Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Cancérologie

Sommaire

I - Cancérologie générale

1 - Généralités cliniques

2 - Prévention, dépistage, cancers professionnels

3 - Biologie du cancer

4 - Anatomie pathologique

5 - Bases de la radiothérapie

6 - Principes de la chimiothérapie anti-tumorale

7 - Principe de la prise en charge psychologique du patient cancéreux

II - Localisations

8 - Cancer du testicule

9 - Cancers du col utérin

10 - Cancers de l’endomètre

11 - Cancer du sein

12 - Le cancer de l’ovaire

13 - Cancers bronchiques non à petites cellules

14 - Cancers bronchiques à petites cellules

15 - Cancer de l’œsophage

16 - Les cancers colorectaux

17 - Cancer de l’estomac

18 - Cancers des voies aéro-digestives supérieures


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie I - Cancérologie générale
Chapitre 1 - Généralités cliniques

 

1.2 - Diagnostic

 

1.2.4 Les aspects psychologiques

La crainte du cancer, d’une évolution fatale après une « longue et pénible maladie » est présente chez tous les malades à des niveaux variables selon les personnalités et selon l’état de la maladie. L’information doit être loyale, adaptée, utile (une trace qu’elle a été donnée doit exister dans l’observation comprenant l’exposé des risques importants des traitements). Toutes les précautions doivent être également prises pour que le malade ait confiance dans la médecine et dans l’équipe soignante qui s’occupe de lui. Il ne faut certainement pas brusquer l’information. Il faut éviter de décourager le malade en donnant des informations trop dures à entendre et sans ouverture vers une évolution « favorable » à un titre ou à un autre (au maximum la guérison sans séquelles, au minimum des traitements symptomatiques efficaces). La gravité des craintes, la fragilité de certaines personnalités, fait qu’il peut être nécessaire de faire appel à un médecin de formation psychiatrique ou à un psychologue, de préférence entraînés à ce contexte clinique particulier. En pratique, et quelque soit l’importance du temps consacré aux problèmes techniques, il faut laisser un temps libre pour la relation médecin-malade, assez long pour que le malade puisse s’exprimer et pour qu’un climat de confiance puisse s’établir.

1.2.5 Le contexte familial et socio-économique

La maladie, par sa gravité potentielle, déstabilise non seulement le malade, mais également ses proches (nouvelle répartition des rôles dans la famille, anxiété). Et les relations professionnelles sont plus ou moins interrompues. Des problèmes économiques peuvent survenir, sources d’inquiétude pour tous. Si la famille est souvent un soutien, elle peut aussi être effondrée et être un poids pour le malade. Il est impossible de traiter un cancer en ignorant ces problèmes. L’assistante sociale a un rôle capital dans l’estimation de la situation socio économique du malade. Son intervention a un intérêt pratique (permettre au malade de faire valoir ses droits) et psychologique (il se sent soutenu).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
1.1 - Fréquence du cancer
1.2 - Diagnostic
1.3 - Le TNM
1.4 - Les principes de traitements
1.5 - Le pronostic
1.6 - La surveillance
1.7 - Les marqueurs
1.8 - Les résultats
1.9 - Les essais randomisés
1.2.1 - Le diagnostic positif
1.2.2 - Le diagnostic d’extension
1.2.3 - L’observation
1.2.4 - Les aspects psychologiques
1.2.5 - Le contexte familial et socio-économique