Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Oxydations Cellulaires

Plan du cours

Objectifs

I - La glycolyse (PAES)

1 - L’activation

2 - La glycolyse cytoplasmique

3 - La glycolyse anaérobie

4 - La glycogénolyse

5 - Métabolisme du pyruvate

6 - Le cycle de Krebs

II - La lipolyse (PAES)

7 - La β-oxydation

III - La régulation du métabolisme énergétique (PCEM2)

8 - Introduction

9 - Régulation des oxydations cellulaires

10 - Régulation de la glycolyse

11 - Activation de la lipolyse

12 - Adaptation du muscle à l’effort prolongé

13 - Thermogénèse

14 - Inhibition du métabolisme énergétique

15 - La cétogénèse


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie I - La glycolyse (PAES)
Chapitre 5 - Métabolisme du pyruvate

 

5.8 - Pyruvate déshydrogénase (I) : décarboxylase

 

Image OC_28_PICT.jpg
OC 28

  • La pyruvate déhydrogénase est un complexe multienzymatique d’un poids moléculaire de 10 millions, accroché à la face interne de la membrane interne de la mitochondrie.
  • Sa structure comprend 96 sous-unités, qui catalysent trois activités enzymatiques successives : une décarboxylase, une transacétylase et une déshydrogénase. Elle comprend aussi trois espèces de coenzymes liés : des thiamine pyrophosphates, des lipoamides et des flavines adénine dinucléotides. Son activité fera intervenir des coenzymes libres : NAD et coenzyme A.
  • Le substrat initial est le pyruvate qui vient de franchir la membrane interne de la mitochondrie. La décarboxylase liée au TPP, commence par décarboxyler le pyruvate en acétaldéhyde. Il intervient une molécule d’eau pour libérer l’ion bicarbonate. L’acétaldéhyde est aussitôt fixé sur le noyau thiazole du TPP.
  • La décarboxylase va transférer cet acétaldéhyde sur le coenzyme lié à la transacétylase (lipoamide). Ce faisant, elle sépare le radical acétyl d’une part et un hydrogène d’autre part qui vont se fixer respectivement sur les deux atomes de soufre. Imaginons que nous hydrolysions la liaison entre le soufre du dernier carbone et le radical : cela donnerait d’une part l’acide acétique et d’autre part le dihydrolipoamide. Ce transfert est donc une oxydoréduction au cours de laquelle l’acétaldéhyde a été oxydé en acide acétique et le lipoamide réduit en dihydrolipoamide. Le potentiel d’oxydoréduction du couple acétaldéhyde/acide acétique (-580 mv) étant très inférieur à celui du couple lipoamide/dihydrolipoamide (-290 mv) une partie de l’énergie produite par cette réaction couplée est conservée dans la liaison acyl-thiol qui unit l’acide acétique au dihydrolipoamide : c’est une liaison riche en énergie.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
5.1 - Entrée dans la mithocondrie
5.2 - Le pyrophosphate de thiamine = TPP
5.3 - Aldéhyde + thiazole
5.4 - Le lipoamide
5.5 - Dihydrolipoamide / lipoamide
5.6 - Le coenzyme A
5.7 - Acyl-coenzyme A
5.8 - Pyruvate déshydrogénase (I) : décarboxylase
5.9 - Pyruvate déshydrogénase (II) : transacétylase
5.10 - Pyruvate déshydrogénase (III) : lipoyl déshydrogénase
5.11 - Pyruvate déshydrogénase (bilan)