Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Oxydations Cellulaires

Plan du cours

Objectifs

I - La glycolyse (PAES)

1 - L’activation

2 - La glycolyse cytoplasmique

3 - La glycolyse anaérobie

4 - La glycogénolyse

5 - Métabolisme du pyruvate

6 - Le cycle de Krebs

II - La lipolyse (PAES)

7 - La β-oxydation

III - La régulation du métabolisme énergétique (PCEM2)

8 - Introduction

9 - Régulation des oxydations cellulaires

10 - Régulation de la glycolyse

11 - Activation de la lipolyse

12 - Adaptation du muscle à l’effort prolongé

13 - Thermogénèse

14 - Inhibition du métabolisme énergétique

15 - La cétogénèse


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie III - La régulation du métabolisme énergétique (PCEM2)
Chapitre 10 - Régulation de la glycolyse

 

10.7 - Glycolyse aérobie (bilan)

 

Image OC_71_PICT.jpg
OC 71

  • Les substrats consommés pour la glycolyse aérobie sont : le glucose, l’Oxygène, l’ADP et le phosphate minéral.
  • Le glucose n’est jamais limitant car il existe dans l’organisme des réserves de glycogène toujours suffisantes pour alimenter les déshydrogénases extramitochondriales ou intramitochondriales.
  • A l’état normal le phosphate n’est pas limitant dans la mitochondrie.
  • La disponibilité en Oxygène est habituellement suffisante pour permettre la glycolyse, mais la diminution de la respiration ou du débit cardiaque (hypoxie) augmente la part de glucose transformée en lactate (glycolyse anaérobie).
  • Le facteur limitant est l’ADP, substrat des kinases (PGK et PK), mais surtout substrat de la chaîne respiratoire. Lorsque le rapport ATP/ADP est élevé, le taux d’ADP dans le cytoplasme est faible et la glycolyse est ralentie. Au cours de l’effort le taux d’ADP augmente, le rapport ATP/ADP diminue, et la glycolyse est alors accélérée.
  • La quantité d’énergie nécessaire pour synthétiser les liaisons riches en énergie de l’ATP dépend des concentrations réelles des substrats (voir RM 02, OC 43). La chaleur dégagée par la glycolyse aérobie dépend donc du rapport ATP/ADP, de la présence de découplants ou des activités qui consomment directement l’énergie du gradient chimio-osmotique.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
10.1 - Glycolyse anaérobie (bilan)
10.2 - PhosphoFructoKinase I (enzyme-clé)
10.3 - Régulation de la glycolyse anaérobie
10.4 - Rôle de l’Oxygène
10.5 - Effet Pasteur
10.6 - Régulation de la glycolyse aérobie
10.7 - Glycolyse aérobie (bilan)
10.8 - Activation de la glycolyse
10.9 - Régulation de la glycolyse aérobie