Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Oxydations Cellulaires

Plan du cours

Objectifs

I - La glycolyse (PAES)

1 - L’activation

2 - La glycolyse cytoplasmique

3 - La glycolyse anaérobie

4 - La glycogénolyse

5 - Métabolisme du pyruvate

6 - Le cycle de Krebs

II - La lipolyse (PAES)

7 - La β-oxydation

III - La régulation du métabolisme énergétique (PCEM2)

8 - Introduction

9 - Régulation des oxydations cellulaires

10 - Régulation de la glycolyse

11 - Activation de la lipolyse

12 - Adaptation du muscle à l’effort prolongé

13 - Thermogénèse

14 - Inhibition du métabolisme énergétique

15 - La cétogénèse


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie III - La régulation du métabolisme énergétique (PCEM2)
Chapitre 8 - Introduction

 

 

  • Dans tous les tissus, le métabolisme énergétique est commandé par un facteur principal : le taux d’ATP, ou plus précisément la charge énergétique du coenzyme ATP/ADP.
  • La régulation de chacune des voies métaboliques de la glycolyse ou de la lipolyse est ensuite commandée par la vitesse des enzymes qui contrôlent chacune de ces voies métaboliques.
  • Les enzymes qui ont le rôle régulateur le plus important sont les enzymes-clés :
    • Chaîne respiratoire mitochondriale : ATP/ADP translocase
    • Cycle de KREBS : isocitrate déshydrogénase
    • Glycolyse cytoplasmique : phosphofructokinase
    • β-oxydation : carnitine-palmityl-transférase
    • Lipolyse périphérique : lipase hormonosensible
  • La régulation dépend aussi de la disponibilité des différents substrats et coenzymes libres : ADP bien sûr, mais aussi Oxygène, phosphates, coenzymes transporteurs d’Hydrogène, oxaloacétate, etc...
  • Le muscle squelettique, au cours de l’effort, est un bon modèle pour étudier la régulation du métabolisme énergétique. Au cours du passage du repos à l’effort, le métabolisme énergétique s’adapte progressivement à la consommation d’ATP.
  • Le métabolisme énergétique passe alors par différentes étapes : d’abord anaérobie-alactique (faisant appel à l’hydrolyse de créatine-phosphate), puis glycolyse anaérobie (produisant le lactate) enfin en aérobiose, la glycolyse à partir du glycogène musculaire et hépatique, et la lipolyse à partir des triglycérides du tissu adipeux.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable