Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Oxydations Cellulaires

Plan du cours

Objectifs

I - La glycolyse (PAES)

1 - L’activation

2 - La glycolyse cytoplasmique

3 - La glycolyse anaérobie

4 - La glycogénolyse

5 - Métabolisme du pyruvate

6 - Le cycle de Krebs

II - La lipolyse (PAES)

7 - La β-oxydation

III - La régulation du métabolisme énergétique (PCEM2)

8 - Introduction

9 - Régulation des oxydations cellulaires

10 - Régulation de la glycolyse

11 - Activation de la lipolyse

12 - Adaptation du muscle à l’effort prolongé

13 - Thermogénèse

14 - Inhibition du métabolisme énergétique

15 - La cétogénèse


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie III - La régulation du métabolisme énergétique (PCEM2)
Chapitre 10 - Régulation de la glycolyse

 

10.5 - Effet Pasteur

 

Image OC_69_PICT.jpg
OC 69

  • L’Oxygène joue un rôle important dans la régulation de la glycolyse des cellules pourvues de mitochondries. La respiration en fournissant l’Oxygène à la chaîne respiratoire, permet la création d’un gradient chimio-osmotique à travers la membrane interne de la mitochondrie. Ce gradient favorise l’entrée du pyruvate dans la mitochondrie ou il sera le substrat des enzymes de la glycolyse aérobie dont le rendement en ATP est très supérieur à celui de la glycolyse anérobie. Ce rendement permettra donc une grande économie de glucose, et donc le ralentissement de la glycolyse cytoplasmique (effet PASTEUR).
  • La consommation de glucose nécessaire pour synthétiser 38 moles d’ATP à partir d’ADP et de phosphate en anaérobiose (à droite de l’image) est de 19 moles soit 3423 g, alors que la consommation de glucose nécessaire pour synthétiser 38 moles d’ATP à partir d’ADP et de phosphate en aérobiose (à gauche de l’image) est de 1 mole soit 180 g.
  • Il ne s’agit pas d’une régulation du métabolisme énergétique au sens propre, car la quantité d’ATP formé est toujours la même, exactement suffisante pour couvrir les besoins de la cellule, mais d’une économie de moyens (consommation de glucose, activité des enzymes de la glycolyse cytoplasmique).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
10.1 - Glycolyse anaérobie (bilan)
10.2 - PhosphoFructoKinase I (enzyme-clé)
10.3 - Régulation de la glycolyse anaérobie
10.4 - Rôle de l’Oxygène
10.5 - Effet Pasteur
10.6 - Régulation de la glycolyse aérobie
10.7 - Glycolyse aérobie (bilan)
10.8 - Activation de la glycolyse
10.9 - Régulation de la glycolyse aérobie