Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Réserves Energétiques

Plan du cours

Objectifs

I - Molécules riches en énergie

1 - Introduction

2 - La voie anaérobie alactique

II - Régulation de la glycémie

3 - Introduction

4 - Mécanismes hyperglycémiants : la glycogénolyse

5 - Mécanismes hyperglycémiants : la gluconéogénèse

6 - Mécanismes hypoglycémiants : la glycogénogénèse

7 - Mécanismes hypoglycémiants : la lipogénèse


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie II - Régulation de la glycémie
Chapitre 4 - Mécanismes hyperglycémiants : la glycogénolyse

 

 

Mécanismes hyperglycémiants

  • Notre organisme dispose de deux voies métaboliques permettant de faire augmenter la concentration de glucose dans le sang (glycémie) la glycogénolyse qui utilise les réserves de glycogène du foie et des muscles et la gluconéogénèse qui transforme les acides aminés provenant du catabolisme des protéines pour synthétiser du glucose.
  • La diminution de la glycémie (hypoglycémie : < 4 mM) induit des mécanismes neuroendocriniens produisant des molécules informationnelles (hormones) : adrénaline et/ou glucagon. Ces deux hormones agissent en augmentant le taux intracellulaire d’AMPc (second messager). Le jeûne prolongé (10 heures) provoque aussi la sécrétion de cortisol, hormone stéroïde agissant au niveau de la transcription des gènes.
  • L’adrénaline, sécrétée rapidement au cours de l’effort ou du stress, agit surtout au niveau du muscle pour activer la voie anaérobie-alactique (créatine-phosphate), puis la glycogénolyse (glycogène musculaire). L’adrénaline agit aussi sur le tissu adipeux pour activer l’hydrolyse des graisses de réserve (lipolyse périphérique) en acides gras circulants, qui seront captés par les cellules (muscles) pour alimenter le métabolisme énergétique et épargner le glucose.
  • Le glucagon sécrété progressivement au cours du jeûne, agit surtout au niveau du foie pour activer la glycogénolyse (glycogène hépatique) puis la gluconéogénèse à partir des acides aminés catabolisés dans le foie.
  • Le cortisol enfin produit lors du jeûne prolongé, induit les enzymes permettant le catabolisme des protéines des muscles (protéases intracellulaires), la transamination des acides aminés et les enzymes propres de la gluconéogénèse.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
4.1 - Glycogénolyse (définition)
4.2 - Glycogène phosphorylase
4.3 - Phosphoglucomutase
4.4 - Glucose-6-phosphatase
4.5 - Glycogénolyse (schéma général)
4.6 - Glycogénolyse (bilan)
4.7 - Adrénaline
4.8 - Glucagon
4.9 - Activation de la phosphorylase
4.10 - Insuline
4.11 - Inhibition de la phosphorylase