années, tous les 6 mois les trois suivantes et tous les ans les 5 suivantes.

10.5.15 Points essentiels

  1. Le cancer de l’endomètre est un adénocarcinome.
  2. Il s’observe principalement chez la femme ménopausée, volontiers sur un terrain fait d’obésité, de diabète, de nulliparité ou de grossesse tardive.
  3. Une cause médicamenteuse possible : le Tamoxifene
  4. Le maître - symptôme : la métrorragie
  5. Le risque d’envahissement ganglionnaire iliaque est lié au degré d’envahissement du myomètre (si plus de la moitié de l’épaisseur).
  6. L’hystéroscopie avec curetage permet de voir et biopser la tumeur
  7. Le TDM abdomino-pelvien permet de faire un bilan d’extension et l’IRM, au besoin, permet de voir l’extension de la tumeur dans le myomètre
  8. Le T1 correspond à une tumeur limitée au corps de l'utérus
       T1a sans dépasser l’endomètre
       T1b sans dépasser la moitié de l’épaisseur du myomètre
       T1c dépassant la moitié du myomètre
    Le T2 correspond à une tumeur envahissant le col
    Le T3 correspond à une tumeur atteignant la séreuse, les annexes ou le vagin
    Le T4 correspond à une tumeur atteignant la vessie ou l’intestin.
  9. Le traitement premier est l’hystérectomie + ou - annoxectomie et curage selon l’extension et le terrain (souvent fragile)
  10. La radiothérapie est une curiethérapie seule du fond vaginal à la dose de 50 Gy s’il n’y a pas d’envahissement ganglionnaire ou si l’envahissement ne dépasse pas la moitié interne du myomètre ; dans le cas contraire on fait une radiothérapie externe pelvienne de 45 Gy + un complément de curiethérapie de 20 Gy.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
10.1 - Epidémiologie
10.2 - Facteurs de risque
10.3 - Anatomopathologie
10.4 - Lésion précancéreuse
10.5 - Adénocarcinome de l’endomètre
10.5.1 - Macroscopie
10.5.2 - Histologie
10.5.3 - Signes cliniques
10.5.4 - Examens complémentaires
10.5.5 - Extension de la maladie
10.5.6 - Classifications
10.5.7 - Facteurs pronostiques
10.5.8 - Traitement chirurgical
10.5.9 - Radiothérapie
10.5.10 - Place de la chimiothérapie
10.5.11 - L’hormonothérapie
10.5.12 - Indications thérapeutiques
10.5.13 - Survies
10.5.14 - Surveillance
10.5.15 - Points essentiels