Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Oxydations Cellulaires

Plan du cours

Objectifs

I - La glycolyse (PAES)

1 - L’activation

2 - La glycolyse cytoplasmique

3 - La glycolyse anaérobie

4 - La glycogénolyse

5 - Métabolisme du pyruvate

6 - Le cycle de Krebs

II - La lipolyse (PAES)

7 - La β-oxydation

III - La régulation du métabolisme énergétique (PCEM2)

8 - Introduction

9 - Régulation des oxydations cellulaires

10 - Régulation de la glycolyse

11 - Activation de la lipolyse

12 - Adaptation du muscle à l’effort prolongé

13 - Thermogénèse

14 - Inhibition du métabolisme énergétique

15 - La cétogénèse


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie II - La lipolyse (PAES)
Chapitre 7 - La β-oxydation

 

7.16 - Bilan de la β-oxydation (palmitate)

 

Image OC_58_PICT.jpg
OC 58

  • Prenons l’exemple d’un acide gras saturé comme l’acide palmitique qui a 16 carbones. L’activation du palmitate par une acyl-thiokinase utilise une mole d’ATP et libère un pyrophosphate et un AMP. Le pyrophosphate est hydrolysé par la pyrophosphatase et l’AMP retransformé en ADP par la myokinase qui consomme une deuxième mole d’ATP.
  • Le palmitate va passer 7 fois par la β-oxydation associée à la chaîne respiratoire. 7 acyl-CoA successifs seront oxydés par 7 moles d’oxygène en produisant 8 acétyl-CoA et permettront de phosphoryler 35 moles d’ATP.
  • Les 8 acétyl-CoA vont être oxydés par le cycle de KREBS et la chaîne respiratoire mitochondriale, grâce à 16 moles d’oxygène en produisant 16 bicarbonates tandis que 96 moles d’ADP seront transformées en ATP.
  • Le bilan total de l’oxydation du palmitate par la cellule s’établit donc ainsi : l’oxydation d’une mole de palmitate, soit 256 grammes, se fait grâce à 23 moles d’oxygène, c’est-à-dire 515 litres ; cela produit 16 moles de bicarbonate, et 129 moles d’ADP sont transformées en ATP. Notez bien aussi la grande quantité d’eau produite dans cette lipolyse.
  • Le bilan thermodynamique des réactions de la lipolyse n’est pas simple car il dépend de la longueur de la chaîne grasse du substrat. La chaleur produite atteint presque 6000 kJ/mol de palmitate dans les conditions standard. Dans ce bilan, l’énergie de l’oxydation du glucose apparaît sous forme d’ATP, mais aussi de chaleur. Le calcul est fait dans des conditions standard, mais les concentrations réelles des substrats demandent plus d’énergie pour permettre la synthèse des liaisons riches en énergie de l’ATP et libèrent donc moins de chaleur.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
7.1 - La lipolyse (définition)
7.2 - La β-oxydation (définition)
7.3 - Acyl thiokinases
7.4 - Pyrophosphatase
7.5 - La carnitine
7.6 - Carnitine-palmityl transférase (enzyme-clé) ; carnitine translocase
7.7 - Acyl-CoA déshydrogénases ; Electron Transfer Flavoprotein (ETF) ; ETF déshydrogénase
7.8 - Enoyl-CoA hydratases (Crotonase)
7.9 - L-β-hydroxyacyl-CoA déshydrogénases
7.10 - β-céto thiolases
7.11 - β-oxydation d’un acide gras saturé (départ)
7.12 - β-oxydation d’un acide gras saturé (deuxième tour)
7.13 - β-oxydation d’un acide gras saturé (dernier tour)
7.14 - β-oxydation d’un acide gras insaturé
7.15 - Bilan de la β-oxydation (un tour)
7.16 - Bilan de la β-oxydation (palmitate)
7.17 - Bilan de la β-oxydation (oléate)