Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Biostatistique

Sommaire

Avant-propos

Introduction

1 - Statistique(s) et Probabilité(s)

2 - Rappels mathématiques

3 - Eléments de calcul des Probabilités

4 - Probabilité Conditionnelle ; Indépendance et Théorème de Bayes

5 - Evaluation de l’intérêt diagnostique des informations médicales

6 - Variables aléatoires

7 - Exemples de distributions

8 - Statistiques descriptives

9 - Etude de la variable aléatoire moyenne expérimentale

10 - Estimation - Intervalle de confiance

11 - Les tests d’hypothèses. Principes

12 - Quelques tests usuels

13 - Tests concernant des variables qualitatives

14 - Liaison entre deux variables continues : notion de corrélation

15 - Méthodologie des études épidémiologiques

A - Tables statistiques


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 15 - Méthodologie des études épidémiologiques

 

15.6 - Risque attribuable, proportion de cas évitables

 

Cette section a été écrite par A.J. Valleron.

Le risque attribuable à un facteur est la proportion des cas que l’on pourrait éviter en supprimant ce facteur, lorsqu’il est causal. Par exemple, le risque de cancers du poumon attribuable au tabac est de l’ordre de 90 % (si on supprimait par magie le tabac, environ 10 % des cancers des bronches surviendraient encore, car ils sont dus à d’autres facteurs).

Soit :

  • N le nombre total de malades ;
  • NF le nombre de malades exposés au facteur F ;
  • NNF le nombre de malades non exposés au facteur F.

On peut écrire N = NF + NNF.

Parmi les N Pr(M) cas totaux de maladie, on ne peut éviter les N Pr(M/NF) cas qui seraient survenus de toute façon en l’absence du facteur F. On peut espérer éviter les NF autres. La proportion maximale de cas que l’on peut éviter est donc :

Image equationbase1563.trsp.gif

Soit f la proportion de sujets exposés. En écrivant que : Pr(M) = f Pr(M/F) + (1-fPr(M/NF) on trouve que le risque attribuable vaut :

Image equationbase2564.trsp.gif

Résultat :

Dans une population où une proportion f des sujets est exposée à un facteur F augmentant le risque de maladie, cette augmentation étant caractérisée par le risque relatif RR = Pr(M/F)/Pr(M/NF), le risque attribuable au facteur, c’est à dire la proportion maximale de cas qui peut être évitée vaut

Image equationbase3565.trsp.gif.

La proportion calculée grâce à cette formule est « maximale » : elle n’est atteinte que si le facteur F a un rôle causal dans le déclenchement de la maladie. Par exemple, l’exposition au tabac est un facteur causal du cancer des bronches. L’alcoolisme ne l’est pas. Pourtant, le risque relatif RR de cancer des bronches chez les alcooliques est supérieur à 1 parce que les alcooliques sont plus souvent fumeurs que les non alcooliques. L’alcoolisme est appelé facteur de confusion. Bien entendu, en supprimant l’alcool, on ne supprimerait pas le cancer des bronches !

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
15.1 - La causalité
15.2 - Démarche expérimentale et démarche d’observation
15.3 - Les essais randomisés
15.4 - Les études d’observation
15.5 - Mesures d’association utilisées en épidémiologie
15.6 - Risque attribuable, proportion de cas évitables
Résumé du chapitre