Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Oxydations Cellulaires

Plan du cours

Objectifs

I - La glycolyse (PAES)

1 - L’activation

2 - La glycolyse cytoplasmique

3 - La glycolyse anaérobie

4 - La glycogénolyse

5 - Métabolisme du pyruvate

6 - Le cycle de Krebs

II - La lipolyse (PAES)

7 - La β-oxydation

III - La régulation du métabolisme énergétique (PCEM2)

8 - Introduction

9 - Régulation des oxydations cellulaires

10 - Régulation de la glycolyse

11 - Activation de la lipolyse

12 - Adaptation du muscle à l’effort prolongé

13 - Thermogénèse

14 - Inhibition du métabolisme énergétique

15 - La cétogénèse


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie III - La régulation du métabolisme énergétique (PCEM2)
Chapitre 10 - Régulation de la glycolyse

 

10.3 - Régulation de la glycolyse anaérobie

 

Image OC_68_PICT.jpg
OC 68

  • La glycolyse anaérobie (dans les globules rouges, par exemple) est une glycolyse limitée au cytoplasme et aboutissant au lactate. C’est donc une voie de fermentation.
  • Le rendement énergétique de la glycolyse anaérobie est 19 fois plus faible que celui de la glycolyse aérobie.
  • La régulation de la glycolyse anaérobie dépend des substrats : glucose bien sûr, mais aussi phosphate et ADP.
  • L’enzyme-clé de la glycolyse est la phosphofructokinase I qui catalyse l’étape d’engagement des glucides dans le métabolisme énergétique.
  • La glycolyse anaérobie (dans les globules rouges, par exemple) est contrôlée par trois de ses enzymes : l’hexokinase, qui catalyse l’activation du glucose en glucose-6-phosphate, la phosphofructokinase I (PFK I), qui catalyse l’activation du fructose-6-phosphate en fructose-1,6-diphosphate, et la pyruvate kinase (PK) qui catalyse le transfert de phosphate et d’énergie du phosphoénolpyruvate à l’ADP.
  • L’ADP et l’AMP apparaissent dans le cytoplasme dès que les réserves d’ATP sont utilisées par la cellule. La PK est activée par son substrat (ADP) et la PFK I par un effet allostérique (5’AMP et ADP). Lorsque les besoins en ATP sont assurés, la glycolyse ralentit et le glucose-6-phosphate ne peut plus être oxydé ; il rétro-inhibe l’hexokinase vis-à-vis de laquelle il est à la fois produit et inhibiteur allostérique.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
10.1 - Glycolyse anaérobie (bilan)
10.2 - PhosphoFructoKinase I (enzyme-clé)
10.3 - Régulation de la glycolyse anaérobie
10.4 - Rôle de l’Oxygène
10.5 - Effet Pasteur
10.6 - Régulation de la glycolyse aérobie
10.7 - Glycolyse aérobie (bilan)
10.8 - Activation de la glycolyse
10.9 - Régulation de la glycolyse aérobie