Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Annales de Biostatistique

Liste des exercices

1 - Concours Nouméa 2008

2 - Concours 2007

3 - Concours Nouméa 2007

4 - Concours 2006

5 - Concours Nouméa 2006

6 - Concours 2005

7 - Concours Nouméa 2005

8 - Concours 2004

9 - Concours Nouméa 2004

10 - Concours 2003

11 - Concours Nouméa 2003

12 - Concours 2002

13 - Concours 2001

14 - Concours 2000

15 - Concours 1999

16 - Concours 1998


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


12 - Concours 2002

 

Exercice 2 - (QCM - 6 points)

 

Dans cet exercice, les résultats sont donnés avec une précision de deux décimales.

Un patient suspect de présenter la maladie M se rend dans une consultation spécialisée. Il s’agit de décider s’il faut le traiter ou non. La décision optimale sera celle de plus grande utilité moyenne.

On dispose des informations suivantes :

  • l’utilité d’être malade et traité est égale à 100,
  • l’utilité d’être non malade et traité est égale à - 100,
  • l’utilité d’être malade et non traité est égale à - 50,
  • l’utilité d’être non malade et non traité est égale à 0.

Soit p la probabilité de la maladie M chez un patient donné.

2.1
 

L’utilité moyenne de traiter vaut :

  1. 200 p - 100
  2. 150 p - 100
  3. 50 p - 50
  4. 50 p
  5. - 50 p

 
2.2
 

L’utilité moyenne de ne pas traiter vaut :

  1. 200 p - 100
  2. 150 p - 100
  3. 50 p - 50
  4. 50 p
  5. - 50 p

 
2.3
 

En conséquence, il faut traiter dès que p est supérieure à :

  1. 0,33
  2. 0,40
  3. 0,50
  4. 0,60
  5. 0,67

 
2.4
 

Un examen complémentaire E1 a une sensibilité égale à 0,6 et une spécificité égale à 0,8 pour diagnostiquer la maladie M. On suppose que cette maladie a une prévalence égale à 0,1 dans la population des patients de cette consultation spécialisée.

Quelle est la valeur prédictive positive de l’examen E1 ?

  1. 0,08
  2. 0,20
  3. 0,25
  4. 0,43
  5. 0,75

 
2.5
 

Un deuxième examen E2 a la même sensibilité et la même spécificité que l’examen E1 pour la maladie M. On veut évaluer un test qui consiste à pratiquer les examens E1 et E2, pour un patient donné. On conclut à la positivité du test si les deux examens sont positifs, et à sa négativité si au moins un des deux examens est négatif. Les résultats des 2 examens sont supposés indépendants pour un même patient.

Pour le test ainsi défini, on a (plusieurs réponses sont possibles) :

  1. Sa sensibilité vaut 0,36
  2. Sa sensibilité vaut 0,64
  3. Sa spécificité vaut 0,64
  4. Sa spécificité vaut 0,96
  5. Sa valeur prédictive positive vaut 0,31
  6. Sa valeur prédictive négative vaut 0,93

 
2.6
 

En vous basant sur l’ensemble des informations fournies dans cet exercice (dans l’énoncé et vos réponses), indiquez, parmi les propositions suivantes, laquelle est (ou lesquelles sont) juste(s) :

  1. Il faut traiter la maladie M au moindre doute sans faire d’examen.
  2. Il faut traiter la maladie M dès qu’un examen est positif.
  3. Si le premier examen est négatif, le deuxième est inutile, car on ne traitera pas M quel que soit son résultat.
  4. Il faut toujours pratiquer deux examens, et ne traiter M que s’ils sont positifs tous les deux.
  5. Même si les deux examens sont positifs, il ne faut pas traiter la maladie M, car la valeur prédictive positive du test est trop faible.

 
 
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
Exercice 1  - (7 points)
Exercice 2  - (QCM - 6 points)
Exercice 3  - (QCM - 7 points)