Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Annales de Biostatistique

Liste des exercices

1 - Concours Nouméa 2008

2 - Concours 2007

3 - Concours Nouméa 2007

4 - Concours 2006

5 - Concours Nouméa 2006

6 - Concours 2005

7 - Concours Nouméa 2005

8 - Concours 2004

9 - Concours Nouméa 2004

10 - Concours 2003

11 - Concours Nouméa 2003

12 - Concours 2002

13 - Concours 2001

14 - Concours 2000

15 - Concours 1999

16 - Concours 1998


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


1 - Concours Nouméa 2008

 

 

Exercice 13 (1 QCM)

13.1
 

On veut tester l’hypothèse d’égalité d’atteinte selon le sexe dans une maladie, c’est-à-dire l’hypothèse selon laquelle les proportions d’hommes et de femmes sont égales parmi les personnes atteintes de cette maladie. On tire au sort 100 personnes atteintes de cette maladie, et on observe m hommes. On rejettera l’égalité d’atteinte selon le sexe quand :

  1. m [50 ; 53]
  2. m [55 ; 57]
  3. m [61 ; 65]
  4. m [70 ; 75]
  5. m [82 ; 83]

 
 

Exercice 14 (1 QCM)

14.1
 

En vue de comparer deux traitements T1 et T2 d’une affection bénigne, on répartit entre ces deux traitements 250 malades par tirage au sort. Les résultats sont indiqués dans le tableau ci-dessous

  Etat du malade après 5 jours de traitement
Traitement Stationnaire Amélioré Guéri Total
T1 15 70 35 120
T2 25 85 20 130

  1. Le test à effectuer est un χ2 à 3 ddl
  2. L’hypothèse nulle testée est que les fréquences d’état stationnaire, amélioré, guéri sont identiques avec les 2 traitements
  3. L’hypothèse nulle testée est que les fréquences d’état stationnaire, amélioré, guéri sont différentes avec les 2 traitements
  4. Le test statistique montre que les 2 traitements ont des efficacités différentes
  5. Le degré de signification est inférieur à 1‰

 
 

Exercice 15 (3 QCM)

15.1
 

On compare l’efficacité de 2 antalgiques A et B dans un essai randomisé sur 2 groupes de 50 sujets. L’efficacité est évaluée par la diminution de la douleur mesurée à l’aide d’une Echelle Visuelle Analogique (EVA). Les résultats obtenus sont indiqués dans le tableau ci-dessous

  effectif moyenne observée variance observée
A 50 23 70
B 50 20 90

  1. L’hypothèse nulle est que la diminution de la douleur dans la population est la même avec les deux traitements
  2. Pour effectuer le test de comparaison, on doit supposer que la distribution de la diminution de la douleur est normale
  3. On ne peut pas rejeter l’hypothèse nulle
  4. Le degré de signification est p < 0,05
  5. A est plus efficace que B

 
15.2
 

Sachant qu’on s’intéresse à une variation de la diminution de la douleur de ±3 selon le traitement, combien faudrait-il de sujets par groupe pour la mettre en évidence (si elle existe) en utilisant un test de puissance 90%. On utilisera les variances de la QCM précédente pour les calculs

  1. n = 40
  2. 40 < n ≤ 100
  3. 100 < n ≤ 200
  4. 200 < n ≤ 600
  5. 600 < n ≤ 1000

 
15.3
 

On dispose de 200 malades pour réaliser un essai thérapeutique sur deux groupes de 100 sujets. On s’intéresse toujours à la mise en évidence d’une variation de la diminution de la douleur de ±3 selon le traitement. Quelle sera la puissance du test. On utilisera les variances de la QCM 15.1 pour les calculs

  1. < 30%
  2. 30-50%
  3. 51-80%
  4. 81-90%
  5. > 90%

 
 

Exercice 16 (1 QCM)

16.1
 

On suit une population de malades bénéficiant d’une intervention chirurgicale prise comme origine du temps (t=0)

Un an après l’intervention, il y a 90% de survivants

Deux ans après l’intervention, il y a 80% de survivants

Trois ans après l’intervention, il y a 60% de survivants

Quatre ans après l’intervention, il y a 40% de survivants

Cinq ans après l’intervention, il y a 20% de survivants

  1. La probabilité qu’un malade a de mourir entre 2 ans et 4 ans après l’intervention est de 40%
  2. La probabilité de survivre 4 ans après l’intervention quand on a déjà survécu 3 ans est 1/3
  3. La probabilité de survivre 4 ans après l’intervention quand on a déjà survécu 2 ans est 1/2
  4. La probabilité de vivre encore au moins 4 ans quand on a survécu 1 an après l’intervention est de 20%
  5. La probabilité de vivre encore au moins 4 ans quand on a survécu 1 an après l’intervention est de 2/9

 
 
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
Exercice 1  - (2 QCM)
Exercice 2  - (1 QCM)
Exercice 3  - (1 QCM)
Exercice 4  - (1 QCM)
Exercice 5  - (1 QCM)
Exercice 6  - (1 QCM)
Exercice 7  - (2 QCM)
Exercice 8  - (1 QCM)
Exercice 9  - (1 QCM)
Exercice 10  - (1 QCM)
Exercice 11  - (1 QCM)
Exercice 12  - (1 QCM)
Exercice 13  - (1 QCM)
Exercice 14  - (1 QCM)
Exercice 15  - (3 QCM)
Exercice 16  - (1 QCM)